L’observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine, Cité de l’Architecture et du patrimoine

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

L’Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine, crée en 1997, pour mission de développer les coopérations entre les professionnels chinois et français dans les domaines de l’enseignement, de la recherche ou de la maîtrise d’œuvre avec les milieux de l’architecture, de la ville, du paysage et du patrimoine.
 L’Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine
L’Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine (OACC) a été crée en 1997 par les ministères des Affaires étrangères et européennes, de la Culture et de la communication, de l’Education nationale, et de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Il est depuis 2001 rattaché à l’Institut français d’architecture, à la Cité de l’architecture et du patrimoine. Il a pour mission de développer les coopérations entre les professionnels chinois et français dans les domaines de l’enseignement, de la recherche ou de la maîtrise d’œuvre avec les milieux de l’architecture, de la ville, du paysage et du patrimoine.

 Coopération avec la Chine
L’OACC et l’Ecole d’architecture et d’urbanisme de l’université Tongji ont développé depuis 1998 une coopération sur le patrimoine urbain, architectural et paysager, au travers notamment du Programme présidentiel « 150 architectes, urbanistes et paysagistes » achevé en 2005.

Cette coopération a été renforcée en 2007 par la signature d’une convention entre, pour la partie chinoise, l’Université Tongji, l’Institut de formation et de recherche du Patrimoine Mondial de l’UNESCO (région Asie et Pacifique, Shanghai), et pour la partie française, la Direction de l’Architecture et du Patrimoine (DAPA) du Ministère de la Culture et de la Communication, et la Cité de l’architecture et du patrimoine.

 
Convention entre l’Université Tongji, la Cité de l’architecture et du patrimoine et la Direction de l’architecture et du patrimoine du Ministère de la cultureLa convention se fixe pour objectif de renforcer « la conviction commune que la préservation et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et paysager sont des fonctions fondamentales pour un développement harmonieux et durable des villes, des territoires et du cadre de vie des gens qui les habitent ».

 Actions menées en 2010
Dans ce cadre, les actions suivantes ont été menées en 2010
Les ateliers croisés

Ils permettent de confronter les approches et les méthodes françaises et chinoises en faisant travailler ensemble sur le terrain des enseignants et des étudiants des deux pays. En 2009-2010, les étudiants et professeurs français et chinois ont mené une étude de terrain dans un village de la province du Shaanxi (Liang) dont les résultats ont été présentés aux habitants du village de Liang et ont été exposés à Pingyao et à l’université Tongji.

Activités autour de la construction en terre
Ces activités ont été organisés par l’OACC en collaboration avec CRAterre, une association et un laboratoire de recherche de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, qui œuvre à la reconnaissance du matériau terre afin de répondre aux défis liés à l’environnement. En octobre 2010, un séminaire sur la construction en terre s’est tenu à Pingyao. Ce séminaire a été suivi par un atelier de restauration d’un mur de fortification en terre.

Séminaires et expositions dans le cadre de l’Exposition universelle de Shanghai
l’OACC a organisé un séminaire, au Pavillon de France de l’Exposition universelle de Shanghai, présentant les différents projets menés par l’OACC autour de trois thèmes : mise en valeur du patrimoine, développement du tourisme culturelle, nouvelles pratiques architecturales et urbaines. Trois expositions ont par ailleurs été organisées :

•Avec les lauréats des « Global Award for Sustainable Architecture 2007-2009 » ,
•Sur les résultats des « ateliers croisés » à Liang (Shanxi) et Zhaji (Anhui), (organisée par l’Ecole de Chaillot et l’université Tongji),
•Et sur le thème « tourisme, culture et patrimoine : expériences françaises ».

Echange d’expertise

l’OACC organise de façon régulière des voyages d’étude pour des délégations d’urbanistes chinois. En 2010, ont ainsi été organisés des voyages d’étude sur les thèmes de la protection et de la mise en valeur du patrimoine historique français et de l’aménagement urbain et de la protection du patrimoine des villes moyennes ainsi qu’une formation à destination de l’Association des urbanistes de Chine ayant pour objet de faire découvrir à des professionnels chinois les politiques et les outils français pour la protection, la gestion et la mise en valeur du patrimoine architectural et urbain et de leur faire connaître des projets urbains dans des centres anciens. La période du séjour a permis à la délégation d’assister à la Biennale de Design.
Les « Entretiens de Chaillot »

Les « Entretiens de Chaillot » invitent chaque année dix architectes, français ou étranger, à présenter ses réalisations et projets, sa pensée et ses méthodes devant un public mixte de professionnels et de curieux. L’architecte Zhang Lei a présenté ses travaux lors d’une conférence en octobre 2010.

