Visite d’une mission d’experts français du calcul intensif au Centre National de Calcul de Tianjin

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Le 24 mai dernier, une mission d’experts du calcul intensif dirigée par Mme Catherine Rivière, Président Directeur Général de GENCI (Grands Equipements Nationaux de Calcul Intensif), s’est rendue au Centre National de Calcul de Tianjin où elle a été accueillie par M. LIU Guangming, directeur du centre.
Cette rencontre fut l’occasion pour les experts français de visiter les installations qui hébergent “Tianhe-1A”, le supercalculateur le plus rapide du monde. Dédié entre autres aux calculs pour le drug design, les prévisions météorologiques, l’exploration pétrolière, Tianhe-1A peut exécuter 2,57 million de milliards d’opérations par seconde. Les caractéristiques techniques et la gestion de ce matériel ainsi que le développement des applications qui en exploitent les hautes performances ont été au cœur des discussions cordiales qui ont animées cette visite.

La coopération Chine-Afrique doit être appréciée de manière objective et juste (porte-parole du ministère des A.E.)

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

La Chine espère que les parties concernées apprécient la coopération Chine-Afrique de manière “objective et juste”, a déclaré mardi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei.

Le porte-parole s’est ainsi exprimé lors d’un point de presse régulier, invité à commenter les remarques faites par la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton lors de sa récente visite en Zambie.

Selon les rapports des médias, Mme Clinton a indiqué lors d’une conférence de presse que “l’assistance étrangère et les investissements de la Chine en Afrique ne sont pas toujours conformes aux normes internationales généralement acceptées de transparence et de bonne gouvernance.”

M. Hong a déclaré que la Chine menait une coopération avec l’Afrique sur la base des principes d’égalité, de bénéfice mutuel et de développement commun.

“La Chine et l’Afrique ont subi dans leur histoire des invasions coloniales et souffert de l’oppression, c’est pourquoi ils savent mieux ce qu’est le colonialisme et l’importance du respect et de l’égalité”, a souligné Hong.

“La Chine respecte entièrement le droit des pays africains à choisir leur voie de développement. La Chine n’impose jamais ses volontés ni de conditions politiques à son aide aux pays africains”, a-t-il ajouté.

“Ces dernières années, la Chine et l’Afrique ont fait des efforts conjoints pour obtenir des résultats remarquables par la coopération, ce qui est apprécié par les pays africains et la communauté internationale”, a souligné Hong.

Il a estimé qu’actuellement l’Afrique faisait face à de nombreux défis concernant la paix et son développement.

“La communauté internationale doit accorder de l’importance aux préoccupations de l’Afrique concernant son développement et la résolution des problèmes régionaux par les pays africains eux-mêmes, et adopter des mesures efficaces afin de soutenir les efforts des pays africains pour devenir plus forts grâce à l’unité”, a indiqué le porte-parole chinois.

Rencontre entre une délégation française pour le calcul intensif et les équipes du CNIC et de l’IPE

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Le lundi 23 mai 2011, une mission d’experts français sur le calcul haute performance, organisée par le Service pour la Science et la Technologie de l’ambassade de France à Pékin et conduite par Mme Catherine Rivière, Président Directeur Général du GENCI (Grands Equipements Nationaux de Calculs Intensifs) s’est rendue à la CNIC (Center of Network Information Communication) à Pékin. Cette rencontre fut l’occasion d’échanges sur l’organisation et la gestion des centres dédiés aux calculs hautes performances. La CNIC héberge le supercalculateur DeepCom qui est classé 68ème au dernier classement mondial des supercalculateurs, Top500.

La délégation française a ensuite été accueillie à l’Institute of Process Engineering (IPE) de l’Académie des Sciences Chinoise (CAS) par M. LI Jinghai, vice-président de la CAS et par M. ZHANG Suojiang, directeur de l’IPE. Cet Institut a développé en interne le supercalculateur Mole-8.5, classé 28ème mondial au Top500. Mole-8.5 qui a été mis en service en avril 2010, est utilisé pour des simulations multi-échelles dans les domaines de la chimie, la science des matériaux, la biochimie, l’exploitation pétrolière ou encore la métallurgie. Au cours de ces visites, la délégation était accompagnée par M. Philippe Arnaud, Attaché pour la Science et la Technologie, et M. Thomas Palychata, Chargé de mission pour la Science et la Technologie.

