Visite en Chine de Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (4-8 novembre 2011)

Ajouté au 21/11/2011 par SHI Lei

Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement s’est rendue successivement à Shanghai, Wuhan, Chengdu et Pékin. Elle était accompagnée de Thierry Mariani, ministre chargé des transports, et d’une importante délégation comprenant des élus, des chefs d’entreprises et des journalistes. La visite a permis de promouvoir la filière environnementale française et la signature de nombreux accords commerciaux. Les entretiens officiels aux ministères de l’environnement et au ministère des affaires étrangères ont permis de rappeler la position française pour la conférence de Durban sur la lutte contre le changement climatique et la conférence de Rio+20 sur le développement durable.

La visite de la ministre a permis de valoriser la filière environnementale française. Dans le cadre de la mise en œuvre du 12ème plan quinquennal, le marché environnemental chinois est amené à croître fortement dans les prochaines années, offrant des opportunités aux éco-entreprises françaises, dont les exportations ont progressé de 16,5 % au cours des dernières années (contre 5 % pour les autres entreprises). Les entreprises françaises sont notamment historiquement des leaders mondiaux dans les domaines de l’eau, de l’assainissement, de la gestion des déchets, du traitement des pollutions locales et dans le transport ferroviaire.

La visite ministérielle a été l’occasion de signer de nombreux accords impliquant des entreprises françaises : Thales, Air France – KLM, Schneider Electric, Suez Environnement, Valeo, Dongfeng Peugeot Citroën Automobile, Keolis, Eurocopter et Alstom.

La ministre a par ailleurs inauguré l’unité mixte internationale E2P2L (Eco-efficient Products and Processes Laboratory) consacrée à la chimie verte, dont les partenaires principaux sont Rhodia, le CNRS, l’Ecole normale de Lyon et l’Université nationale de Chine de l’Est à Shanghai, et a posé la première pierre de l’usine de retraitement des eaux industrielles de Suez Environnement dans la zone d’industrie chimique de Wuhan.

La ministre a également eu des entretiens officiels au Ministère de la protection de l’environnement et au Ministère des affaires étrangères. Ces entretiens ont permis d’évoquer les principales négociations internationales à venir en matière d’environnement : Conférence de Durban, Forum mondial de l’eau, Conférence Rio+20. La ministre a notamment rappelé la position de la France et de l’Union européenne sur la mise en place de financements innovants pour le développement, sur la négociation d’un nouvel instrument juridique contraignant incluant l’ensemble des grandes économies, et sur la création d’une véritable organisation mondiale de l’environnement. La ministre a par ailleurs rencontré le maire de Pékin, Guo Jinlong, afin d’approfondir la coopération entre la France et la capitale chinoise.

Enfin, une rencontre avec la communauté française a été organisée lors de chacune des étapes de Shanghai, Wuhan, Chengdu et Pékin.

Participation française accrue pour la 8ème édition du salon international de l’optique-photonique « Optic Valley of China » de Wuhan

Ajouté au 21/11/2011 par SHI Lei

Une forte délégation française des entreprises de l’optique-photonique s’est rendue à Wuhan les 2-5 novembre pour le salon professionnel OVC qui accompagne la 4ème conférence POEM, « Photonics and OptoElectronics Meetings ».

Wuhan, capitale de la province du Hubei, possède en effet une « Vallée optique » (OVC, Optics Valley China), constituée d’acteurs académiques et industriels de premier plan :

    en tête des laboratoires, le laboratoire national d’opto-électronique de Wuhan (« WNLO »), situé à proximité du Campus de la Huazhong university of sciences and technologie HUST, qui est l’un des 15 laboratoires nationaux de Chine, toutes disciplines confondues ;

    un réseau d’entreprises d’optique-photonique, ou utilisant ces techniques, très nombreuses (estimées à plusieurs milliers dont près de 160 fabricants de sources et machines lasers, en grande part pour les applications liées à la mécanique : soudage, perçage, découpage,…).

