Colloque franco-chinois sur les transports ferroviaires et urbains

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Intervention du Consul général de France à Chengdu – le 13 juin 2011
Messieurs les Directeurs adjoints de la Commission des Transports de Chengdu,

Monsieur le Directeur de la recherche de l’Institut de Recherches et de Développement des Transports de Chengdu,

Monsieur le Directeur adjoint de l’Institut de Design et d’Architecture du sud-ouest,

Mesdames et Messieurs les représentants des entreprises et des administrations chinoises,

Messieurs les représentants de la délégation française,

C’est un grand plaisir pour moi que d’inaugurer ce matin cette deuxième édition du colloque franco-chinois sur les transports ferroviaires et urbains à Chengdu, la première édition ayant eu lieu en 2007.

Il paraissait en effet nécessaire, important et utile au bout de quatre ans de renouveler l’exercice, pour plusieurs raisons :

– premièrement, parce que la mobilité et les transports urbains sont au cœur du développement économique des grandes métropoles et un facteur essentiel à la croissance d’un pays. Le gouvernement chinois l’avait bien compris en faisant du développement des transports urbains l’une des priorités du XIème plan quinquennal. Avec le 12ème plan, ces mêmes autorités ont renouvelé leur souhait de doter les grandes villes chinoises de réseaux de transports performants afin de décongestionner les centres-villes, en mettant désormais l’accent sur la nécessité que ce développement soit respectueux de l’environnement. Le projet de construction du métro de Chengdu illustre parfaitement cette politique volontariste. A terme, la ville disposera d’un réseau comprenant plus de 250 kms de lignes, permettant aux citoyens de Chengdu d’être moins dépendants de leurs voitures, et ainsi de désengorger le centre-ville et de réduire la pollution.

– deuxièmement, parce que ce secteur des transports fait aujourd’hui partie intégrante des grands partenariats industriels structurants, au même titre que le nucléaire, l’aéronautique ou le spatial, que la Chine et la France ont décidé de mettre en place, dans le respect du principe de bénéfice réciproque et de développement commun. Ceci a été rappelé dans la déclaration conjointe franco-chinoise sur le renforcement du partenariat global stratégique du 4 novembre 2010.

– troisièmement, parce que les entreprises françaises du secteur des transports sont aujourd’hui à la pointe de la technologie, aussi bien dans la recherche que dans le développement et la mise en place de réseaux de transports urbains rapides, performants, écologiques et innovateurs dont les meilleurs exemples sont les villes principales et secondaires de France, équipées en métro automatisés, en tramways esthétiques et silencieux, en trains légers et en systèmes de bus rapides (BRT : Bus Rapid Transit). De par leur expérience solide en France, à l’international et pour la plupart d’entre elles en Chine, les entreprises ici présentes sont à même de proposer des solutions innovantes aux problèmes qui se posent aujourd’hui dans les grandes agglomérations chinoises et leurs spécialités sont vos priorités !

Le XIIème plan quinquennal visant à pousser encore plus loin le développement de l’ouest de la Chine, dont Chengdu est un point stratégique, je suis donc pleinement convaincu que ce colloque sera l’occasion pour la France et pour la ville de Chengdu d’initier de nouveaux partenariats visant à l’amélioration de la mobilité et des transports, clé de voute de la croissance économique de Chengdu.

Je ne voudrais pas conclure sans avoir souhaité la bienvenue à Chengdu aux représentants des neuf entreprises et organismes français qui ont fait le déplacement : Il s’agit du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, de la Délégation interministérielle à l’Aménagement du Territoire et à l’Attractivité Régionale (DATAR), d’ALSTOM, d’EA-DC, de SAFE RAIL de LEVIDAC, de FAIVELEY, de KEOLIS et de SAFT. Je remercie également les organisateurs de ce colloque, UbiFrance et la Commission des transports de la municipalité de Chengdu.

Je vous souhaite à tous un excellent colloque et une excellente journée !

La visite du Premier ministre chinois en Europe aura pour but de promouvoir la communication et la coopération

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao va visiter prochainement trois pays européens, et cette visite vise à promouvoir la communication et la coopération, a déclaré vendredi le ministère chinois des Affaires étrangères.