Yao Chen, invitée d’honneur du Prix de Diane Longines

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Après la semaine de la mode de Paris, l’actrice chinoise Yao Chen est retournée dans la capitale française à l’invitation de Longines et a fait la couverture du numéro d’août du magazine Marie Claire. Elle a participé à la soirée organisée dans la salle Napoléon du Château de Chantilly avant la finale du Prix de Diane Longines.

Après la finale, Yao Chen a remis une montre Longines aux propriétaires des chevaux vainqueurs du Prix Paul de Moussac avec Mme Chen Suzhen, présidente de Swatch en Chine.

Le Château de Chantilly, l’un des plus beaux châteaux français, se situe au nord de Paris. Il a été inscrit par l’UNESCO sur la liste du patrimoine culturel de l’humanité. Ses jardins furent conçus au XVIIe siècle par Le Nôtre, grand jardinier concepteur notamment des jardins de Versailles. Le château, qui abrite beaucoup de peintures et livres rares, est l’un des musées de l’Institut de France.

Hôte traditionnel de courses de chevaux, le Château de Chantilly était très apprécié des rois et de la noblesse. Son hippodrome, inauguré en 1834, est le plus populaire du monde. Le Prix de Diane y est organisé depuis le 18 mai 1843. Il fait partie des trois courses hippiques les plus réputées du pays, et attire chaque année plus de 30 000 spectateurs.

Venue d’un continent lointain, Yao Chen a attiré l’attention des médias internationaux et accordé plusieurs interviews sur la pelouse. Elle a indiqué s’intéresser aux courses depuis qu’elle a vu la Taïwanaise Lin Zhiling l’année dernière. Le fait que Yao soit la première microblogueuse chinoise suivie par 8,9 millions de lecteurs a surpris de nombreux journalistes.

Etat des lieux des coopérations franco-chinoises dans les domaines scientifiques et technologiques

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Après quelques mois d’interruption dûs au changement de coordinateurs, la CCIFC et le Service pour la science et la technologie de l’Ambassade de France ont le plaisir de vous convier à la réunion du jeudi 23 juin 2011 à 8h30 sur le thème : Etat des lieux des coopérations franco-chinoises dans les domaines scientifiques et technologiques
Cette présentation sera assurée par Norbert Paluch (Conseiller pour la science et la technologie – Ambassade de France en Chine) et Xavier Baillard, nouvel attaché pour la science et la technologie de l’Ambassade de France en Chine.

Cette réunion sera l’occasion pour vous de faire connaissance avec les 3 nouveaux coordinateurs du Groupe de Travail R&D : Xavier Baillard (Ambassade de France, attaché pour la science et la technologie), Patrick Plante (Thalès, R&D) et Christian Roux (Orange Labs, CTO)

Nous vous proposons le déroulé suivant :

1- Présentation des nouveaux coordinateurs

2- Etat des lieux de la coopération scientifique et technologique franco-chinoise

3- Activités du SST en soutien aux coopérations franco-chinoises

4- Discussion

Nous vous attendons nombreux pour cette reprise du groupe, les trois nouveaux coordinateurs et nous-mêmes souhaitons repartir sur une dynamique identique à celle qui a présidé sur ces deux dernières années, c’est-à-dire l’apport d’information et le partage d’expériences entre entreprises membres et avec les institutions sur le thème de la R&D en Chine.

Date : 23 Juin 2011
Heure : 08:30-10:30
Lieu : CCIFC Beijing

ATTENTION : Ce groupe de travail se tiendra dans nos nouveaux locaux. La salle de conférence se trouve au 5ème étage.

Participation : gratuit pour les membres de la CCIFC
Langue : Français

Conférence de Christine Lagarde lors de sa visite en Chine

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Lors de sa visite en Chine les 8 et 9 juin, Christine Lagarde, Ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, a rencontré successivement M. ZHOU Xiaochuan, Gouverneur de la banque centrale de Chine, M. WANG Qishan, vice-Premier ministre, M. YANG Jiechi, Ministre des affaires étrangères, et M. XIE Xuren, Ministre des finances.
Au lendemain de ces entretiens, elle a accordé une interview exclusive à la chaîne économique de la télévision centrale de Chine, CCTV-2 .