La plupart de ces acteurs se trouvent dans la Zone de développement des hautes-technologies du Lac de l’Est, dans le district de Wuchang situé au sud-est de la ville à proximité des principaux campus scientifiques et technologiques.

La venue des entreprises présentes sous un même pavillon « France » avait été coordonnée par le premier centre d’affaires français en Chine dédié aux secteurs de l’optique, Pythagore, plateforme d’accueil réservée aux entreprises des filières de l’optique, l’optronique, la photonique et la mécatronique qui souhaitent développer leurs activités en Chine.
Basée à Shanghai, grâce à un business center et des espaces de travail multifonctionnels, cette structure accompagne les entreprises participantes durant leur développement avec pour objectif final leur autonomie sur le territoire chinois. Depuis janvier 2011, un représentant permanent de Pythagore, M. Balthazar Boyer, est basé à Wuhan et relaie localement la présence des entreprises françaises, entre autres au travers d’évènements comme le salon OVC.

Les entreprises françaises représentées lors de cette édition étaient : IVEA, Amplitude technologies, Amplitude systèmes, Quantel, Keopsys, Eolite, Fastlite, ainsi que le Pôle de compétitivité Route des lasers – région Aquitaine -, auquel plusieurs de ces entreprises appartiennent (rappelons que Wuhan est jumelée avec Bordeaux et que la province du Hubei l’est avec la région Aquitaine).

Plusieurs de leurs représentants ont participé aux sessions dédiées aux entreprises et au transfert de technologie, notamment :

    Francois Salin, vice-président et directeur technique d’Eolite (Bordeaux) ;
    Benoit Appert-Collin, Directeur d’ « Alphanov, Centre Technologique Optique et Lasers » (Bordeaux) ;
    Quentin Mocaert, responsable ventes et ingénieur d’Amplitude Système basé (basé à Taïwan).

Les laboratoires de recherche français étaient également représentés par les conférenciers :

    Eric Cassan, de l’Institut d’Electronique Fondamentale (CNRS-université Paris-Sud, Orsay) ;
    Jean-Louis Oudar, Laboratoire de Photonique et de Nanostructures (CNRS, Marcoussis) ;
    Patrick Mounaix, Laboratoire Ondes et Matière d’Aquitaine (CNRS-université de Bordeaux, Talence) ;
    Regis Barillé, université d’Angers.

Signature d’une convention de prêt de l’AFD lors de la visite de la ministre de l’Ecologie en Chine

Ajouté au 21/11/2011 par SHI Lei

A l’occasion de la rencontre entre Madame Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre française de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement en visite en Chine et M. LI Yong, Vice-ministre des Finances chinois, qui a eu lieu le 7 novembre 2011 à Pékin et à laquelle participait M. Dov Zerah, Directeur Général de l’AFD, une convention de prêt de l’AFD d’un montant de 20 millions d’euros a été signée. Cette convention de prêt concerne le financement d’un programme de la réhabilitation thermique des bâtiments publics à Wuhan, capitale du Hubei.

Le projet financé par l’AFD propose de réhabiliter par phase 30 bâtiments administratifs appartenant à la municipalité de Wuhan, représentant une surface totale d’environ 624 000 m². Le programme concernera principalement des immeubles de bureaux, mais également la bibliothèque municipale de Wuhan. L’ADEME soutient également ce programme au travers d’un appui technique et méthodologique pour sa mise en œuvre, l’élaboration de contrats de performance énergétique (CPE) ainsi que le développement des outils de politique publique pour promouvoir les économies d’énergie et la réduction des GES dans le bâtiment.

Ce financement de l’AFD s’inscrit dans le cadre des axes prioritaires de coopération retenus dans la Déclaration conjointe sur le changement climatique, signée par les présidents Nicolas Sarkozy et HU Jintao à Pékin en novembre 2007. Le projet contribuera à la réduction de l’empreinte carbone de la ville de Wuhan au travers des économies d’énergie réalisées. Sur la base des premiers bâtiments audités, on peut estimer que la réhabilitation de ces bâtiments publics permettra d’économiser plus de 17 millions kWh/an. Ce premier projet démonstratif illustre l’importante mobilisation des autorités locales et nationales sur les programmes de réhabilitation thermique du bâtiment, dynamique que l’AFD soutient en développant des opérations concrètes.

