Report du sommet Chine/UE

Ajouté au 24/10/2011 par SHI Lei

La crise de la zone euro empêche les dirigeants européens de se rendre à Pékin la semaine prochaine.
 
Le sommet annuel entre la Chine et l’Union européenne, qui devait se tenir mardi à Tianjin (nord-est de la Chine), va sans doute être reporté à une date ultérieure, selon des sources européennes concordantes.

L’incapacité des Européens à s’entendre sur les remèdes à la crise de la dette souveraine et la perspective d’un sommet supplémentaire d’urgence à Bruxelles la semaine prochaine vont interdire au président de l’UE Herman Van Rompuy d’honorer son rendez-vous avec le président Hu Jintao et le premier ministre chinois Wen Jiabao, a expliqué au Figaro un responsable européen.

L’implication de la Chine et de ses ressources financières dans un règlement de la crise européenne était l’un des sujets implicites du rendez-vous à Tianjin. C’était la première fois que les trois dirigeants européens, Herman Van Rompuy, et José Manuel Barroso et Catherine Ashton devaient se rendre ensemble en Chine.

Le dernier sommet UE-Chine s’était tenu le 6 octobre 2010 dans une atmosphère tendue à Bruxelles, l’Europe ayant demandé à la Chine de laisser davantage sa monnaie s’apprécier et de réaliser des progrès en matière de droits de l’Homme, deux jours avant l’annonce du prix Nobel de la paix au dissident chinois emprisonné Liu Xiaobo.

Ouverture de l’Exposition Chine-ASEAN dans le Guangxi

Ajouté au 24/10/2011 par SHI Lei

La 8e Exposition Chine-ASEAN s’est ouverte, vendredi dans la ville de Nanning , capitale de la région autonome Zhuang du Guangxi.

Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, et des dirigeants des pays membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) ont assisté à la cérémonie d’ouverture.

Environ 2 300 entreprises participeront à cette exposition qui durera jusqu’au 26 octobre.

L’ASEAN regroupe le Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.

Le 14ème Sommet Chine-UE se tiendra à Tianjin (porte-parole du ministère des A.E.)

Ajouté au 24/10/2011 par SHI Lei

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao rencontrera le président du Conseil européen Herman Van Rompuy lors du 14ème sommet Chine-UE prochain afin de discuter de la coopération économique, a annoncé jeudi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Jiang Yu.

Herman Van Rompuy et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, participeront au sommet prévu le 25 octobre à Tianjin.

La porte-parole a indiqué, lors d’un point de presse quotidien, que les deux parties allaient échanger leurs points de vue sur les relations stratégiques globales, le développement, les finances et le commerce, la coopération culturelle, ainsi que d’autres sujets importants aux yeux des dirigeants du G20.

La Chine et l’Europe coopéreront pour relever les défis et approfondir leur coopération globale afin de maintenir une croissance économique forte, durable et équilibrée suite à la crise de la dette européenne, a ajouté Mme Jiang.

Elle a rappelé que les relations Chine-UE avaient connu un bon développement grâce aux fréquentes communications de haut niveau entre les deux parties.

La Chine et l’UE ont eu des dialogues dans tous les domaines, obtenu des résultats concrets, et ont devant elles de nouvelles opportunités pour approfondir leur coopération, a déclaré la porte-parole.

“Avec les efforts conjoints des deux parties, je souhaite que le sommet aide à améliorer encore la confiance mutuelle, et à promouvoir la coopération dans les affaires bilatérales et multilatérales”, a-t-elle poursuivi.

Elle a également souligné à cette occasion que la Chine et l’UE devraient envoyer des messages positifs de réussite face aux défis, ce qui répondrait non seulement aux intérêts communs des deux parties, mais contribuerait également au redressement de l’économie mondiale.

 

Conversation téléphonique entre un haut officiel chinois et le ministre français de l’Economie

Ajouté au 24/10/2011 par SHI Lei

Le vice-Premier ministre chinois Wang Qishan, a discuté jeudi par téléphone avec le ministre de l’Economie et des Finances François Baroin, de l’actuelle situation de l’économie mondiale et des prépatifs du sommet du G20 à Cannes, en France.

En tant que pays hôte du sommet, la France pourrait proposer au sommet, prévu les 3 et 4 novembre, un plan d’action “ambitieux” pour une croissance forte, durable et équilibrée.