“La visite du Premier ministre Wen en Europe sera une mission diplomatique importante cette année, visant à promouvoir la communication et la coopération”, a déclaré la vice-ministre chinoise des Affaires étrangères Fu Ying, lors d’un point de presse vendredi.

Wen Jiabao effectuera une tournée de visites en Hongrie, au Royaume-Uni et en Allemagne, du 24 au 28 juin.

Son séjour en Hongrie -la première visite d’un Premier ministre chinois en 24 ans- se focalisera sur le renforcement de la coopération essentielle, a indiqué Mme Fu.

M. Wen s’entretiendra avec son homologue hongrois Orban Viktor et rencontrera d’autres dirigeants hongrois.

Après la Hongrie, M. Wen s’envolera vers le Royaume-Uni pour sa quatrième visite dans ce pays. Il aura des entretiens avec son homologue britannique David Cameron et inspectera plusieurs projets de coopération sino-britannique.

“Ils vont explorer la possibilité de coopération dans de nouveaux domaines, tels que les finances, les infrastructures et les technologies”, a poursuivi Mme Fu.

Le renforcement de la compréhension constitue un autre aspect important de la visite du Premier ministre chinois, car les deux pays ont des conditions nationales et des points de vue différents sur les questions internationales, a-t-elle affirmé.

La Chine et l’Allemagne devraient lancer un mécanisme de consultation à l’usage des gouvernements des deux pays durant le séjour de M. Wen à Berlin, et des ministres assisteront à la cérémonie de lancement.

“Le lancement de ce mécanisme de consultation signifiera beaucoup pour les relations sino-allemandes et il reflète le niveau relativement élevé des relations bilatérales”, a estimé Mme Fu.

Le Premier ministre Wen Jiabao rencontrera des dirigeants allemandes et il assistera au 6ème Forum de coopération économique et technologique Chine-Allemagne durant sa visite.

Conférence sur les villes durables et Cocktail « Club France Développement Durable »

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

 

M. Simon Rodriguez Pages, architecte et maître assistant à l’école
d’architecture de Paris Val de Seine est cofondateur de l’entreprise
d’architecture « Ateliers 234 » – fondée sur l’héritage de 3 agences.
234 s’intéresse, à travers la fabrication d’édifices et d’espaces
publics, au développement durable de la ville.

M. Zou Huan, Directeur adjoint de l’Ecole d’architecture de Qinghua.
Il a suivi le programme présidentiel « 150 architectes, urbanistes et
paysagistes chinois en France » puis a consacré son mémoire de thèse
aux questions de préservation et de rénovation du patrimoine en Chine.

La conférence sera suivie d’un cocktail de « Club France Développement
Durable », sous-groupe du « Club France », le réseau des anciens
diplômés chinois de France créé en 2008 à l’initiative de l’Ambassade
de France.

Lancé en septembre dernier « Club France Développement Durable » a
pour but de développer les liens personnels et professionnels entre
les anciens diplômés chinois de France travaillant aujourd’hui dans
les métiers de l’environnement, de l’énergie, de l’architecture et de
l’urbanisme.

Cette conférence vous est présentée dans le cadre d’un cycle de conférences sur l’environnement.

L’ambassade de France en Chine inaugure en 2011 un cycle de
conférences dédié à l’environnement. Destinées au grand public, ces
conférences ont pour objectif de sensibiliser les citoyens aux enjeux
environnementaux et de favoriser les échanges d’expérience entre la
France la Chine. La première conférence du cycle, consacré au droit de
l’environnement, a rassemblé fin avril près de 70 personnes à
l’Institut français.

Le Tibet de nouveau fermé aux étrangers

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Les autorités chinoises ont fermé le Tibet aux touristes étrangers jusqu’à fin juillet. C’est la deuxième fois cette année, qui marque le soixantième anniversaire de la «libération pacifique» de la région par Mao.

Les autorités chinoises ont fermé le Tibet aux touristes étrangers jusqu’à fin juillet, a-t-on appris auprès de voyagistes en Chine. C’est la deuxième fois cette année, qui marque le soixantième anniversaire de la «libération pacifique» de la région.

