Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhai Jun insiste sur la coopération Chine-Afrique

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhai Jun a souligné mercredi le renforcement de la coopération avec les pays membres du Forum de coopération Chine-Afrique (FCCA).

Zhai Jun, également co-président du Comité de suivi chinois du FCCA, a indiqué que le forum était étroitement lié au bien-être des deux milliards de personnes en Chine et dans 50 pays africains, lors de la 8e réunion des hauts fonctionnaires du FCCA.

Il a noté que le forum avait obtenu de grands résultats, en particulier dans l’application du travail de suivi après la 4e conférence ministérielle du FCCA tenue en Egypte en 2009.

“Le forum a attiré davantage d’attention et d’investissements vers l’Afrique, et est devenu un point de repère remarquable dans la coopération internationale avec l’Afrique.

La ministre assistante égyptienne aux Affaires étrangères, Mme Mona Omar Attia, a affirmé que la Chine et l’Afrique avaient déployé de grands efforts pour surmonter l’impact de la crise financière mondiale.

La Chine et l’Afrique doivent être plus unies pour faire face aux défis, ce qui sera favorable à la sauvegarde des intérêts communs des pays en voie de développement, a-t-elle ajouté.

Plus de 240 personnes, dont de hauts fonctionnaires de la Chine et des 50 pays membres du FCCA, des représentants de la Commission de l’Union africaine et de certaines organisations régionales africaines, ainsi que des envoyés diplomatiques africains en Chine, ont participé à la réunion à Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang (est).

Le FCCA a été conjointement proposé et établi par la Chine et plus de 40 pays africains en 2000.

Le président chinois se rendra en visite d’Etat en Autriche et participera au sommet du G20 à Cannes

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Du 30 octobre au 4 novembre, le président chinois Hu Jintao effectuera une visite d’Etat en Autriche et participera au sommet du G20 prévu à Cannes en France, a annoncé vendredi Mme Jiang Yu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

M. Hu a été invité par le président fédéral d’Autriche Heinz Fischer et le président français Nicolas Sarkozy. La France assure actuellement la présidence tournante du G20, a indiqué Mme Jiang.

Le sommet du G20, qui réunit les principales économies de la planète, est devenu une plate-forme multilatérale pour promouvoir la coopération mondiale en matière d’économie.

Le forum de Cannes a pour but de restaurer la confiance des marchés en cette période critique pour la reprise de l’économie mondiale et sur fond de crise de la dette en Europe.

Le G20 regroupe les principales économies développées, dont le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni, les Etat-Unis, et d’autres pays comme l’Argentine, l’Australie, le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, la Russie, l’Arabie Saoudite, l’Afrique du Sud, la République de Corée et la Turquie, ainsi que l’Union européenne.

EPR de Taishan : pose du dôme

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

La pose d’un dôme de 240 tonnes à 44 mètres de hauteur sur le bâtiment réacteur de la tranche 1 de l’EPR de Taishan dans le Guangdong a été réalisée hier avec succès.
Cette opération, coordonnée par le maître d’ouvrage Taishan Nuclear Power Joint Venture Company (TNPJVC) – Joint Venture détenue à 70% par CGNPC et à 30% par EDF – intervient un peu plus de 2 ans après le coulage du béton du radier du bâtiment réacteur.

 
Cette réussite constitue une étape majeure pour la construction du réacteur EPR fourni par AREVA en Chine. Elle est l’aboutissement d’un travail de grande ampleur, qui a duré plus de deux ans et a mobilisé plus de 2 000 personnes pour la réalisation du génie civil du bâtiment réacteur.

 

Lancement de « Bordeaux Connexion » à Hong Kong

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Après Shanghai et Pékin, Bordeaux Gironde Investissement a officiellement lancé le 26 octobre l’antenne hongkongaise de « Bordeaux Connexion ». Objectif : créer un réseau d’ambassadeurs de l’Aquitaine à l’international en s’appuyant sur les Bordelais expatriés.

« On vous a réuni dans un restaurant provençal mais ne nous en tenez pas rigueur le menu est Bordelais ! » annonce en accueillant ses invités Marc Etcheverry.

Profitant de la troisième édition du Wine & Dine Festival (reproduction hongkongaise de la Fête du Vin de Bordeaux) qui ouvre ses portes au public vendredi 28 octobre, le jeune chargé de mission de Bordeaux Gironde Investissement avait choisi le restaurant « Chez Didier » pour réunir les futurs ambassadeurs de la capitale girondine.