Elle pourrait aussi viser à assurer un soutien à la stabilité financière, en cherchant un engagement pour que les banques, notamment européennes, aient un accès suffisant au refinancement et pour une mise en oeuvre harmonisée des nouvelles normes de régulation financière Bâle III.

Inauguration de la 7ème édition des Journées franco-chinoises en Alsace

Ajouté au 21/10/2011 par SHI Lei

La 7ème édition des Journées franco-chinoises a été inaugurée lundi à la Maison régional d’Alsace à Strasbourg, en présence du premier vice-président du Conseil régional d’Alsace, André Reichardt, et du consul général de Chine, Sun Jiwen.

L’inspecteur général de Chinois au ministère français de l’Education nationale, Joël Bellassen, le président de l’association Alsace-Chine Education, Jacques Schweitzer, et le recteur de l’académie de Strasbourg, Armande Le Pellec-Muller ainsi qu’une délégation culturelle chinois de Wuxi ont également assisté à la cérémonie d’ouverture.

Dans une allocution prononcée dans l’hémicycle du Conseil régional d’Alsace, M. Reichardt s’est félicité de l’ouverture des 7èmes Journées franco-chinoises, organisées par l’association Alsace-Chine Education, en soulignant que la région d’Alsace a apporté une grande importance au développement des relations avec la Chine qui, a-t-il dit, “est devenue un partenaire incontournable”.

A ce sujet, il a exprimé sa volonté de raffermir les relations d’amitié entre l’Alsace et la province chinoise de Jiangsu, qui ont conclu un accord de jumelage en 2007, en souhaitant que des entreprises chinoises viennent s’installer en Alsace, pour développer davantage la coopération bilatérale sur le plan de la culture, de l’éducation, de l’économie et du tourisme.

Pour sa part, le consul général de Chine a manifesté ses remerciements aux autorités alsaciennes intéressées, qui ont apporté un soutien constant aux échanges entre la région d’Alsace et la Chine. Depuis l’année dernière, selon lui, ces échanges “ont enregistré de nouveaux progrès, et surtout les jeunes en ont été les pionniers”.

“Plusieurs lycées strasbourgeois et haut-rhinois ont envoyé leurs élèves visiter la Chine ou ont reçu des étudiants chinois en séjour en Alsace. La connaissance de la culture d’un autre pays leur permettra de mieux comprendre notre monde multicolore où les différentes nations peuvent coexister en paix et harmonie”, a-t-il indiqué.

Les 7èmes Journées franco-chinoises, qui se déroulent jusqu’au 12 octobre, porte sur le thème “les spectacles traditionnels chinois”. Durant trois jours, plusieurs conférences sur l’Opéra de Pekin ou ateliers sur le théâtre de marionnettes seront organisés à Strasbourg et à Mulhouse. En outre, projections de films chinois, expositions de peintures et démonstrations d’artisanat traditionnel chinois sont également prévus.

Créée en juillet 2004, l’association Alsace-Chine Education s’est donnée pour mission de promouvoir l’ouverture sur la Chine des établissements scolaires secondaires et supérieurs d’Alsace. Chaque année depuis sept ans, les Journées franco-chinoises constituent un temps fort, autour d’un thème permettant de présenter un aspect particulier de la culture chinoise, en vue de développer des partenariats entre établissements alsaciens et établissements chinois.

 

Chine : Taobao Mall reporte l’augmentation des frais face à la protestation des petits vendeurs

Ajouté au 21/10/2011 par SHI Lei

Taobao Mall, la plus grande plate-forme du commerce d’entreprise au consommateur (appelé aussi B2C) en Chine, a annoncé lundi qu’elle ajournerait l’augmentation des frais annuels de service et de garantie des vendeurs enregistrés, face à la protestation massive de ses petits vendeurs.

Lundi dernier, la plate-forme a annoncé son intention d’augmenter les frais de service à la fin de l’année, ce qui a suscité la protestation de plusieurs milliers de petits vendeurs sur Internet.

Taobao Mall avait en effet projeté d’augmenter les frais annuels de service imposés au business à une fourchette de 30 000 à 60 000 yuans, contre 6 000 yuans (942 dollars) actuellement.