Inauguration des nouveaux locaux de l’Alliance française de Chengdu

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Allocution de Madame Sylvie Bermann, Ambassadeur de France en Chine (Chengdu, le 16 juin 2011)
Monsieur le Directeur adjoint du Bureau des Affaires étrangères de la province du Sichuan (M. Tan Xin) Monsieur le président de l’Université des Sciences et des technologies électroniques de Chine (M. Wang Jinsong), Mesdames et Messieurs les représentants des Bureaux provinciaux et municipaux de l’éducation et de la culture, Chères étudiantes et chers étudiants de l’Alliance française,

Merci à tous d’être venus si nombreux ce soir et à toutes celles et tous ceux qui ont permis l’installation de l’Alliance française de Chengdu dans ces nouveaux locaux. Depuis plus d’un siècle, l’Alliance Française se développe au service d’une grande ambition : promouvoir dans le monde entier la langue française et les cultures francophones. Cette longévité et cette vitalité des Alliances françaises s’expliquent, entre autres, par les liens qu’elles ont su développer avec leurs partenaires locaux. En Chine, les Alliances françaises sont des établissements jumelés avec des universités, ce qui garantit leur pérennité sur le plan institutionnel. Ancrées au niveau local, celles-ci plongent au cœur des réalités du pays et de la société chinoise, ce qui leur permet d’adapter leur offre aux besoins croissants de la Chine, dans le cadre de sa politique d’ouverture, d’échanger avec les pays francophones.

 A Chengdu, l’Alliance française a été la première présence française, « l’aînée de la famille France » en quelque sorte, dans le centre-ouest chinois en ouvrant ses portes en janvier 2003. Elle est rapidement devenue un acteur essentiel de la diffusion de la langue et de la culture françaises dans cette région de Chine, d’abord par ses activités classiques d’enseignement du français auprès des jeunes étudiants mais aussi par les actions plus spécifiques, que je vais évoquer :

•la promotion du français auprès des enseignants des universités et des lycées
•une programmation culturelle dynamique dans les cadres de la Francophonie et du festival Croisements, ou encore à travers des actions propres
•la promotion des études en France dans un partenariat étroit avec l’espace CampusFrance du Consulat général de France à Chengdu
•un soutien à la coopération avec les universités de Chengdu
•l’engagement de plusieurs projets dans le cadre de la coopération décentralisée avec les villes de Montpellier et la région Champagne-Ardenne), que, j’espère, vous pourrez visiter
•la promotion du livre français.
Le partenariat qui lie la Fondation Alliance française avec l’Université des Sciences et Technologies Electroniques de Chine, une des cinq meilleures de Chine dans son champ de disciplines, a été renouvelé en octobre 2008 et est aujourd’hui bien établi et solide. L’inauguration de ces nouveaux locaux, modernes et fonctionnels, et les investissements réalisés (plus d’1,5 millions de rmb) démontrent, s’il en était besoin, la volonté réciproque d’inscrire cette coopération et cette amitié sur le long terme.

Ces locaux, qui comprennent des salles de classes, une médiathèque et un espace d’expositions, sont non seulement une vitrine pour la France et la Francophonie, mais également pour l’Université des Sciences et Technologies Electroniques de Chine et pour l’amitié sino-française dans toute la Chine, au sein de ce magnifique réseau fort et dynamique que constituent les 15 Alliances françaises.

L’Alliance française de Chengdu termine aujourd’hui un cycle, qui correspond d’ailleurs au changement prochain de direction, puisque M. Vincent quittera ses fonctions en août prochain. Je saisis cette occasion pour le remercier de son travail pendant les quatre années qu’il a passées à Chengdu. La nouvelle direction, épaulée par toute son équipe et grâce au soutien de ses nombreux partenaires, est assurée, avec un tel outil, d’un brillant avenir en matière de promotion de la langue et de la culture françaises. Avant de conclure, je voudrais m’adresser plus particulièrement aux étudiants et aux étudiantes qui apprennent ici le français : vous êtes le moteur de la relation franco-chinoise et l’élément le plus dynamique de cette relation privilégiée qu’entretiennent nos deux grands pays ; c’est la raison pour laquelle les deux présidents français et chinois se sont fixés l’an dernier un grand objectif qui vous intéressent et vous concernent tous, à savoir de porter, d’ici à 2015, à cinquante mille le nombre d’étudiants chinois en France, 75 % de ces étudiants étant inscrits en master et en doctorat et avec 50% de mobilité encadrée par un partenariat entre un établissement français et un établissement chinois. L’Alliance française de Chengdu et l’UESTC ont, de toute évidence, un grand rôle à jouer dans la mise en œuvre de ces objectifs ambitieux et nécessaires. Pour l’ensemble des contributions de l’Alliance française de Chengdu au développement des relations franco-chinoises, vous pouvez compter sur le soutien renouvelé du ministère français des Affaires étrangères et européennes, de l’Ambassade de France à Pékin et du Consulat général de France à Chengdu.