« Le but de notre agence, organisme para public financé par la Région Aquitaine, le Conseil Général, la Mairie de Bordeaux, la Communauté Urbaine et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux est de promouvoir Bordeaux à l’international et d’essayer d’y attirer des investisseurs étrangers.

Diaspora bordelaise

Comme les Bretons, les Chtis, les Corses ou les Basques, les Bordelais qui se sont installés à l’étranger gardent un attachement très fort à leur région, c’est pour cela que nous avons reçu il y a deux ans, la mission de créer un réseau d’ambassadeurs. Ces ambassadeurs vont avoir, à un moment donné, le réflexe de promouvoir Bordeaux auprès d’interlocuteurs désirant s’implanter en Europe et pourrons nous le faire savoir » explique-t-il.

Depuis sa création en 2009, Bordeaux Connexion compte cinq cent ambassadeurs à travers le monde, notamment à Québec, à Londres et en Californie. En Chine, les diplomates girondins sont déjà cinquante répartis entre Shanghai et Pékin. La plate- forme internet www.bordeaux-connexion.com, mise en place leur permet de communiquer et d’échanger les informations.

La première réunion de la « diaspora » girondine hongkongaise comptait près d’une vingtaine d’invités aux côtés de vignerons, du représentant de La Charcuterie Bordelaise, du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux et de son Directeur Général, bien décidés à relever le défi. Parmi eux, des figures « historiques » de la communauté française comme Jacques Boissier, Président de Classic Fine Foods ou Jean Yves Chatté, créateur de l’épicerie « Monsieur Chatté ».

Un club ouvert

Des jeunes bordelais installés plus récemment à Hong Kong comme Pierre Stanghellini, directeur marketing du groupe de restaurants Aqua, Gaspard de Roquefeuil, directeur des ventes de Asia Jet, Jordi Bonabosch du cabinet Deloitte, Catherine Pechaudra – Hourdou dont la société Keyfair Investment vend notamment des vignobles à des investisseurs hongkongais avaient également répondu à l’appel.

« Il n’y a pas de critères trop strictes pour rejoindre Bordeaux Connexion, il suffit d’être natif de la région ou d’y avoir fait ses études, être supporters des Girondins de Bordeaux ou encore aimer le vin de Bordeaux… Ensuite c’est très simple,il faut nous contacter directement par l’intermédiaire de notre plate forme » ajoute en souriant Marc Etcheverry.

Dans cet esprit, les « voisins basques » arrivés la veille pour Wine & Dine Festival sous la houlette du charcutier Pierre Oteiza s’étaient naturellement joints au déjeuner et c’est au son chaleureux de l’accordéon et des chansons du célèbre « Étienne » que les diplomates se sont quittés en prenant date pour une prochaine réunion.

 

Visite du Secrétaire d’État auprès du Ministre d’État, Ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des Français de l’étranger

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

M. Édouard COURTIAL, Secrétaire d’État auprès du Ministre d’État, Ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des Français à l’étranger, s’est rendu à Wuhan les 24 et 25 octobre 2011.
A cette occasion, M. COURTIAL a présidé une réunion de travail avec des associations françaises et les membres de la communauté d’affaires de Wuhan.

Le Ministre a pu également rencontrer les membres de la communauté française lors d’une réception offerte à l’hôtel Novotel le 24 octobre.

Enfin, une visite des installations de l’entreprise DPCA a été organisée le 25 octobre. A l’occasion de ce déplacement, le Ministre a visité l’école MLF/DPCA, le village où résident les expatriés de l’entreprise, ainsi qu’une unité de production automobiles.

 
Biographie de M. Édouard COURTIAL
——————————————————————————–

Allocution de M. Édouard COURTIAL, Secrétaire d’État auprès du Ministre d’État, Ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des Français à l’étranger
Monsieur le Consul général,
Mes chers compatriotes,

C’est avec grand plaisir que je me joins à vous ce soir, dans le cadre d’un voyage en Chine, pays devenu l’une des toutes premières destinations des expatriés français dans le monde.

Et c’est avec un égal plaisir que je fais étape à Wuhan, une des villes les plus francophiles de cet immense pays parvenu au rang de seconde économie mondiale.