Christine Lagarde crée son compte Weibo

Ajouté au 14/11/2011 par SHI Lei

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international, a vu la création de son microblog sur Weibo.com chaleureusement accueillie par les internautes. Un nombre croissant de personnalités occidentales, dont Bill Gates, ont rejoint ce Twitter chinois au cours des derniers mois.

« Bonjour Sina weibo, je suis impatiente de partager mon actualité ici. Christine Lagarde, directrice générale du FMI », était son premier message en anglais sur la plateforme lundi.

Mme Lagarde a immédiatement reçu de nombreuses réponses encourageantes de la part d’internautes chinois qui ont décidé de suivre son blog et lui ont souhaité la bienvenue en chinois, en anglais et en français.

À 21 h hier, neuf heures après la publication de son premier message, celui-ci avait été reposté 1450 fois et commenté plus de 800 fois. Mme Lagarde compte déjà 41 252 fans.

« Bienvenue sur Weibo, Mme Lagarde. J’espère que vous vous plairez ici et que cela vous permettra de comprendre la Chine », a écrit un internaute nommé CAT en anglais.

 
 
L’opérateur de la plateforme, Sina.com, a affirmé avoir vérifié que le compte était authentique, mais certains internautes doutaient toujours qu’il s’agissait de Christine Lagarde derrière le clavier.

Un responsable de Sina a confirmé auprès de Qianjiang Evening News qu’il s’agissait bien de Mme Lagarde, en ajoutant « qu’elle a lancé son microblog pour communiquer avec les internautes chinois en prévision de sa visite en Chine ».

Ce porte-parole a indiqué que de nombreuses institutions financières internationales, telles que le FMI et le NASDAQ (National Association of Securities Dealers Automated Quotations), se sont inscrites sur la plateforme cette année pour communiquer avec les internautes chinois.

La plateforme Weibo.com est l’équivalent chinois de Twitter, autorisant les internautes à envoyer des messages courts gratuitement pour socialiser avec d’autres ou dans une visée informative. Depuis l’an dernier, la plateforme a attiré un nombre croissant de célébrités occidentales également connues du public chinois.

En septembre 2010, le président de Microsoft Bill Gates a lancé son microblog, qui est mis à jour à chaque fois qu’il rédige un message sur Twitter. Pour l’instant, son blog est suivi par 2,1 millions de personnes.

L’actrice britannique Emma Watson, rendue célèbre par sa participation à la franchise Harry Potter, a réuni plus de 510 000 fans depuis son premier message sur Weibo en juillet dernier.

 

L’exposition internationale de la technologie verte se déroule à Guangzhou

Ajouté au 14/11/2011 par SHI Lei

Le 9 novembre, l’exposition internationale de la technologie verte s’est ouverte à Guangzhou, dans le Guangdong. L’événement vise à promouvoir la combinaison des produits techniques à faibles émissions et le plan du développement vert de Chine, ainsi que pousser le développement de l’économie chinoise, permettant aux visiteurs de découvrir le développement de la technologie verte.

Le PC chinois et des partis politiques du Parlement européen se penchent sur leur coopération

Ajouté au 14/11/2011 par SHI Lei

Le Parti communiste chinois (PCC) et cinq partis ou groupes politiques du Parlement européen se sont penchés pendant trois jours sur leur coopération dans le cadre de la Stratégie 2020 de l’Union européenne (UE) et du 12ème Plan quinquennal (2011-2015) chinois, apprend-on mercredi de la cérémonie de clôture des travaux de la deuxième session du deuxième Forum de haut niveau de partis et groupes politiques Chine-UE à Bruxelles.

Les participants ont échangé des avis en profondeur pour renforcer la confiance mutuelle et conjuguer les efforts face aux défis mondiaux.