Les petits vendeurs se sont plaints du désavantage que leur causerait une telle mesure, arguant que seuls les gros vendeurs seraient à même de supporter une telle charge.

Jack Ma, président du groupe Alibaba, compagnie mère de Taobao Mall, a expliqué que la hausse des frais visait à rétablir l’ordre sur cette plate-forme de commerce, des e-consommateurs s’étant plaints à plusieurs reprises au cours des dernières années de multiples fraudes et ventes de produits contrefaits.?

Samedi soir, le ministère du Commerce a publié un article sur son site Internet, appelant les parties concernées à cesser leur querelle sur cette démarche, afin de stabiliser les prix et soutenir les petits commerces.

Créée en 2008, Taobao Mall dispose aujourd’hui de plus de 400 millions d’utilisateurs et 50 000 vendeurs enregistrés, distribuant 70 000 marques.

 

Jean-Pierre Raffarin : La Chine au premier plan pour aider l’Europe à sortir de la crise

Ajouté au 21/10/2011 par SHI Lei

La Chine est un partenaire mondial de premier plan dans la crise de la dette européenne
Avec son grand nombre de réserves en euro et ses investissements en Europe, la Chine est un acteur important de la situation économique européenne. « Tous les interlocuteurs chinois que j’ai rencontrés depuis mon arrivée expriment leurs préoccupations, mais aussi leurs dispositifs », a dit l’ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, en répondant à une question sur le rôle joué par la Chine dans le sauvetage de la crise de la dette en Europe, lors d’une rencontre avec les médias le 14 octobre à Beijing. « On verra à l’occasion du sommet du G20 à Cannes, qui aura lieu le 3 novembre, que la France et la Chine ont une vision internationale, dans laquelle, au fond, la Chine a des positions qui sont voisines de celles de la France ». Les deux pays croient que la maitrise de l’endettement ne peut passer que par des réformes. Selon M. Raffarin, durant les précédents sommets de Pittsburgh et Londres, la Chine a démontré sa détermination et sa capacité à faire face à la crise. Le prochain sommet à Cannes devrait donc être un laboratoire, tant pour la crise actuelle que pour la Chine. « Nous comptons sur ce sommet pour que les grands acteurs de l’économie mondiale envoient un message de nature à rassurer les acteurs économiques et financiers », a-t-il ajouté.

Les barrières du commerce sont des drogues douces

M. Raffarin a également partagé ses idées sur la récente adoption du projet de loi du Sénat américain sur la réforme du taux de change. « Dans la conception parlementaire française, le rôle des parlements n’est pas de fixer la parité monétaire des autres monnaies, notamment des monnaies étrangères. Les États-Unis, envers lesquels nous sommes reconnaissants de nous avoir appris quelques principes du libéralisme économique et politique, sur ce sujet, ne sont pas très libéraux », a souligné M. Raffarin. Depuis 2008, les États sont revenus au premier plan parmi les acteurs économiques, après une période de dérégulation et de dérèglementation. Selon lui, il faut faire attention à la tentation du protectionnisme. « L’intervention de l’État avait un aspect très positif, qui est de corriger les erreurs qu’un certain nombre d’acteurs privés avaient développées. Pour la défense des citoyens, l’intervention des États est un élément important. Mais il ne faut pas passer de cette intervention de l’État à un excès de nationalisation qui débouche sur le protectionnisme ». Il considère que le protectionnisme accélérerait aujourd’hui la crise et que les barrières sont des drogues douces qui peuvent donner une satisfaction de court terme, mais fragilise les échanges à moyen terme. « C’est par la régulation que nous pourrons équilibrer les échanges et non pas par le protectionnisme ».

Les étudiants sont les acteurs de la relation franco-chinoise
La France a récemment durci sa politique d’immigration. D’une part, depuis le début de l’été, les étudiants étrangers diplômés en France du supérieur ont du mal à obtenir des permis de travail, à cause de la circulaire Guéant du 31 mai visant à réduire le nombre de visas accordés aux travailleurs d’origine étrangère. De l’autre, de nouvelles règles ont été fixées pour les candidats à la nationalité française. Il faut désormais un diplôme de français pour pouvoir devenir Français. Ces deux évènements, qui ne vont certainement pas favoriser l’augmentation du nombre d’immigrés en France, méritent l’attention, car selon certains analystes, la France a besoin de plus d’immigrés pour redresser son économie.

