Livre blanc: davantage de Chinois pensent que la corruption décline

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Une enquête gouvernementale montre que 83,8% des Chinois pensent que la corruption a décliné “dans une certaine mesure” en 2010, indique un livre blanc sur la lutte anti-corruption en Chine publié mercredi à Beijing.

L’enquête a été menée par le Bureau national des Statistiques (BNS), selon le livre blanc, intitulé “les Efforts de la Chine pour Lutter contre la Corruption et Etablir un Gouvernement Intègre”, et publié par le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat.

Le pourcentage était de 68,1% en 2003, ajoute le livre blanc en citant l’enquête du BNS.

Selon l’enquête, entre 2003 et 2010, le taux de satisfaction des citoyens chinois quant à la lutte contre la corruption et à l’établissement d’un gouvernement intègre a régulièrement augmenté, passant de 51,9% à 70,6%.

La lutte contre la corruption et l’établissement d’un gouvernement intègre sont liés au développement national de la Chine, aux intérêts fondamentaux de l’immense majorité du peuple chinois, à l’égalité sociale, à la justice, à l’harmonie et à la stabilité, selon le livre blanc.

C’est la position constante du Parti communiste chinois (PCC) et du gouvernement chinois de punir résolument et de prévenir efficacement la corruption, et de s’efforcer de construire un gouvernement intègre.

Depuis le début du 21e siècle, la Chine a mis davantage en avant la lutte contre la corruption et l’établissement d’un gouvernement intègre, indique le libre blanc.

Le Bureau national de Prévention de la corruption de Chine a été établi pour assumer la responsabilité globale de la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, selon le livre blanc.

Livre blanc : le combat contre la corruption est prioritaire pour le PCC

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Le Parti communiste chinois (PCC) a toujours considéré comme prioritaire le combat contre la corruption et l’édification d’un gouvernement intègre, indique mercredi le Livre blanc publié par le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat, (le gouvernement chinois).

Particulièrement depuis l’adoption de la politique de réforme et d’ouverture vers l’extérieur en Chine, le Comité central du PCC a formulé une série de stratégies, de principes et de politiques relatifs au combat contre la corruption, fait savoir le Livre blanc, intitulé “les Efforts de la Chine pour Lutter contre la Corruption et Etablir un Gouvernement Intègre”.

Le gouvernement chinois organise chaque année une conférence de travail sur la construction d’un gouvernement intègre pour faire des agencements dans le système du gouvernement.

Le soutien du public et sa participation constituent une base importante du succès du combat contre la corruption et de l’édification d’un gouvernement intègre, selon le document.

En Chine, les principaux organes chargés de combattre la corruption et d’établir un gouvernement intègre sont les organes du Parti chargés de l’inspection disciplinaire, les organes judiciaires d’Etat, les organes de supervision et d’audit du gouvernement, ainsi que le Bureau national de prévention de la corruption.

Ces organisations exercent des fonctions différentes et sont indépendantes dans l’exercice de leurs devoirs, tout coopérant entre elles.

Ces dernières années, ces organisations ont pris des mesures strictes pour améliorer les standards, l’éducation, la gestion et la supervision du personnel pour la mise en application de la loi et des disciplines, selon le Livre blanc.

EDF poursuivra sa coopération stratégique à long terme avec la Chine

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang et le Premier ministre français François Fillon ont assisté à la cérémonie d’inauguration de Taishan Nuclear Power Joint Venture Company Limited (TNPC).
Récemment, EDF (Électricité de France) a organisé une conférence de presse sur sa coopération avec son partenaire chinois CGNPC (China Guangdong Nuclear Power Group) pour les journalistes chinois à Paris. Hervé Machenaud, directeur exécutif du groupe, en charge de la production et de l’ingénierie, a présenté la progression des projets coopératifs et la stratégie internationale d’EDF à cette occasion.

« Depuis les années 1980, EDF a participé à la construction et à l’opération de la centrale nucléaire de Daya Bay à Shenzhen. Pendant 25 ans, nous avons joué un rôle important dans le développement de l’électricité nucléaire en Chine. Dans ce cadre, EDF et CGNPC ont signé un accord sur la construction conjointe de la centrale nucléaire de Taishan dans la province du Guangdong, en appliquant la technique EPR la plus avancée ».

« La coopération avec la Chine est bénéfique aux deux parties. En tant que plus grand opérateur du monde dans le domaine de l’électricité nucléaire, EDF a accumulé une grande expérience, et CGNPC a élaboré le projet le plus colossal du monde pour le développement de l’électricité nucléaire en Chine. Les deux entreprises ont leurs propres spécialités, et le potentiel de coopération est très vaste », a-t-il expliqué.

« En outre, la France utilise pour ses besoins la plus grande proportion d’électricité nucléaire du monde, et la Chine se trouve au premier rang du monde dans le domaine de l’électricité thermique et de l’électricité hydraulique. La coopération est bénéfique aux deux pays, parce qu’on pourra renforcer les échanges dans le domaine de l’électricité nucléaire et établir une relation complète et de long terme », a souligné M. Machenaud.

Au sujet des préoccupations sur la compétitivité de la Chine contre la France après des transferts de technologies clés, il a répondu que « depuis le siècle dernier, la France possède la technique la plus avancée du monde sur l’électricité nucléaire, et la Chine deviendra certainement le plus grand pays producteur. La coopération est donc profitable à tous. Après plusieurs décennies, la relation bilatérale en matière d’électricité nucléaire est plus étroite et solide ».