«Pour le moment nous ne laissons pas entrer de touristes étrangers», a déclaré, par téléphone depuis Lhassa, un employé du China Travel Service, qui a précisé avoir reçu une instruction d’agir ainsi jusqu’au 26 juillet. Une autre agence de voyage a confirmé la fermeture. Le bureau régional du tourisme n’a lui pas souhaité s’exprimer.

Le journal d’Etat «Global Times» a de son côté cité le gérant d’un site internet de tourisme, basé à Lhassa, qui a indiqué qu’il n’accepterait pas de touristes étrangers jusqu’à mi-août en raison de «problèmes de sécurité».

Pour se rendre sur le Toit du monde, les touristes étrangers doivent habituellement voyager en groupe et obtenir un laissez- passer spécial, en plus du visa chinois.

Développement progressif de la démocratie au sein du Parti communiste chinois avec des essais à la base

Ajouté au 13/06/2011 par SHI Lei

18 mars 2010 : l’élection directe d’un secrétaire adjoint du comité de travail du Parti pour le quartier de Guqiao dans la ville de Huaying de la province du Sichuan. Les membres du Parti mettent leur bulletin tour à tour dans l’urne.

De 2011 à 2012 auront lieu des élections de mandat dans les comités du Parti à quatre échelons : provinces, villes, districts et cantons. Dans certaines régions où les élections ont déjà commencé, une série d’essais de réforme comme la recommandation publique et l’élection directe, la mise en place du système permanent du congrès du Parti au niveau du district, montrent une grande vitalité. L’exploration du PCC pour étendre la démocratie au sein du Parti avance de manière ordonnée.

« Si l’on concrétise consciencieusement le système électoral au sein du Parti et le système permanent du congrès du Parti, les membres seront mobilisés et tout le Parti en sera inspiré », a déclaré Cai Xia, professeur du service de l’enseignement et l’étude sur la construction du Parti de l’École centrale du Parti. Les essais menés sur la démocratie au sein du Parti dans différentes régions reflètent une volonté de réforme progressive.

L’élection du secrétaire et de son adjoint par recommandation publique directe pour un nouveau mandat du comité du Parti à l’échelon du canton, est un essai lancé par le PCC au cours de la dernière décennie. En 2001, le district de Pingchang de la province du Sichuan a conduit en premier cet essai. Aujourd’hui, la recommandation publique et l’élection directe sont devenues un point d’attrait de la construction démocratique à la base.

Les nouvelles formules, comme « réformer le système électoral au sein du Parti et améliorer le système de nomination des candidats et les méthodes électorales », « populariser les méthodes consistant à allier la proposition ouverte des membres du Parti et des masses populaires avec la recommandation de l’organisation du Parti de l’échelon immédiatement supérieur pour choisir les membres de l’équipe dirigeante d’une organisation du Parti de base », fournissent une « feuille de route » et un « guide » pour le développement ordonné de la démocratie au sein du Parti, selon Li Liangdong, professeur de l’École centrale du Parti, en citant le rapport du XVIIe Congrès du PCC.

Depuis l’ère de réforme et d’ouverture, le PCC s’est engagé dans la pratique et l’exploration de l’extension de la démocratie en son sein. Dans « Quelques règles sur la vie politique au sein du Parti » adopté lors de la cinquième session plénière du XIe Comité central du PCC, il est stipulé que « l’élection doit comprendre un nombre de candidats supérieur à celui des postes à pourvoir ». Au XIIIe Congrès du PCC, l’élection sélective a été appliquée pour la première fois pour choisir les membres du Comité central du PCC, les membres suppléants et les membres de la Commission centrale de Contrôle de la discipline. Par la suite, une série de documents comme le Règlement sur les élections dans les organisations locales du Parti communiste chinois ont été publiés. La mise en place de nombreux systèmes a permis le développement progressif de la démocratie au sein du Parti, et la promotion de la prise de décision scientifique et démocratique.

Selon Cai Xia, l’expérience et les leçons de l’Histoire montrent que le développement de la démocratie est lié à la survie et au développement du Parti, ainsi qu’à la situation politique du Parti et de l’État, mais aussi à l’avenir de la Chine.