Wang Jiarui, ministre du département des affaires internationales du Comité central du Parti communiste chinois, a qualifié de “fructueuse” la deuxième session du deuxième Forum. A travers des échanges, les partis politiques chinois et européens prennent conscience de l’urgence et du potentiel de l’approfondissement de la coopération pragmatique entre la Chine et l’UE, a-t-il dit.

Pour Mme Véronique de Keyser, vice-présidente du groupe Socialistes-Démocrates, le forum est “un succès” pour devenir “un instrument nouveau pour discuter ensemble” et pour “accroître la confiance”. Helmut Scholz, eurodéputé du groupe de la Gauche, a noté que “le climat du forum s’est sensiblement amélioré”, malgré l’existence de divergences entre le Parti communiste chinois et des partis politiques européens. Les intervenants européens ont exprimé le souhait de voir le forum se poursuivre et se régulariser dans le futur.

Selon Li Jinjun, vice-ministre du département des affaires internationales du Comité central du Parti communiste chinois, les représentants chinois et européens ont discuté de nouvelles idées et de nouveaux moyens concernant la dynamisation de la coopération pragmatique entre la Chine et l’UE, en particulier dans les domaines de la finance, du commerce, de nouvelles énergies et des économies à faible émission de carbone.

La deuxième session du deuxième Forum de haut niveau de partis et groupes politiques Chine-UE a été organisée par le Parti populaire, le Parti socialiste, le Parti libéral, les Verts et le groupe de la Gauche du Parlement européen. Liu Yunshan, membre du Bureau politique et du Secrétariat ainsi que ministre du département de la communication du Comité central du Parti communiste chinois, a pris part à la cérémonie d’ouverture de la session et a prononcé un discours thématique sur les relations sino-européennes.

 

NKM : La France exporte vers la Chine des produits, des technologies et des services

Ajouté au 14/11/2011 par SHI Lei

La France exporte vers la Chine des produits, des technologies et des services, a déclaré lundi la ministre française de l’Écologie, du Développement durable et des Transports, Nathalie Kosciuko-Morizet, qui effectue actuellement une visite de quatre jours en Chine.
« On exporte notre technologie, c’est ainsi que l’on établit des centres de recherche. On exporte des produits, mais on installe également des capacités de production ici. Il y a aussi les services. Dans le domaine du transport, on exporte non seulement le matériel mais également les services », a souligné la ministre, en réfutant la rumeur que les pays européens préfèrent vendre des produits plutôt que des technologies à la Chine.

« J’étais il y a un mois à l’École d’aviation civile de Tianjin où l’on exporte et l’on partage la formation. On exporte effectivement un certain nombre de savoir-faire et de méthodes. L’usine de montage de Tianjin est la seule usine au monde d’Airbus hors d’Europe », a ajouté le ministre français des Transports Thierry Mariani.

Mme Kosciusko-Morizet a également fait part de ses idées sur le prochain sommet sur le changement climatique qui aura lieu fin novembre à Durban, en Afrique du Sud.

L’année qui s’ouvre peut être celle d’un cycle positif en matière de négociation internationale d’environnement ou au contraire un cycle catastrophique, a estimé la ministre française. « Un cycle positif, si à Durban on trouve un accord qui pourrait être l’engagement des Européens de poursuivre sur une période transitoire le protocole de Kyoto, de continuer à faire vivre les outils de ce protocole et en échange d’avoir des pays qui s’engagent dans une négociation globale ».

Selon elle, ce cycle positif pourrait être poursuivi avec le 20e anniversaire du sommet de Rio qui se tiendra en juin 2012. « Ce serait une occasion d’avoir une mise en place d’une organisation mondiale de l’environnement et d’avoir enfin une réunion de secrétariat d’accords multilatéraux », a-t-elle ajouté.

Cependant, il peut y avoir un cycle catastrophique, selon NKM, quand certains États n’acceptent pas le mandat, les négociations ou simplement un horizon temporel dans un cycle de discussion globale.