Il m’a paru essentiel de venir saisir ici toute l’importance des intérêts français dans une ville appelée à devenir l’une des grandes métropoles de la Chine et où notre présence revêt un caractère à la fois ancien et stratégique.

J’ai voulu mesurer directement et personnellement les problèmes et les défis auxquels vous êtes quotidiennement confrontés et les conditions dans lesquelles vous exercez vos activités.

Mon rôle, c’est de voir dans quelle mesure le Gouvernement français peut vous soutenir et vous aider.

J’ai bien réalisé la place exceptionnelle de notre pays à Wuhan.

Le Consulat général de France a ainsi été la seule représentation étrangère présente dans cette ville pendant 10 ans, de 1998 à 2008, jusqu’à l’ouverture des consulats américain et coréen.

Une telle proximité politique a été facilitée par des liens étroits, noués il y a près de 20 ans par Citroën puis PSA.

Le secteur automobile a été précurseur d’une présence économique qui s’est largement diversifiée et qui concerne désormais de nombreux secteurs, notamment l’énergie avec l’implantation d’Alstom, la grande distribution, la banque, le développement durable, l’environnement et les transports. Aujourd’hui, près d’un quart de nos investissements en Chine sont concentrés à Wuhan où près de 80 entreprises sont représentés.

Leur marge de progression est loin d’être épuisée puisque d’autres grands noms de l’économie française annoncent leur intention de s’établir à Wuhan.

C’est le cas notamment de Schneider, de Keolis, d’Eurocopter ou de Suez Environnement.

C’est le cas également d’Air France qui ouvrira d’ici quelques mois une liaison aérienne directe entre Wuhan et Paris.

*

Et en évoquant ici la place de la France, je ne saurais passer sous silence les liens qui nous unissent à Wuhan dans le cadre de notre coopération culturelle, scientifique et universitaire.

Cette coopération s’oriente ces dernières années vers des opérations de très haut niveau, tout particulièrement en matière de recherche. Je relèverai au passage, avec satisfaction, deux de nos plus belles opérations : le projet de laboratoire P4 de haute sécurité biologique sur les maladies infectieuses émergentes et l’Institut sino-européen ICARE sur les énergies propres et renouvelables mené par le groupe Paristech des grandes écoles françaises et l’université Huazhong des sciences et technologies.

Je visiterai demain matin l’une de nos principales implantations industrielles : le site de Peugeot-PSA.

Je voudrais saluer l’immense travail que réalisent dans cette ville de Wuhan les entreprises françaises, leurs cadres et les familles qui les accompagnent dans cette grande aventure qu’est l’expatriation en Chine. Je veux rendre hommage à tout ce que vous, membres de la communauté française de Wuhan, faites pour notre économie et le rayonnement de la langue et de la culture françaises. Je vous remercie de votre engagement. Il fait honneur à la France.

Je vous exprime le soutien des autorités françaises. Ce sera aussi le sens de la visite de la Ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, le 5 novembre prochain à Wuhan.

*

Mes chers compatriotes,

Nommé il y a peu au sein du Gouvernement, ma mission est, comme vous le savez, d’être à votre écoute et de répondre à vos besoins.

Et je voudrais à cet égard dire l’extrême attention du Gouvernement pour les questions de scolarisation des enfants des familles françaises à l’étranger.

Le Conseil des ministres a ainsi adopté le 15 juin dernier un Plan de développement de l’enseignement français à l’étranger prévoyant le maintien d’une dotation budgétaire de 420 millions d’euros sur 2011-2013.

L’effort ainsi consenti est considérable et aucun autre pays dans le monde aujourd’hui ne déploie autant de moyens pour la scolarisation de ses ressortissants. Malgré la crise budgétaire et financière que nous traversons aujourd’hui, cet engagement ne sera pas remis en question.

A Wuhan, où deux écoles françaises cohabitent avec des moyens et des statuts différents, ce soutien vous est acquis.

De la part du Gouvernement français bien sûr, mais pas seulement.

Les autorités locales, me rapporte-t-on, sont extrêmement attentives à ce que ce besoin de scolarisation soit pleinement satisfait.

Elles ont déjà pris des dispositions pour bâtir, dans la zone de développement économique de Wuhan, des locaux destinés à abriter la future école française internationale de Wuhan.

Elles y voient, comme nous, un complément important à l’offre d’enseignement français dans une ville où la croissance rapide et continue de l’activité économique porte d’ores et déjà à saturation les capacités de scolarisation existantes.