D’autres essais positifs effectués par le PCC pour élargir la démocratie comprennent la présentation du travail régulier par le Comité permanent et l’ouverture des affaires du Parti.

Après une pratique de plusieurs années, les résultats de la construction démocratique traduisent progressivement leur valeur, et revêtent une grande signification pour mobiliser les membres du Parti, renforcer la supervision et assurer le bon fonctionnement du pouvoir, selon Li Liangdong.

Le rapport du XVIIe Congrès du PCC stipule que « nous chercherons à faire progresser la démocratie populaire grâce à l’élargissement de celle au sein du Parti, ainsi qu’à favoriser la cohésion du Parti et l’harmonie sociale ».

La démocratie au sein du PCC, parti au pouvoir de la Chine, aura une influence directe sur le processus démocratique du pays, selon Li Liangdong. Dans la nouvelle période historique, il convient que le PCC trouve une nouvelle méthode de gouvernance qui permette de combiner la direction du Parti avec la démocratie populaire.

Les supermarchés de Shanghai s’équipent de contrôles qualité express

Ajouté au 13/06/2011 par SHI Lei

Des administrateurs commerciaux ont annoncé hier que des zones de contrôle qualité rapide ont été installées dans la plupart des grandes surfaces de Shanghai. Celles-ci permettront de détecter en dix ou vingt minutes la présence de pesticides et de clenbutérol, un additif illégal parfois utilisé dans l’élevage du porc.

Les contrôles seront effectués sur les fruits et légumes, les produits laitiers et la viande, a souligné le Bureau administratif de l’industrie et du commerce de Shanghai. Les zones de test sont équipées de kits contenant des réactifs chimiques. Le personnel qualifié prélèvera un échantillon et y déposera quelques gouttes d’agents réactifs pour voir quelle réaction se produit. Cela indiquera s’il existe ou non un problème.

Le Bureau a expliqué que les grandes surfaces formeront elles-mêmes les contrôleurs. Les consommateurs peuvent également demander un test sur les produits qu’ils souhaitent acheter. Le Bureau a également lancé des patrouilles de véhicules de contrôle dans la ville pour permettre des inspections spontanées à tout moment.

Les responsables ont assuré que les producteurs ou vendeurs ne seraient pas punis en fonction des résultats de ces tests. Si un problème est révélé, des échantillons seront envoyés à un laboratoire pour des examens complémentaires.

Hier également, le bureau a annoncé qu’un nouveau système de vente d’aliments approchant leur date d’expiration avait été mis en place. La plupart des marchés de la ville proposeront désormais ces produits dans une zone spéciale et indiqueront clairement aux clients que la nourriture est proche de sa date limite de consommation. Auparavant, ces produits étaient vendus à prix réduit sans explication.

Christine Lagarde : le FMI contribuera à l’internationalisation de la monnaie chinoise

Ajouté au 13/06/2011 par SHI Lei

Le 9 juin, Mme Christine Lagarde, ministre française des Finances, rencontre des journalistes lors d’une conférence de presse à Beijing dans le cadre de sa visite en Chine du 8 au 9 juin. (Photo: ZHU Ying/China.org.cn)
« Le processus de l’élection du directeur du FMI doit être ouvert, transparent et sélectionner le meilleur sans se soucier de sa nationalité », a déclaré aujourd’hui Mme Christine Lagarde, ministre française des Finances, lors d’une conférence de presse à Beijing dans le cadre de sa visite en Chine du 8 au 9 juin.

Avant de se rendre en Chine, Mme Lagarde a visité le Brésil et l’Inde en quête de soutiens plus larges. Afin de favoriser sa candidature au poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI), elle a effectué une tournée des pays émergents.

Elle a rencontré à Beijing M. Wang Qishan, vice-premier ministre chinois, M. Zhou Xiaochuan, gouverneur de la Banque populaire de Chine, et M. Xie Xuren, ministre chinois des Finances. Ils ont abordé sa candidature, la réforme de l’institution, la conjoncture économique de la Chine, ainsi que le G20.