L’atelier international de maîtrise d’oeuvre urbaine à Changzhou

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

L’Atelier international de maîtrise d’oeuvre urbaine s’est tenu à Changzhou (Province du Jiangsu) du 10 au 23 octobre 2010 autour du thème : « Quartiers de gare à l’échelle chinoise ».

 Les Ateliers de Cergy

Association à but non lucratif, Les Ateliers sont un réseau international de professionnels, d’universitaires et de décideurs en matière d’aménagement urbain. Centrée sur la pratique de la maîtrise d’oeuvre urbaine, l’association organise des ateliers envisagés comme un lieu de conception et de créativité. En France ou dans d’autres pays, ces ateliers apportent aux maîtres d’ouvrage un regard international et des propositions novatrices sur leurs sujets d’aménagement territorial. Ils sont aussi, par la confrontation des disciplines et des cultures, un lieu de remise en question des apprentissages et d’échange de haut niveau. Initialement centrés sur les thématiques d’aménagement en Ile-de-France, Les Ateliers ont par la suite développé une forte expertise en Asie, notamment en Chine, où quatre Ateliers ont déjà été menés (Canton, Shanghai, Huludao, Changzhou).

 L’Atelier de Changzhou
L’Atelier de Changzhou, mené à la demande des autorités locales, s’inscrit dans l’accord ministériel franco-chinois DUD – développement urbain durable – et a été cofinancé par le ministère de l’Ecologie (MEDDTL). Le projet bénéficie également de l’appui technique et financier du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) dans le cadre de son projet « éco-villes chinoises et bâtiments durables du futur ».

Située entre Nankin et Shanghai, au cœur du delta du fleuve Yangtse, l’agglomération de Changzhou participe à la dynamique actuelle du développement urbain considérable que connait la Chine. Déjà pionnière en matière de transports, la ville compte profiter des nouvelles infrastructures ferroviaires régionales et nationales pour promouvoir un développement urbain durable. Cette volonté fait écho au souhait des autorités provinciales du Jiangsu de tendre vers un développement urbain ‘à l’européenne’ des villes de la province.
« 3 quartiers de gare à l’échelle chinoise »

Le thème choisi pour ces ateliers : « 3 quartiers de gare à l’échelle chinoise » est emblématique de nombre de métropoles chinoises où la modernité s’est manifestée par la prolifération d’infrastructures de transport et un étalement urbain sans précédent. Comment recréer des quartiers dotés d’urbanité, comment conférer une identité urbaine à une ville qui a profondément modifié une grande partie de son territoire faisaient partie des questions soumises aux équipes, composées de 6 personnes, étudiants de Tongji et professionnels occidentaux.

Les Ateliers ont permis à trois équipes franco-chinoises, composées d’étudiants, d’architectes, d’urbanistes, de paysagistes, d’ingénieurs et d’économistes de travailler pendant deux semaines sur ces problématiques. Leurs propositions ont été soumises à un jury chargé d’identifier au sein de cette production globale les éléments d’analyse et de projets les plus pertinents. Il participe ainsi, en tant que « 4ème équipe », au processus de création collective propre à un atelier.
Propositions d’action

Neuf propositions d’actions ont été retenues par le jury :

•1. Fixer une limite à l’étalement de la ville,
•2. Proposer une ville accessible (peu chère), avec services et qualité urbaine,
•3. Développer un marketing participatif permettant d’affirmer avec les habitants une ambition et une fierté d’appartenance,
•4. Encourager le développement d’un réseau régional de transports en commun interconnectés répondant aux besoins des habitants, des communautés et des entreprises,
•5. Structurer la trame verte et bleue de la ville, en renforçant le maillage vert et en mettant d’avantage en valeur le réseau des canaux,
•6. Encourager les circulations piétonnes et cyclistes, en particulier pour l’accès aux gares,
•7. Hiérarchiser les centralités/gares et traiter de manière particulière le quartier de la gare centrale pour en faire le centre de l’agglomération,
•8. Développer la nouvelle gare TGV de Xinbei en favorisant les projets qualitatifs ou expérimentaux, ainsi que la préservation du sol pour l’avenir,
•9. Créer un jeu de mise en scène entre la ville et le train.