Je saisis cette occasion pour saluer l’engagement de la ville de Wuhan sur ce projet et la marque d’intérêt et d’amitié qu’il implique de sa part envers la France.

*

Mes chers compatriotes,

L’année 2012 sera une année électorale très importante avec l’élection du Président de la République.

Vous pourrez également, pour la première fois, élire directement 11 députés en vertu d’un nouveau droit qui résulte d’une promesse de campagne du Président de la République mise en œuvre par la réforme constitutionnelle de 2008.

Pour ces élections législatives, au-delà du vote à l’urne ou par procuration, il vous sera également possible de voter par voie électronique ou par correspondance. C’est une innovation majeure.

Pour pouvoir voter, vous devez être inscrits sur la liste électorale du Consulat général avant le 31 décembre prochain. Passée cette date, il sera trop tard.

Je vous invite donc à vérifier sur le site internet du Consulat que vous êtes bien inscrits et à faire passer ce message autour de vous.

Je vous invite ensuite à participer fortement à ces élections.

Pour que les députés soient le relai efficace du plus grand nombre de nos compatriotes établis hors des frontières nationales.

Mais aussi pour faire pleinement prendre conscience à nos concitoyens de l’Hexagone de la richesse extraordinaire que vous constituez pour notre pays.

Votre participation sera le symbole d’une démocratie vivante et d’un pays qui rayonne au-delà de ses frontières nationales.

Et pour la première fois, ce sera aussi le signe d’une France qui donne toute leur place à ses concitoyens où qu’ils se situent dans le monde.

J’ajoute enfin que la nomination d’un Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger s’inscrit dans la logique de la prise en compte du poids grandissant des Français expatriés dans la République.

***

Mes chers Compatriotes,

Vous vivez dans un pays qui connaît un essor extraordinaire et en perpétuelle transformation.

Vous êtes pour la France un atout exceptionnel.

Vous représentez ce que la France a de meilleur : une France qui entreprend, une France qui innove, une France qui réussit.

Vive la République et vive la France !

 

La Chine s’engage aux liens commerciaux plus étroits avec la Belgique

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Le vice-président chinois Xi Jinping a rencontré lundi le prince Philippe de Belgique en visite à Beijing, et a appelé à des efforts conjoints afin d’élargir les liens commerciaux bilatéraux et les coopérations substantielles.

“Les fondations pour le développement stable des relations Chine-Belgique sont le respect mutuel, l’égalité et l’importance mutuellement accordée aux intérêts fondamentaux des deux parties” a dit M. Xi.

Le prince Philippe effectue cette visite en Chine à l’occasion de la célébration du 40ème anniversaire de l’établissements des liens diplomatiques entre les deux pays.

L’exploitation des potentiels commerciaux se classe en haut de l’agenda du Prince, qui est accompagné par une délégation commerciale de 450 membres.

Le prince Philippe s’est déclaré totalement en accord avec M. Xi sur le développement des coopérations bilatérales. Il s’engage à des efforts conjoints avec la Chine pour maintenir des échanges de haut niveau, approfondir la compréhension mutuelle des peuples, et élargir les échanges dans les domaines de la technologie, l’éducation et la culture.

Sa délégation devrait signer quelque 40 contrats de coopération avec la Chine.

 

UE/Chine : vers une intensification de leur coopération en matière d’éducation, de culture, de jeunesse et de recherche

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

L’Union européenne (UE) et la Chine s’apprêtent à intensifier leur coopération en matière d’éducation, de culture, de jeunesse, de recherche et de multilinguisme, a annoncé la Commission européenne dans un communiqué.

Les deux parties se prépare au lancement d’un dialogue interpersonnel dans ces domaines, dont l’objectif est d’approfondir la compréhension et de renforcer la confiance mutuelle en facilitant les échanges entre les deux partenaires stratégiques, et ce dans un nouveau cadre de coopération qui sera officiellement lancé avant la fin de l’année, selon le communiqué.

Le nouveau dialogue interpersonnel de haut niveau UE-Chine représentera un “troisième pilier” dans les relations entre les deux partenaires. Il s’appuiera sur deux accords de coopération précédents, le dialogue économique et commercial de haut niveau (“premier pilier”) et le dialogue stratégique de haut niveau (“deuxième pilier”).