Je vous remercie de votre attention./.

Visite officielle à Chengdu de l’Ambassadeur de France en Chine

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Inauguration des nouveaux locaux de l’Alliance française de Chengdu 16 juin 2011

Madame Sylvie Bermann, Ambassadeur de France en Chine, s’est rendue pour la première fois depuis sa prise de fonctions, le 8 mars dernier, en visite officielle à Chengdu. Durant sa visite, elle a inauguré les nouveaux locaux de l’Alliance française (AFC), dont elle est la Présidente d’honneur.

Grâce à un important investissement, ce magnifique espace, de plus de 1300 m², comprenant des salles de classes modernes, une médiathèque et un espace d’exposition, est non seulement une vitrine pour la France et la Francophonie, mais également un beau symbole de l’amitié sino-française au cœur du Sichuan.

Après un entretien avec le Président de l’Université des sciences et des technologies électroniques de Chine (UESTC), partenaire de l’AFC, l’Ambassadeur et le Président Wang ont échangé leurs discours, puis dévoilé une plaque symbolique des nouveaux locaux, le tout en présence d’un public nombreux rassemblant la majorité des Français vivant à Chengdu, mais aussi un bon nombre d’étudiants chinois passionnés de la France et de la culture française.

Lors d’une rencontre avec la presse, durant laquelle les journalistes des principaux media de Chengdu et de la province du Sichuan se sont montrés particulièrement intéressés par le « parcours chinois » de l’Ambassadeur, celle-ci a rappelé quelques-uns de ses premiers souvenirs en Chine y compris à Chengdu, dont elle se souvenait comme d’une ville chinoise aux maisons basses traditionnelles et aux si charmantes maisons de thé. Mme Bermann s’est aussi dite très impressionnée par le dynamisme d’une ville moderne en pleine expansion et dont la population jeune a conservé le goût des activités en extérieur, tout comme les générations précédentes.

Mme Bermann a enfin pu mettre en exergue la solidité du partenariat entre l’Alliance française de Chengdu et l’UESTC, et plus largement entre cette Université prestigieuse et la France, qui repose avant tout sur des coopérations scientifiques et sur la recherche, et qui augure bien d’un avenir enrichissant pour les étudiants des deux pays.

La Compagnie Adrien M introduit le cirque contemporain en Chine

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

En marge du festival Croisements 2011, un nouveau genre d’art, le nouveau cirque, sera présenté en Chine. Le 19 juin à Beijing, Adrien Mondot donnera avec sa compagnie Adrien M un spectacle intitulé Cinématique devant le public chinois.

Le nouveau cirque, ou plutôt cirque contemporain, est un art qui mélange à la fois danse, musique, art numérique ou encore théâtre. Selon Adrien Mondot, la qualité la plus importante pour ceux souhaitant se lancer dans cet art est la créativité. « Il faut toujours essayer de remettre en questions les principes », a indiqué Adrien Mondot lors d’une interview exclusive accordée à China.org.cn.

Cinématique, une étude des mouvements

Le spectacle Cinématique a remporté en 2009 le grand prix du jury dans le cadre de la compétition internationale « danse et nouvelles technologies » organisée par le festival Bains Numériques. Pourtant, la compagnie Adrien M ne cesse de s’améliorer. Selon Adrien Mondot, la version 2009 n’était qu’une « maquette du spectacle ». « Après, on a travaillé pendant un an jusqu’en 2010, et on a fabriqué le spectacle complet », révèle-t-il. « On pense que le spectacle est suffisamment universel pour être apprécié également par des publics très différents aux quatre coins du monde. »

« Cinématique est l’étude du mouvement ». Il s’agit d’une discipline scientifique utilisant la technologie numérique. Pour Adrien Mondot, les émotions et les mouvements sont primordiaux. Le mouvement est un rapport entre objets et corps.