Le pianiste français Richard Clayderman à Hangzhou

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

Le pianiste français Richard Clayderman et cent élèves de piano ont interprété ensemble la chanson pour enfants Wo ai Beijing Tian’an men (j’aime la place Tian’anmen de Beijing), le 12 juillet devant la Bibliothèque de Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang. L’artiste français présentera un concert ce soir au Grand Théâtre de Hangzhou.

Les projets de l’AFD en matière d’efficacité énergétique

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

L’AFD mène plusieurs projets dans le domaine de l’efficacité énergétique.
 Groupe de travail du CCICED sur l’efficacité énergétique des villes chinoises
Le China Council for International Cooperation on Environment and Development (CCICED) est un think-tank regroupant des experts chinois et internationaux destiné à conseiller le gouvernement chinois sur les politiques liées à l’environnement. Le groupe de travail soutenu par l’AFD et coprésidé par Mme Laurence Tubiana directrice de l’Institut de recherche sur le développement durable et les relations internationales basé à Paris (IDDRI) et le professeur Jiang Yi du département d’architecture de l’Université Tsinghua a proposé un ensemble de recommandations en matière d’efficacité énergétique en zone urbaine, dans les domaines de la planification urbaine, les transports, le bâtiment et le chauffage urbain.

 

 Lignes de crédit efficacité énergétique
L’Agence française de développement finance par prêts à hauteur de 180 millions d’euros deux « lignes de crédit vertes » centrées sur l’efficacité énergétique des process industriels. A travers un partenariat avec trois banques chinoises (Huaxia Bank, Shanghai Pudong Development Bank et China Merchants Bank), l’AFD accompagne le financement d’investissements d’entreprises publiques et privées qui présentent un potentiel intéressant d’économie d’énergie. L’AFD fournit par ailleurs une assistance technique aux banques partenaires afin de les aider à développer leurs compétences afin de démultiplier les financements « verts » en Chine.

 

 Efficacité énergétique dans la reconstruction des maisons rurales au Sichuan
Dans le cadre du projet de reconstruction post-séisme au Sichuan, l’AFD a financé une composante « Assistance technique » destinée à accompagner la reconstruction de maisons rurales durables. Un Guide pédagogique en mandarin pour la construction des maisons rurales mettant l’accent sur les normes parasismiques et l’efficacité énergétique a été réalisé en partenariat avec le MOHURD et la Commission de Construction du Sichuan. Compte tenu de l’importance de la thématique des maisons rurales dans toute la Chine, ce guide a été largement diffusé (plus de 100 000 exemplaires) par l’Ambassadeur de France en Chine au Premier Ministre chinois et aux gouverneurs de toutes les provinces chinoises et a fait l’objet de formations pour 800 décideurs locaux et techniciens paysans. Le MOHURD a labellisé ce Guide et proposé à l’AFD d’étendre cette coopération au niveau national.

Le centre de formation franco-chinois aux métiers de l’énergie

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

Partenariat d’excellence entre deux établissements français et chinois, le Centre de formation franco-chinois aux métiers de l’énergie (CFFCME) a ouvert en 2001 avec l’appui de l’Ambassade de France en Chine et est soutenu par de nombreuses entreprises françaises. Il propose des formations dans le domaine du génie climatique.
Le Centre de formation franco-chinois aux métiers de l’énergie (CFFCME) est un établissement de coopération éducative entre le Lycée Maximilien Perret-Gefen d’Alfortville, près de Paris, et l’Université de Génie Civil et d’Architecture de Pékin. Il a ouvert en 2001.

 
Le Centre de formation franco-chinois aux métiers de l’énergieLe centre est dirigé par un comité de gestion conjointe franco-chinois dont le directeur est le président de l’IGCAP et le vice-directeur le recteur de l’Académie de Créteil. Le fonctionnement quotidien du CFFCME est assuré par une équipe franco-chinoise. Il s’agit donc un établissement public de droit chinois.