« Nous sommes attentifs à ce que les populations immigrées puissent s’intégrer dans la société française, notamment à travers l’emploi. Nous aurons des discussions, notamment à l’Assemblée, pour veiller à ce que l’on tienne compte de la capacité de s’intégrer par l’emploi dans la société pour délivrer les permis de séjour après une formation en France pour les étudiants étrangers », a déclaré M. Raffarin. Le mot « talent » est entré dans la politique d’immigration de la France avec des visas accordés pour des gens dont le talent a été identifié comme les rendant capables de s’intégrer à la société française. « La France est parfaitement consciente qu’elle a besoin d’un certain nombre de talents. Nous sommes très attentifs sur cette question lorsque nous accueillons les étudiants chinois ou autres dans les universités et écoles françaises. Le débat parlementaire montrera probablement l’intérêt que nous avons dans notre pays pour développer l’accueil des étudiants étrangers, d’abord en formation et ensuite dans notre économie », a-t-il ajouté. M. Raffarin a souligné que la France souhaite accueillir plus d’étudiants chinois en France et il a souhaité que plus d’étudiants français viennent en Chine, car, selon lui, les étudiants sont les acteurs de la relation franco-chinoise.

 
Information relative :
Du 13 au 18 octobre, l’ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin conduit en Chine une délégation de 50 membres, dont 25 jeunes et 25 dirigeants de PME françaises, dans le programme d’échange décidé conjointement il y a un an par les présidents Hu Jintao et Nicolas Sarkozy.

Dimanche 16 octobre, l’ex-premier ministre français est parti pour Chengdu, capitale de la province du Sichuan, pour assister à la cérémonie d’ouverture de la 12e Exposition internationale de l’ouest de la Chine.

 

La 110e Foire d’import-export de Chine sous de tristes auspices en raison de la crise européenne

Ajouté au 21/10/2011 par SHI Lei

Les impacts de la crise européenne de la dette souveraine sont remarquables sur les exportations chinoises. Dans le cadre de la Foire d’import-export de Chine, considérée comme un indicateur du commerce international chinois, de nombreuses entreprises ont constaté la diminution des commandes en raison de la crise, et cherchent à réduire au minimum les risques en modifiant les délais de paiement ou de livraison, en renforçant l’innovation, et en accélérant l’exploitation des marchés émergents.

En réalité, les affaires entre la Chine et l’UE sont entrées dans un entonnoir depuis le deuxième trimestre 2010. Selon les constats de la douane chinoise, le ralentissement de la croissance en Europe a exercé une influence remarquable sur les exportations chinoises : en septembre, les exportations chinoises vers l’UE ont connu une croissance de 9,8 %, soit un ralentissement de 22,3 % en comparaison avec le mois précédent.

De nombreux hommes d’affaires présents à la foire ont indiqué que la durée de la crise de la dette souveraine et la récession économique en Europe allaient certainement se répercuter sur les exportations chinoises, notamment avec une baisse des commandes.

Selon Wang Jiefeng, directeur de Hongyou Compresseurs du Zhejiang, les commandes de l’UE représentent plus de 40% des exportations de la société. Pour l’instant, l’impact n’est pas énorme, mais la baisse du pouvoir d’achat en Europe va réduire la demande pour les produits extérieurs, et finalement les commandes aux exportateurs chinois.

En réalité, les commandes européennes de la société ont diminué de plus de 10 % depuis le début de cette année, révèle Wang Jiefeng. L’entreprise a même perdu contact avec des clients grecs, espagnols, italiens, etc. Parallèlement à la faible motivation des acheteurs, la société doit assurer la fiabilité des comptes clients.

Selon Wang, il est impossible pour l’entreprise de satisfaire aux exigences de ses clients malgré les pertes, et il est urgent de prendre les mesures nécessaires pour protéger les intérêts de la société. À cet effet, l’entreprise a investi plus massivement dans les R&D en vue d’augmenter la valeur ajoutée de ses produits. En même temps, pour garantir la fiabilité des comptes clients, la société a proposé de remplacer les crédits à échéance par des virements.