Concernant le soutien chinois à sa candidature au poste de directrice du FMI, Christine Lagarde déclare avoir un sentiment positif de son voyage en Chine, mais annonce que la décision « appartient aux autorités chinoises ». Elle précise qu’« il est encore trop tôt pour vendre la peau de l’ours ». Si elle est élue, elle compte être « avare en promesse et généreuse en résultats ».

Lors de la conférence de presse, elle a souligné l’importance de la réforme sur la gouvernance du FMI et la représentativité appropriée de ses membres, en particulier les pays actuellement sous-représentés comme la Chine. Selon elle, la réforme qui a déjà commencé devra être poursuivie et approfondie.

« La réforme du FMI devra suivre deux principes : l’inclusivité et la diversité », a-t-elle indiqué.

« La Chine n’était représentée que par 4 % au sein du FMI en 2008. Après la réforme, elle représentera 6,39 %. Si l’économie chinoise continue à croître et devient le pilote de la croissance mondiale, sa représentativité augmentera également. C’est la réforme continue du FMI que je défends », a fait savoir Mme Lagarde.

« Le FMI contribuera à l’internationalisation de la monnaie chinoise et aidera à faciliter le processus qui a déjà commencé. Mais de tels changements demanderont du temps », a répondu Christine Lagarde à une question de China.org.cn.

Elle a exprimé sa confiance sur les chances de succès de sa candidature, et a évoqué l’exemple de Li Na, première chinoise victorieuse d’un tournoi du Grand Chelem à Roland-Garros.

Elle s’est exprimée sur les atouts d’une candidature féminine : « D’abord, l’élection d’une femme est un symbole de la diversité en particulier dans un monde à forte dominance masculine. La diversité pour moi est l’un des attributs du Fonds, en même temps que son universalité. Deuxièmement, si j’étais élue, j’espère que cela donnerait à d’autres femmes la confiance et le courage d’accomplir ce qu’elles ont la capacité d’accomplir. »

Il s’agit de sa 26e visite en Chine. Elle se rendra demain à Lisbonne pour la conférence annuelle de la Banque africaine de développement, où elle rencontrera les représentants des pays africains.

Christine Lagarde a annoncé le 25 mai sa candidature au poste du directeur général du FMI et a obtenu le soutien des pays européens et du G8. Son seul concurrent, M. Agustin Carstens, gouverneur de la Banque centrale du Mexique, s’est rendu en visite au Brésil, en Argentine et au Canada. Il visitera l’Inde le 10 juin.

Chine : des experts approuvent l’ouverture de la ligne à grande vitesse Beijing-Shanghai

Ajouté au 13/06/2011 par SHI Lei

Une équipe d’inspection composée de trente ingénieurs, académiciens et experts chinois réputés a approuvé l’ouverture de la ligne ferroviaire à grande vitesse (LFGV) Beijing-Shanghai.

Cette équipe d’inspection a voyagé sur la LFGV à bord du train CRH380 et examiné le système de communication, le système de traction électrique, les wagons et le système de contrôle des opérations de la ligne, ainsi que les mesures d’économie d’électricité et de protection environnementale.

Tous les indicateurs contrôlés montrent que la nouvelle LFGV répond bien aux obligations opérationnelles, selon les résultats de l’enquête d’évaluation qui s’est terminée jeudi.

La ligne Beijing-Shanghai a commencé le 11 mai ses essais pour un mois afin de finaliser sa préparation avant son ouverture commerciale. .

Le ministère des Chemins de fer n’a pas encore officiellement annoncé la date de l’ouverture commerciale de la ligne. Selon des médias, celle-ci sera mise en service avant la fin du mois de juin ou le 1er juillet.

Cette nouvelle ligne ferroviaire longue de 1 318 km permettra de réduire à environ cinq heures la durée du trajet entre les deux métropoles.

La Chine projette d’investir, d’ici cinq ans, 2 800 milliards de yuans (431,7 milliards de dollars) dans la construction de près de 30 000 km de nouvelles lignes ferroviaires, selon le ministère.

Les entreprises de gestion des eaux convoitent le marché chinois

Ajouté au 13/06/2011 par SHI Lei

Le groupe français Suez Environnement et l’américain General Electric ont récemment signé un accord pour développer conjointement de nouvelles technologies de gestion des eaux urbaines. Les premiers projets se focaliseront sur des villes situées en Chine et en France, rapportait jeudi le China Securities Journal.