Activités

 Le CFFCME assure différents types de formations :

•Formation continue : formations techniques, théoriques et pratiques, pour des bureaux d’étude, des promoteurs, des distributeurs d’équipements de chauffage, sociétés de maintenance, etc. ;
•Formation initiale : formation de BTS en Génie Climatique ;
•Organisation de conférences techniques pour des professionnels : à la demande de fabricants de matériels, des conférences sont organisées sur le chauffage, la climatisation, les économies d’énergie et la protection de l’environnement à Pékin, Shanghai, Xi’an, Chengdu ;
•Organisation de conférences techniques pour des étudiants ;
•Rédaction de livres techniques et de documents de formation technique, à la demande de fabricants ;
•Traduction et interprétariat technique.
Equipements

D’une surface de 800 m², le CFFCME est hébergé sur le campus de l’Université de Génie Civil et d’Architecture de Pékin. Le centre possède huit plates-formes équipées de matériel performant et en fonctionnement réel :

•Chaudières au sol,
•Chaudières murales,
•Climatisation,
•Hydraulique,
•Production et stockage de froid,
•Vapeur,
•Electricité,
•Climatiseurs domestiques.
Ces huit plateformes sont connectées les unes aux autres. Il est possible d’effectuer des formations théoriques et pratiques sur un type de matériel ou sur tout le réseau.

La coopération scientifique en matière d’énergies renouvelables

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

La coopération scientifique dans le domaine de l’environnement et du développement durable s’illustre par la création en 2008 d’un Laboratoire International Associé (LIA) franco-chinois sur la thématique des énergies renouvelables.
Le LIA-LSE Laboratory for Sustainable Energy, est l’aboutissement de nombreuses années de coopération scientifique dans le domaine du génie chimique et du génie des procédés. Le LIA-LSE situé à Dalian, est co-dirigé par Mme LUO Lingai, Professeur à l’Université de Savoie et Directrice du LOCIE et par le Pr ZHANG Tao, Directeur de Dalian Institute of Chemical Physics (laboratoire de la CAS).

Le LIA-LSE associe principalement 6 laboratoires français du département ST2I et 10 laboratoires chinois parmi les meilleurs du domaine de l’énergie et du génie des procédés. Il bénéfice du fort soutien de l’Académie des Sciences en Chine (CAS) et du Centre National français de la Recherche Scientifique (CNRS), avec la coopération d’un certain nombre d’universités des deux pays. Les institutions et laboratoires impliqués sont, du côté français :

•Laboratoire d’Optimisation de la Conception et Ingénierie de l’Environnement, LOCIE – Université de Savoie, Chambéry
•Laboratoire des Sciences du Génie Chimique LSGC – CNRS, Nancy
•Laboratoire des PROcédés, Matériaux et Energie Solaire PROMES – CNRS, Perpignan-Odeillo
•Laboratoire GEnie des Procédés Environnement Agroalimentaire GEPEA – CNRS, Nantes – Saint-Nazaire – Université de Nantes / Ecole nationale d’ingénieurs des techniques des industries agricoles et alimentaires
•Laboratoire de Génie Chimique LGC – CNRS, Toulouse – Institut Polytechnique de Toulouse INP / Université de Toulouse III
•Laboratoire d’Etudes Thermiques LET – CNRS, Poitiers – Ecole nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique / Université de Poitiers
Et du côté chinois :

•Laboratoire de génie de l’environnement, Institut de chimie physique de Dalian DICP, CAS (1)
•Laboratoire de réactions multiphases, Institut de génie des procédés IPE, CAS (2)
•Institut de conversion d’énergie de Canton, GIEC, CAS (3)
•Laboratoire d’énergie thermique solaire, Institut de génie électrique IEE, CAS (4)
•Centre de recherches et d’ingénierie sur l’énergie solaire et la réfrigération, Université Jiaotong de Shanghai (5)
•Laboratoire national clé de génie chimique SKLOCHE, Université Tsinghua/Université de Pékin/Université des S&T de l’Est de la Chine ECUST /Université de Tianjin/Université du Zhejiang (6)
•Laboratoire national clé sur la combustion du charbon, Université de Huazhong des sciences et technologies (7)
 