Pour Long Haiming, directeur de la distribution d’outre-mer de Fenglu Aluminium du Guangdong, il est normal de voir une baisse des commandes en raison de la crise de la dette souveraine en Europe. Comme les produits de Fenglu sont du haut de gamme, l’impact négatif est encore peu visible. Mais se mettant en garde contre la crise, la société a accéléré l’exploitation de nouveaux marchés en Amérique latine et en Asie du Sud-est, en même temps que le marché intérieur.

Selon Lu Lei, directeur de l’Institut des finances du Guangdong, les impacts de la crise européenne de la dette souveraine seront progressifs pour les exportations chinoises vers l’UE. Le mode de développement de l’économie chinoise se situe actuellement dans une étape de transformation en vue d’éviter une trop haute dépendance aux exportations. Ainsi, la baisse de la demande extérieure pousse plus ou moins vers la réorientation de la croissance sur la demande et la consommation intérieures.

La Chine dépasse les Etats-Unis en tant que premier partenaire commercial de l’UE en juillet

Ajouté au 17/10/2011 par SHI Lei

Le commerce entre la Chine et l’Union européenne (UE) a totalisé 35,6 milliards d’euros (49,4 milliards de dollars) en juillet. Le pays détrône ainsi les Etats-Unis comme premier partenaire commercial de l’UE, a annoncé le ministère chinois du Commerce, citant les dernières statistiques du Bureau des statistiques de l’UE (Eurostat).

La valeur totale des échanges commerciaux entre la Chine et l’UE au mois de juillet était supérieure de 800 millions d’euros à celle entre les Etats-Unis et l’UE, soit 13,4% du total des importations et des exportations de l’UE, selon les chiffres publiés par l’Eurostat.

Le commerce entre la Chine et l’UE a cependant reculé de 0,8% en juillet par rapport à la même période de l’année dernière.

La Chine demeure le deuxième plus grand marché destinataire des exportations de l’UE. L’Union européenne a réalisé en juillet des exportations d’une valeur de 11,7 milliards d’euros vers la Chine, soit une hausse de 12,3% en glissement annuel. Ce pourcentage est supérieur au taux de croissance des exportations totales de l’UE (4,1%).

L’UE a importé 23,9 milliards d’euros de produits chinois, ce qui représente une baisse de 6,2% en un an. La Chine se classe cependant en tête des pays exportateurs vers l’UE, et les produits en provenance de Chine représentaient 17,4% du total des importations de l’UE.

L’UE a annoncé un déficit commercial de 12,2 milliards d’euros avec la Chine en juillet.

La position française face à la Chine expliquée au Global Times

Ajouté au 17/10/2011 par SHI Lei

Le Global Times, quotidien officiel chinois en langue anglaise a publié aujourd’hui un article intitulé ” L’Ambassadeur de France demande plus à la Chine”.

Madame Sylvie Bermann, ambassadeur de France, y parle de la crise européenne en appelant à un effort international commun : ” Nous sommes tous sur le même bateau après tout”.

Elle insiste également sur le fait que la Chine, en tant que seconde économie mondiale, devrait jouer un plus grand rôle dans le redressement économique: ” Le 12ème plan quinquennal ( 2011-2015) a pour but d’augmenter la consommation domestique ce qui signifie aussi de plus grandes opportunités pour les entreprises étrangères”.

“Nous avons maintenant près de 2.200 sociétés françaises en Chine et nous espérons encore de voir plus de coopération dans d’autres secteurs que l’aérospatiale et l’énergie nucléaire, par exemple la santé et l’alimentation”.

Madame Bermann appelle à une plus grande ouverture du marché chinois : ” Nous voulons que la Chine devienne plus ouverte et qu’elle soit reconnue le plus vite possible comme une complète économie de marché afin que le commerce bilatéral soit placé sur une base plus égale. Nous encourageons donc la Chine à poursuivre ses discussions avec la Commission européenne afin de remplir les critères”.

L’article se conclut sur la position française face à l’embargo sur les armes, imposé à la Chine par l’Union Européenne après les tragiques événements du 4 juin 1989 où l’armée chinoise, sous ordre du PCC, a tiré sur la foule place Tiananmen.

” La France soutient complètement la levée de l’embargo. Cependant cela peut prendre du temps pour que tous les membres de l’UE arrivent à un accord. ” explique au Global Times Sylvie Bermann.

 

« Précédent Suivant »