« Nous avons lu le 12e plan quinquennal (2011-2015) et nous pensons que le but d’un développement durable et d’une économie de recyclage est conforme à notre éthique professionnelle et d’entreprise. Nous espérons que Suez pourra aider davantage de villes chinoises à résoudre leurs problèmes de gestion des eaux et des déchets », a déclaré Jean-Louis Chaussade, directeur général de Suez Environnement.

Un responsable de Suez a indiqué au journal que la compagnie avait monté en 2002 une joint venture avec Chongqing Water Group. « Nous pensons établir un partenariat avec nos homologues de Chongqing afin de travailler sur davantage de projets et d’étendre notre présence à l’ensemble du marché chinois », a-t-il indiqué.

Suez Environnement a enregistré 13,9 milliards d’euros de revenus en 2010, dont 0,94 million en Chine, soit 7 % de l’ensemble de ses revenus dans le monde.

Le secteur de la gestion des eaux a enregistré une belle performance en Chine en 2010. Les 18 entreprises du secteur ont atteint un taux de retour sur investissement moyen de 0,58 par part. Chongqing Water occupe la première place du podium, avec 1,29 milliard de yuan de profits nets, selon le rapport financier publié par la compagnie.

Aucun cas d’E.coli entérohémorragique signalé en Chine

Ajouté au 13/06/2011 par SHI Lei

La Chine a déclaré vendredi qu’aucun cas d’Escherichia coli entérohémorragique (EHEC) n’avait été signalé dans le pays jusqu’à présent.

Deng Haihua, porte-parole du ministère de la Santé, a indiqué lors d’une conférence de presse que la Chine faisait face à “des risques relativement faibles” d’une propagation d’EHEC, une bactérie véhiculée par les aliments, car le pays n’importe qu’une quantité limitée de légumes frais.

Il a pourtant averti de l’apparition potentielle de cas importés en raison des fréquents échanges de personnel entre la Chine et les pays européens.

Le ministère a exhorté les autorités compétentes à effectuer une surveillance méticuleuse et à adopter des mesures préventives.

L’EHEC est une virulente bactérie intestinale qui peut causer de graves maux d’estomac, des diarrhées et des congestions cérébrales. Dans certains cas extrêmes, elle peut conduire au coma ou à une insuffisance rénale.

La Chine a déclaré vendredi qu’aucun cas d’Escherichia coli entérohémorragique (EHEC) n’avait été signalé dans le pays jusqu’à présent.

Deng Haihua, porte-parole du ministère de la Santé, a indiqué lors d’une conférence de presse que la Chine faisait face à “des risques relativement faibles” d’une propagation d’EHEC, une bactérie véhiculée par les aliments, car le pays n’importe qu’une quantité limitée de légumes frais.

Le porte-parole a souligné que le risque d’être contaminé par l’EHEC en Chine était presque nul et que le public ne devait pas paniquer en citant Peter Ben Embarek, un expert en sécurité alimentaire de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

M. Deng a pourtant mis en garde contre l’apparition potentielle de cas “importés” des pays européens.

Le ministère maintiendra un contact étroit avec l’OMS et les pays européens afin de surveiller de très près l’épidémie, a fait savoir Deng Haihua.

Le ministère a exhorté les autorités compétentes à mener une surveillance méticuleuse et à adopter des mesures préventives. Il a de plus ordonné aux institutions médicales de tous les niveaux de renforcer la surveillance des cas suspects et de les rapporter immédiatement au ministère.

L’EHEC est une souche virulente d’une bactérie intestinale commune qui peut causer de graves douleurs abdominales, des diarrhées et parfois un syndrome hémolytique et urémique potentiellement mortel.

L’EHEC a contaminé plus de 2 800 personnes en Allemagne, le pays le plus touché par la bactérie.

Les derniers rapports font état de 97 malades dans 12 autres pays européens et les Etats-Unis signalement également trois cas.

Au total, 27 personnes en sont mortes, 26 en Allemagne et une en Suède.

« Précédent Suivant »