Le dialogue interpersonnel bénéficiera du même statut que les autres accords et possèdera une structure souple dont l’incidence financière sera très faible. Sa première réunion officielle aura lieu en 2012.

La commissaire européenne chargée de la Culture, Mme Androulla Vassiliou, se trouve actuellement en Chine pour mettre la dernière main aux préparatifs du lancement dudit dialogue.

“Ce nouveau pilier de la coopération portera les relations sino-européennes à un niveau plus élevé. Il ouvrira la voie à un dialogue sur un large éventail de sujets et apportera, par là même, de réels avantages à la fois aux citoyens européens et chinois. Il marquera une avancée très importante dans les relations UE-Chine”, a commenté la commissaire Vassiliou.

 

Ruée des Chinois vers l’étranger pour y acquérir des biens immobiliers

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Que ce soit dans leur pays d’origine ou bien à l’étranger, les Chinois accordent toujours la plus grande importance aux achats de biens immobiliers et cela est une tradition millénaire de la culture chinoise de consommation qui préconise que le plus important pour un individu est d’avoir un gîte. A l’heure actuelle où un grand nombre de pays du monde s’efforcent de se remettre de la crise financière et économique qui les a frappé durement, en Chine c’est tout le contraire vu que le nombre des richards multiplie sans cesse. Suite à l’augmentation des Chinois qui sortent du pays et qui s’installent à l’étranger, la fortune et les biens qu’ils apportent avec eux constituent une quantité considérable de capitaux fébriles qui foncent impétueusement vers les marchés immobiliers des pays où ils désirent s’établir. Ainsi maintenant, c’est le tour des Chinois de « sortir audacieusement » du pays, de traverser les mers et de passer par monts et par vaux pour aller s’installer aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, en Europe, en Asie du Sud Est ou bien dans d’autres endroits où ils dépensent sans compter pour acquérir des biens immobiliers et c’est ainsi qu’il est déclenché à l’étranger une nouvelle « tempête d’achats de biens de propriété ».

Toutefois, lorsque un nombre croissant de gens s’engouent et s’entichent des investissements à l’étranger dans les marchés immobiliers, on se préoccupe et on s’inquiète de plus en plus aux risques que cela provoque en même temps. Des spécialistes du marché indiquent que les achats de biens immobiliers à l’étranger constituent en fait un investissement dont la distance physique est de « long tracé », ce qui signifie qu’il faut être plus prudent dans le processus d’investissement et qu’il est nécessaire de réfléchir mûrement, de mener de sérieuses enquêtes et d’évaluer judicieusement la situation avant de prendre décision. Il ne faut absolument pas se laisser griser et suivre à l’aveuglette. Comment adopter une attitude et une position positives et avoir l’esprit lucide face aux marchés immobilier étrangers, c’est en vérité un problème qui mérite de réflexions mûres et profondes.

La ruée des investisseurs chinois pour acquérir des biens immobiliers à l’étranger est en fait due à la dépression et au marasme du marché immobilier intérieur.

Depuis le début de cette année, suite aux effets de l’application d’une série de mesures politiques en vue de régulariser et de contrôler le marché le marché immobilier, dans les principales grandes villes chinoises, il est apparu une situation où l’immobilier est en dépression et en récession et où son avenir est flou et incertain. Ainsi, le volume des transactions du marché immobilier est en baisse continuelle, car les restrictions imposées aux achats et aux prix répriment fortement l’enthousiasme des investisseurs pour le marché immobilier, alors que pour ces derniers, il est important et urgent pour eux un domaine sûr pour placer l’argent et les fonds qu’ils disposent. Et c’est justement à ce moment-là qu’ils constatent que les achats à l’étranger de propriétés constituent pour eux un bon moyen de placement de capitaux.

Suite à l’augmentation du nombre des Chinois qui sortent du pays pour s’installer à l’extérieur, de plus en plus d’investisseurs chinois commencent à tourner leur regard vers l’autre côté de la mer et de l’océan et décident d’investir à l’étranger, ce qui influence sans cesse les marchés immobiliers d’un grand nombre de pays et de territoires du monde. Des spécialistes et des personnalités du milieu indique que le volume global des fonds et des capitaux qui n’ont pu être investis en Chine en raison de la politique de contrôle et de réajustement du marché immobilier intérieur est estimé à plus de 400 milliards de yuans RMB. Parmi ces fonds et ces capitaux, combien y en a-il qui sont écoulés à l’étranger vers les marchés immobiliers, il n’y a pas moyen jusqu’ici de les établir statistiquement.