La participation chinois au LIA-LSELes équipes impliquées dans ce LIA collaborent sur différents sujets de recherche autour du thème central de l’énergie durable : efficacité énergétique et intensification des transferts ; énergie solaire ; nouvelles énergies et nouveaux systèmes de conversion (hydrogène, biocarburants, piles a combustible) ; transport à longue distance de la chaleur ; gestion, optimisation et efficacité énergétique, combustion propre des solides (liée à la biomasse) ; traitement de gaz.

Les axes prioritaires de recherche 2010-2011 sont les suivants :

•L’optimisation et l’intensification des transferts de chaleur et de masse des échangeurs de chaleur : entre le LOCIE, PROMES, LGC, LET – SKLOCHE (Tianjin), SKLOCHE (Beijing)
•La biomasse : entre le GEPEA, LRGP – SKLOCHE (Beijing), QIBEBT (CAS, Qingdao), GIEC (CAS, Guangzhou)
•La microtechnologie : entre le LGC, LOCIE, LRGP — DICP (CAS, Dalian), SKLOCHE (Tianjin), ECUST (Shanghai), Zhejiang University (Hangzhou)
•Le stockage de l’énergie : entre LOCIE, PROMES — USTB (Beijing), Shanghai Jiaotong University
•Les systèmes d’eau intégrés : entre Toulouse — DICP (CAS, Dalian), SKLOCHE (Tianjin)
•L’énergie solaire : entre PROMES, LOCIE — IEE (CAS, Beijing), Shanghai Jiaotong University
La dernière réunion plénière, rassemblant l’ensemble des laboratoires impliqués, s’est tenue à Canton en avril 2011.

Le chauffage urbain par doublet géothermique

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

CFG Services étudie la possibilité d’utiliser la géothermie pour répondre aux besoins de chauffage urbain de la ville de Jiamusi (2,5 millions d’habitants) au Heilongjiang.
Ce projet est financé part le FASEP. Dalkia, concessionnaire du réseau de chauffage de la ville, est associée à l’étude. La Chine est déjà le premier producteur au monde de chaleur par géothermie. Mais l’utilisation de cette ressource peut encore être fortement développée, notamment par la mise en œuvre de doublets géothermiques qui permettent de réinjecter l’eau dans les nappes phréatiques et d’augmenter la durée de vie des exploitations.

Les mastères spécialisés énergie et environnement

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

Les mastères spécialisés énergie et environnement
Paru le : 13 juillet 2011
 Les mastères spécialisés Alternatives pour Les Energies du Futur (ALEF) et ENVironmental International Management (ENVIM) ont pour objectif de fournir à des élèves en possession d’un diplôme d’ingénieur une formation de haute qualité dans les domaines de l’énergie et de l’environnement.
Multiculturels, ils sont menés conjointement par l’Université Tsinghua et l’Ecole des Mines de Paris : étudiants chinois, européens et américains passent plusieurs mois dans les deux universités, puis effectuent un stage professionnel de six mois dans une entreprise partenaire.

Ces Mastères, ont fait l’objet d ‘une convention officielle entre l’Université de Tsinghua, l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris et l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon signé en mars 2007. Cette convention a été renouvelée en février 2011. Ces mastères donnent lieu à l’obtention d’un double diplôme :

•Le Mastère Spécialisé (ou Post-Master Degree), label de la Conférence des Grandes Ecoles
•Le Master of Engineering de l’Université de Tsinghua.
Trois sessions ont déjà eu lieu (2007-2008, 2008-2009, 2009-2010), la quatrième (2010-2011) a démarré en octobre 2010. L’Ambassade de France a appuyé la création et le développement de ces deux mastères en apportant un soutien financier important. Seize étudiants chinois ont ainsi bénéficié de bourses au cours des quatre première sessions.