 

Une ministre française souhaite renforcer la coopération avec la Chine dans la filière environnementale

Ajouté au 14/11/2011 par SHI Lei

La France souhaite faciliter le développement de coopérations concrètes avec la Chine dans la filière environnementale, a déclaré lundi soir, lors d’une conférence de presse à l’Ambassade de France en Chine, Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre française de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

La ministre française est en visite en Chine pour présenter les “éco-entreprises” françaises.

“Aujourd’hui, les problèmes environnementaux sont globaux, tels que la lutte contre le changement climatique et la pollution de l’ eau, le recyclage des déchets et la mise en oeuvre d’une économie plus sobre”, a annoncé la ministre, ajoutant que la Chine et la France recherchent et ont besoin des mêmes technologies.

Elle a souligné le très grand dynamisme de la filière verte française. La croissance des exportations en Chine de la filière est de près de trois fois supérieure à celle des exportations des autres entreprises françaises, a-t-elle fait savoir.

D’ ailleurs, la conscience forte et croissante des responsables chinois face aux enjeux liés au réchauffement climatique lui a fait vive impression, a-t-elle ajouté.

Durant son séjour, la ministre française a également échangé ses points de vue avec des responsables chinois sur les négociations internationales en matière d’environnement, notamment la Conférence internationale sur le climat de Durban et le Sommet de la Terre.

Accompagnée par une délégation composée de parlementaires, d’élus et d’une dizaine de chefs d’entreprises, Nathalie Kosciusko-Morizet effectue une visite en Chine du 4 au 8 novembre dans les villes de Shanghai, Wuhan, Chengdu et Beijing.

La Coopération entre les Alpes et le Sichuan se renforce

Ajouté au 14/11/2011 par SHI Lei

M. Joël Giraud, Vice-président de la région Provence Alpes-Côte d’Azur, président du Comité de massif des Alpes et Député (05) à l’Assemblée Nationale, et M. Bernard Soulage, Vice-président de la région Rhône-Alpes ont effectué leur premier déplacement officiel à Chengdu du 26 au 29 octobre 2011.
 Ce déplacement a concordé avec l’anniversaire de la Coopération Alpes-Sichuan qui a fêté ses quatre années d’existence à œuvrer au profit des aménagements et du développement touristique et sportif des montagnes du Sichuan. Ils ont été reçus par le Vice-gouverneur de la province, M. Chen Wenhua, et par le Maire de Chengdu, M. Ge Honglin.

 Un memorandum opérationnel a été signé entre l’Association de tourisme de Chengdu et l’Association France Neige International en présence du Maire de Chengdu.

Des échanges ont également été menés en vue d’un jumelage entre le village ancien de Pingle et un village traditionnel alpin, d’un jumelage entre le massif de Longmen et le parc naturel interrégional des Baronnies et pour des échanges de formations en tourisme et sports avec l’Université du Sichuan.

UbiFrance/Chengdu, la Coopération Alpes-Sichuan et le groupe chinois Wenlü (Chengdu Culture and Tourism) ont par ailleurs organisé dans la même période le premier forum d’affaires consacré aux aménagements et aux équipements de montagne. Cette opération, visitée par MM. Joël Giraud et Bernard Soulage, était placée sous le patronage des gouvernements provincial du Sichuan et municipal de Chengdu. 15 entreprises françaises ont fait le déplacement à Chengdu pour y rencontrer une quarantaine d’opérateurs et investisseurs du Sichuan.

 Le haut niveau d’accueil des représentants des régions, le succès des rencontres d’affaires lors du forum, les propositions multiples de partenariats faites par les acteurs chinois de la montagne témoignent de l’intérêt grandissant pour ce marché émergent et de la pertinence d’avoir ancré cette Coopération spécifique auprès du consulat à Chengdu, au cœur montagneux de la Chine.

 

Dossier: La Réunion des Premiers ministres de l’Organisation de coopération de Shanghai

Ajouté au 14/11/2011 par SHI Lei

La 10e réunion des Premiers ministres de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) a débuté lundi en Russie.