Au cours des six premiers mois de cette année, les services établis en Chine par Colliers International (le plus grand réseau de sociétés indépendantes actives dans l’immobilier d’investissement) ont placé plus de 130 millions de yuans RMB pour investir dans des projets de construction immobilière à l’étranger, dont principalement à Vancouver, au Canada. Parmi les autres pays dont ce genre d’investissement est souhaité et bien accueilli, on remarque entre autres la Grande-Bretagne, l’Australie, les Etats-Unis, Singapour et l’Allemagne.

Les investisseurs chinois se ruent au Canada pour s’installer à Vancouver et pour y acheter des maisons. Leur nombre croît sans cesse pour atteindre, durant le premier trimestre de cette année, 29% du nombre total des investisseurs chinois établis à l’étranger, soit quatre points de pourcentage de plus par rapport à l’année dernière avec 25%. Avec l’impulsion due au facteur chinois, le prix de l’immobilier dans cette ville canadienne a augmenté de 12% en 2010. Selon les prévisions de Canada Mortgage and Housing Corp.(CMHC), les prix de l’immobilier à Vancouver continueront à s’accroître cette année au moins de 3%.

L’Association nationale américaine de l’immobilier a établi des données qui montrent qu’au cours de l’année allant de mars 2010 à mars 2011, les investisseurs étrangers ont placé dans le marché immobilier américain plus de 41 milliards de dollars US et que parmi les acheteurs 9% sont d’origine chinoise, lesquels occupent la deuxième place juste après les Canadiens qui sont à la tête avec 23%, tandis que les Britanniques, les Mexicains et les Indiens occupent ex aequo la troisième place avec 7%.

En Grande-Bretagne, pour les seuls deux derniers mois, les Chinois ont investi quelques 120 millions de livres sterling (environ 1,27 milliards de yuans RMB) pour acquérir des biens immobiliers à Londres. Dans le quartier financier londonien « Canary Wharf » , un tiers des maisons qui viennent d’être vendues sont acquises par des acheteurs venus de la partie continentale chinoise ou bien de Hong Kong. L’année dernière toujours dans la capitale britannique, dix pour cent des nouvelles maisons ont été acquises par des Chinois. Savills plc, un fournisseur de services immobiliers coté à la bourse de Londres, révèle qu’une quantité considérable de capitaux étrangers se précipitent sur le marché immobilier londonien et que parmi ces capitaux, les fonds venus de la Chine augmentent sans cesse et rapidement.

En Corée du Sud, de janvier à mars derniers, la surface des biens immobiliers acquis dans le pays par des Chinois s’élève à 165.560 mètres carrés, soit presque le double par rapport à la même période de l’année passée, tandis que la valeur globale atteint 74,9 milliards de Wons sud-coréens (environ 448 millions de yuans RMB), soit une augmentation de près de quatre fois par rapport à la période correspondante de l’année dernière (15,6 milliards de Wons sud-coréens). Pour ce qui est de Singapour qui se trouve également en Asie, le nombre des acheteurs chinois venus de la partie continentale a dépassé celui des Indonésiens et des Malaisiens et les Chinois figurent maintenant à la tête des clients étrangers quant à l’achat à Singapour de maisons privées …… tellement de Chinois qui investissent dans les marchés immobiliers étrangers et c’est justement cela qui déclenche la « ruée d’acquisition de biens immobiliers à l’étranger ».

Dans la ruée vers l’étranger pour les achats de biens et de propriétés, il faut agir avec prudence et non pas à l’aveuglette et surtout ne pas se laisser griser par de beaux discours.

Bien qu’à l’heure actuelle, un grand nombre de Chinois préfèrent placer leur argents et leurs fonds à l’étranger pour y faire des achats de biens et de propriétés et pour s’y établir définitivement, toutefois, il ne faut pas oublier qu’il y a pas mal de risques qu’ils doivent affronter et auxquels ils sont obligés de faire face. Certains spécialistes du marché ont fait remarquer que les achats de biens immobiliers à l’étranger constituent en fait un investissement dont la distance physique est de « long tracé » et qu’il faut faire preuve de prudence dans le processus d’investissement.