Les projets de l’AFD en matière d’énergies renouvelables

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

L’AFD mène un certain nombre de projets dans le domaine des énergies renouvelables.
 Petite hydroélectricité à Xiangyang
L’Agence française de développement accompagne par un prêt de 21 millions d’euros un programme de petite hydroélectricité en milieu rural dans l’une des plus grandes zones d’irrigation de Chine (Yindan), située dans la province du Hubei. Ce programme se compose d’un ensemble cohérent de neuf petites centrales électriques, dont sept à réhabiliter et deux à construire, permettant de tripler la capacité totale installée grâce à l’installation de 17 MW supplémentaires.

Lien vers la fiche projet

 Petite hydroélectricité à Chongqing et Yichang
L’AFD finance deux projets de mini-hydroélectricité dans les zones rurales de Chongqing et de Yichang. Ces financements permettent d’installer 114 MW (via la réhabilitation et/ou la construction d’une quinzaine d’ouvrages) de capacité de production d’électricité d’origine renouvelable, et d’éviter chaque année l’émission de près de 400 000 tonnes de CO2.

 

 Biogaz rural dans le Sichuan
Afin de marquer la solidarité française vis-à-vis de la population chinoise touchée par le très violent séisme du 12 mai 2008, l’AFD a proposé aux autorités chinoises de participer aux côtés d’autres bailleurs de fonds à la reconstruction des zones affectées tout en réduisant les impacts sur le changement climatique. L’une des composantes du prêt AFD de reconstruction concerne la réhabilitation de 100 000 réservoirs à biogaz en zone rurale sur l’ensemble de la province du Sichuan pour un montant de 35 M€.

 
Biogaz rural dans le SichuanLien vers la fiche projet

 Parc d’éoliennes dans le Yunnan
Premier parc éolien dans la province du Yunnan, ce projet financé par l’AFD et éligible au mécanisme de développement propre (MDP) a permis d’installer 41 aérogénérateurs sur les hauteurs de la ville de Dali, permettant d’éviter annuellement l’émission d’environ 50 000 tonnes de CO2.

 

Présentation générale de la coopération dans le domaine de l’eau

Ajouté au 15/07/2011 par SHI Lei

L’accès à l’eau est devenu l’une des préoccupations majeures de la Chine. Elle ne possède en effet que 7 % des ressources en eau de la planète pour un cinquième de la population mondiale. La localisation de ces ressources est par ailleurs inégale : abondante dans le sud, elle manque dans l’ouest et le nord. Enfin, la qualité de l’eau est menacée par la pollution issue des rejets industriels, urbains et agricoles.
Afin de faire face à ces défis, la Chine mène d’importants travaux d’infrastructures et modernise ses modes de gestion de l’eau. Dans le but d’accompagner la Chine dans ce processus et de lui faire partager son expérience dans le domaine de l’eau, la France a conclu un accord de coopération avec la République populaire de Chine en décembre 2009.

Cet accord, cosigné par Dominique Bussereau, Secrétaire d’Etat chargé des transports, et Chen Lei, Ministre des ressources en eau, prévoit de développer des coopérations dans une dizaines de domaines d’intérêt commun comme la gestion intégrée et la protection des ressources en eau, la maîtrise des inondation et la lutte contre la sécheresse, la construction et la gestion des barrages, le développement de l’énergie hydroélectrique, ou l’impact du changement climatique sur les ressources en eau.

Dans le cadre de cet accord, deux coopérations ont été initiées en 2010.

Le premier projet porte sur la gestion de l’eau aux abords des centrales nucléaires

La grande majorité des centrales chinoises sont actuellement situées sur les zones littorales, mais la Chine envisage d’en construire également le long des fleuves. Afin de faire bénéficier la Chine de son expérience, le gouvernement français a invité une délégation chinoise du ministère des ressources en eau pour un voyage d’études en France en janvier 2011.

La seconde coopération franco-chinoise porte sur la gestion des bassins

Le bassin de la Hai a été désigné comme zone pilote de la coopération, son bassin s’étend sur 320 000 kilomètres carrés et couvre quatre provinces (Hebei, Shanxi, Henan, Mongolie intérieure) et deux municipalités autonomes (Pékin et Tianjin).

Le programme de coopération sino-européen sur la gestion des bassins

La France est par ailleurs impliquée dans le programme de coopération sino-européen sur la gestion des bassins qui bénéficie d’un financement de 25 millions d’euros pour la période 2007-2012. S

« Précédent Suivant »