Cette réunion régulière des Premiers ministres de l’OCS a été instaurée pour la première fois en septembre 2001. La première réunion, qui s’est tenue à Almaty au Kazakhstan, a mis en marche le processus multilatéral de coopération économique et commercial entre les six pays membre de l’organisation : la Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan.

La deuxième réunion des Premiers ministres de l’OCS s’est déroulée en Chine, à Beijing, le 23 septembre 2003. Lors de cette réunion, les Premiers ministres ont principalement discuté de questions de coopération économique et commerciale.

Six documents ont été signés à l’issue de la réunion, dont un programme multilatéral de coopération économique et commerciale entre les pays membre de l’OCS, un mémorandum établissant le fonctionnement technique des institutions de l’OCS, et un communiqué commun sur les résultats de la réunion.

Lors de la réunion de 2004 à Bichkek, au Kirghizistan, les participants ont convenu que le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme étaient les principales menaces à la sécurité et à la stabilité dans la région. Ils se sont en conséquence engagés à renforcer la coopération bilatérale et multilatérale dans la lutte contre ces trois fléaux.

Au cours de cette réunion, les participants ont également déclaré que la coopération économique régionale était une priorité pour l’OCS, et se sont engagés à renforcer leur coopération dans des domaines tels que l’énergie, les transports, les télécommunications et l’agriculture.

Le 26 octobre 2005, les chefs de gouvernements de l’OCS ont tenu leur 4e réunion à Moscou. Les dirigeants se sont mis d’accord pour promouvoir la coopération dans des secteurs tels que la construction d’infrastructures, l’énergie, les télécommunications, la finance, la culture, le tourisme, les sciences et la technologie. Ils ont également résolu de durcir leur lutte contre les trois “forces du mal” qui menacent la stabilité régionale.

La 5e réunion s’est tenue le 15 septembre 2006 à Douchanbé au Tadjikistan. Les six Premiers ministres se sont penchés sur la priorité que constitue la coopération économique entre les pays membre de l’OCS, et ont proposé des mesures spéciales en faveur de la coopération commerciale, scientifique et culturelle.

Au cours de la 6e réunion, qui s’est tenue en 2007 à Tachkent en Ouzbékistan, les dirigeants ont réaffirmé que leur objectif commun était d’approfondir et d’élargir la coopération pragmatique, de parvenir à un développement commun, et d’oeuvrer à la construction de la stabilité et de l’harmonie dans la région.

Les Premiers ministres ont ensuite échangé leurs vues sur les moyens de renforcer la coopération dans des domaines tels que l’énergie, les investissements, les transports, les télécommunications, la culture et les questions douanières. Ils sont parvenus à un consensus sur la nécessité d’améliorer l’environnement commercial et financier, et ont en conséquence mis en place des projets pour la construction d’un réseau élargi de circulation des flux financiers.

La 7e réunion des Premiers ministres de l’OCS s’est déroulée le 30 octobre 2008 à Astana, au Kazakhstan.

Les participants ont publié une déclaration conjointe faisant le bilan de l’état actuel et des perspectives d’avenir de la coopération pragmatique au sein de l’OCS, en particulier dans les domaines politique, économique et culturel.

Le 14 octobre 2009, les Premiers ministres se sont à nouveau rassemblés à Beijing. Les débats ont cette fois porté sur les moyens de faciliter le commerce, d’améliorer la construction d’infrastructures portuaires et aéroportuaires, et de rendre plus efficaces les mécanismes douaniers.

A l’issue de la réunion, les participants ont également publié un communiqué appelant à poursuivre la coopération entre les pays membres, en particulier dans le domaine financier.

La 9e rencontre des Premiers ministres s’est tenue à Douchanbé. Les chefs de gouvernements ont discuté de la coordination entre les pays membres relativement aux problèmes posés par les zones dépourvues de ressources naturelles. Ils ont également posé les bases d’un système global de supervision du développement économique, et ont lancé une plate-forme de commerce en ligne.

 

« Précédent Suivant »