Dans certains pays, les prix de l’immobilier ne sont effectivement pas élevés, tandis que les coûts provenant des dépenses des maillons de l’achat, de la propriété et de la vente ne sont nullement pas négligeables. En dehors des risques dus à la chute des prix de l’immobilier, il faut tenir compte également de la possibilité du flottement du change. Suite à la croissance rapide de l’économie chinoise, il y a de plus en plus de richards dans le pays et parmi eux, certains pensent à leur avenir ou bien à fournir à leurs progénitures un excellent environnement d’éducation, pour réaliser leur rêve, ils portent et fixent leur regard vers l’étranger. Ainsi, pour la plupart des investisseurs chinois, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie et certains autres pays sont devenus pour eux les pays où ils peuvent réaliser leur rêve et leur objectif. Un média étranger a rapporté dernièrement qu’un investisseur chinois a dépensé sans compter plusieurs centaines de millions de dollars US pour faire l’acquisition de biens immobiliers à New York. Toutefois pour les Chinois qui désirent investir à l’étranger, il est important pour eux de faire preuve de lucidité, de clairvoyance et de prudence, de voir les choses sous l’angle spécial en discernant les risques et de faire les choix en agissant avec précaution en tenant compte de leurs conditions financières et économiques, et en aucun cas, ils ne doivent se comporter en mouton de Panurge en suivant aveuglément les autres.

Un courtier américain des affaires immobilières a indiqué qu’à l’heure actuelle, la plupart des Chinois qui sortent du pays pour faire l’acquisition de biens immobiliers à l’étranger, sont conscients de l’importance d’avoir l’aide d’un courtier et ils l’engagent avant leur départ pour un quelconque pays. Cependant, d’après lui, cela est insuffisant, car pour les acheteurs chinois, ils ont toujours des idées erronées au sujet du choix de l’emplacement de la maison qu’ils désirent acheter. Par exemple, ils préfèrent une maison de petite surface dans le centre de la ville et cela provient complètement et directement de leurs expériences acquises dans leur pays d’origine, c’est-à-dire en Chine. Car dans des pays tels que les Etats-Unis, le Japon ou bien l’Australie, dans le cas où l’on ne fait pas un bon choix dans un quartier du centre-ville, non seulement il serait possible que la revalorisation soit lente, alors que la plupart des locataires seraient des étudiants étrangers ou bien des habitants locaux à revenu bas, lesquels sont le type de preneur que les investisseurs de l’immobilier souhaitent le moins avoir affaire. Par conséquent, comment en fin de compte placer au mieux son argent et ses fonds, il est nécessaire de bien réfléchir, de mener des enquêtes judicieuses et de porter un jugement approprié et pertinent sur la situation. Il est important d’avoir le sens des affaires, d’avoir l’esprit lucide, et surtout il ne faut pas suivre les autres à l’aveuglette.

 

Ouverture d’un forum international sur le taoïsme au Hunan

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

La province centrale du Hunan a inauguré dimanche un forum international de haut niveau sur le taoïsme à Nanyue afin de soutenir son développement.

Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC, organe consultatif suprême de Chine) et membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a appelé dans son discours prononcé devant quelque 500 participants au forum venus d’une vingtaine de pays, dont la Chine, les Etats-Unis, la France, l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie et le Japon, à explorer l’essence du taoïsme et à rendre la culture chinoise plus accessible au le monde.

Le forum d’une durée de trois jours représente une volonté de promouvoir la paix durable et la prospérité commune dans le monde, a indiqué M. Jia.

“Le taoïsme est une part essentielle de la culture traditionnelle chinoise ainsi qu’un précieux composant de la civilisation de l’Humanité”, a-t-il ajouté.

Chine – Visite d’Alain Juppé à Pékin (22.10.11)

Ajouté au 24/10/2011 par SHI Lei

Le ministre d’État effectuera une visite à Pékin le 22 octobre. Il s’entretiendra avec M. Wang Qishan, vice-Premier ministre chargé des questions financières et M. Zhang Zhijun, vice-ministre des Affaires étrangères.

A la veille du sommet du G20 qui se tiendra à Cannes les 3 et 4 novembre prochains, la France attache la plus haute importance à ses consultations avec la Chine, en particulier afin que soient prises des décisions importantes pour une croissance mondiale forte, durable et équilibrée ainsi que sur la réforme du système monétaire international.

La Chine est un partenaire essentiel de la présidence française du G20. Sa contribution à la réussite de cette échéance importante sera décisive.

« Précédent