Quand le nouveau cirque arrive en Chine…

Le nouveau cirque étant encore une discipline relativement nouvelle pour les artistes chinois, Adrien Mondot leur donne un conseil : il faut simplement être ouvert. Ne pas imaginer ce que va être le spectacle. Il faut partir d’une feuille blanche et vierge de toute idée.

À l’occasion de cette tournée en Chine, la compagnie Adrien M a visité plusieurs villes à travers le pays, notamment Beijing, Guangzhou et Chongqing. Quant à la réaction du public chinois, Adrien Mondot est confiant. « Je crois qu’ils (les spectateurs chinois) sont très surpris. J’ai l’impression qu’ils ont bien aimé. Souvent, il y a un grand silence dans la salle et beaucoup d’applaudissements à la fin », a-t-il expliqué à China.org.cn.

La Chinafrique: révélateur des limites culturelles de l’entreprise chinoise

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

Depuis plusieurs années la Chine se positionne en Afrique. Notre partenaire Chloé Ascencio nous explique le changement de la perception africaine face à la présence chinoise.

Après avoir été perçus commes les “sauveurs” de l’Afrique qu’ils ont arrosée d’argent sous forme de dons, de prêts à taux zéro et bien sûr de troc (par exemple au Congo: 6 milliards de dollars d’infrastructures médicales contre 10 millions de tonnes de cuivre et 400 000 tonnes de cobalt), les relations-sino-africaines commencent à se dégrader.

C’est très intéressant à observer car l’Europe aussi, à commencer par la Grèce et le Portugal, bénéficiera de plus en plus de ces investissements et découvrira aussi le revers culturel de la médaille.

Aujourd’hui la Chine importe 35% du pétrole africain et construit à tour de bras dans 35 pays de ce continent. Ainsi en Angola où j’ai vécu et travaillé, les Chinois (70 000!) ont indéniablement amélioré les équipements publics, construisant 4000 km de route, des banlieues résidentielles à perte de vue, un nouvel aéroport etc…

Mais les entreprises chinoises qui profitent de ces financement publics (via les banques) et mènent ces projets fonctionnent exactement comme en Chine sans s’adapter du tout au contexte local.

Contrairement à ce qu’elles sont contraintes de faire en Europe (et qui les décourage d’y investir plus) elles ne respectent pas en Afrique les lois du travail et les règles de sécurité. Elles exportent leur “culture d’entreprise” fondée sur le rapport de force et aussi leurs ouvriers, 30% moins chers qu’en local.

Dans les mines de Zambie, les salaires sont inférieurs à la moyenne et les équipements de sécurité dégradés. Des accidents graves se succèdent faute de ventilation des conduits. Impossible de négocier: les managers chinois ne parlent pas anglais (disent-ils). En octobre 2010, ils ont tirés sur des mineurs grévistes…gloups!

En Afrique du Sud les industriels chinois ont considéré que le salaire minimum est trop élevé pour que leurs usines soient rentables. Elles peuvent compter sur une main d’oeuvre prête à tout pour avoir un emploi.

Or les entreprises chinoises créent peu d’emploi, ainsi le projet de restauration du chemin de fer angolais emploierait 160 Chinois contre 60 Angolais, une proportion qui illustre bien le peu d’estime des Chinois pour la capacité de travail des Africains, et qui leur évite en outre l’effort de s’adapter à leurs valeurs, leurs comportements et de les former.

Or cet effort, les entreprises pétrolières opérant en Afrique sont forcées de le faire par les politiques de “localisation” de leur main-d’oeuvre que leur imposent des Etats africains. Contraintes qui ne s’imposent pas aux Chinois…

Les Africains s’aperçoivent que parfois le “deal” n’est pas “fair” quand les hôpitaux se fissurent dès leur inauguration et que le goudron des routes est si fin qu’il ne résiste pas aux premières pluies.

Le management interculturel n’intéressera pas les Chinois tant qu’ils seront ultra dominants dans le rapport de force, pourvoyeurs d’argent frais et de BTP à prix cassés.

Et c’est la logique de l’Histoire: les entreprises occidentales n’ont commencé à intégrer la “dimension culturelle” que lorsqu’elles ont été obligées de prendre en considération les attentes de leurs partenaires et salariés des filiales étrangères (notamment Moyen-Orient, Chine et Inde), parce que ces dernières devenant “stratégiques” et que le rapport de force s’inversait.

« Précédent Suivant »