Selon les prévisions d’EDF, la croissance annuelle de la demande chinoise en électricité sera de 15 % jusqu’en 2020. « EDF va saisir cette opportunité, maintenir sa supériorité technique, et participer au développement de l’énergie en Chine. EDF partagera ses expériences sur la construction, l’aménagement, la réparation des centrales avec la Chine et poursuivra sa coopération stratégique de long terme qui vise au développement durable du monde », a-t-il conclu.

Ouverture prochaine du Centre de visas pour la Chine à Paris

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Ces dernières années, les demandes de visa pour la Chine des citoyens français se sont multipliées de manière constante. Afin de fournir un meilleur service de délivrance de visa, l’Ambassade de Chine en France introduira le modèle de centre de visa à Paris. Ce centre sera habilité pour les services suivants : recevoir les demandes de visa pour la Chine des titulaires de passeports privés français, percevoir les frais de visa pour le compte de l’Ambassade de Chine; remettre les passeports aux demandeurs. Installé au 117 Avenue des Champs-Élysée, il sera ouvert à la mi-janvier 2011. Bien situé, le centre est doté d’un environnement agréable. Avec une salle d’accueil de 500 m2 et 16 guichets, il sera ouvert toute la journée pour recevoir les demandes de visa et offrira un service rapide, efficace et de bonne qualité.

Le Centre de visas pour la Chine offrira les services suivants :

1. Création d’un site internet pour publier les informations sur les demandes de visa pour la Chine

2. Réponse aux questions sur les demandes de visa pour la Chine via téléphone et courriel

3. Mise en ligne des formulaires de demande de visa pour que les demandeurs de visa puissent remplir les formulaires en ligne

4. Prise des rendez-vous en ligne précisant la date et l’heure pour la demande de visa

5. Extension des horaires de service et installation d’un système de gestion de file d’attente pour vous fournir un meilleur service

6. Règlement des frais de visas par chèque et cartes de crédit

Les services dont les demandeurs de visa pourront bénéficier sont les suivants:

Possibilité de préparer en ligne la demande de visa pour la Chine à domicile : remplir le formulaire de demande, prendre rendez-vous pour le dépôt du dossier, etc;

Temps d’attente réduit au centre;

Différents moyens de paiement: chèques ou cartes de crédit;

Réponses à toutes vos questions avec un service personnalisé via téléphone et courriel;

Environnement et ambiance plus agréables;

Le centre de visa sera créé par la société China Bridge, immatriculée en France conformément aux lois françaises. Ayant pris toutes les mesures nécessaires, il garantira, selon les lois françaises, la sécurité des passeports et des informations sur les demandeurs de visa. Pour assurer le fonctionnement du centre, ce dernier percevra les frais de service auprès des demandeurs de visa.

Après l’ouverture du centre de visa, les titulaires de passeport diplomatique ou de passeport de service et les demandeurs de visa ou de permis d’entrée pour la Région administrative spéciale de Hong Kong devront continuer à déposer leurs demandes à la section consulaire de l’Ambassade de Chine.

Le centre de visa n’intervient pas dans la procédure d’approbation de demande de visa. L’Ambassade de Chine se réserve le droit de décision sur la délivrance de visa, le type de visa, la validité du visa, la durée du séjour et le nombre d’entrée conformément aux lois et règlements chinois. L’Ambassade de Chine a le droit de demander aux demandeurs de visa de fournir des documents complémentaires ou de se rendre à l’Ambassade pour un entretien.

Les informations détaillées sur l’ouverture du centre seront publiées sur le site internet de l’Ambassade de Chine en France. Veuillez suivre nos informations.

Adresse et horaires d’ouverture du centre de visa:

117, avenue des Champs-Elysées, 75008 Paris.

Métro: George V ou Charles De Gaulle Etoile

Du lundi au vendredi: de 9 h 30 à 16 h 30(sauf jours fériés français et chinois)

Fermé le samedi et le dimanche

Pour contacter le centre:

Téléphone : 0179970339

Fax: 0147206328

Courriel: pariscentre@visaforchina.org

Source: Ambassade de Chine en France

La France cherche activement les investissements chinois pour soulager son taux de chômage élevé

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Les tempêtes de neige ont offert aux Français un vrai Noël blanc. En même temps, les données de l’emploi de novembre en France ont également fait subir une tempête au gouvernement français après une courte période calme en octobre. Selon les statistiques rendues publiques par le bureau des statistiques du travail, le chiffre de la population au chômage en novembre en France a augmenté de 0,8% pour atteindre 2,698 millions, soit l’augmentation la plus forte depuis 6 mois.

Au moment où l’influence de la crise financière ne s’est pas encore dissipée, la crise de la dette a encore une fois causé un choc au continent européen. Cette année, David Appia, le président de l’Agence française pour les investissements internationaux, a ajusté son parcours. Au lieu de voler partout dans le monde, il fréquente désormais plutôt la Chine pour essayer de persuader plus d’entreprises chinoises d’investir en France, afin de promouvoir l’emploi et la croissance économique de la France en profitant des efforts extérieurs.

Récemment, David Appia a accordé un entretien exclusif au quotidien « First Financial Daily » à Shanghai.

First Financial Daily : Comment pouvez-vous persuader les entreprises chinoises d’investir en France et non dans les autres pays européens ? Pour les entreprises chinoises, où se trouvent les opportunités ?

David Appia : Les investissements chinois ont une remarquable tendance à s’accroître en Europe, alors que la France est le 4e pays d’Europe le plus prisé des entreprises chinoises. En 2009, on comptait en France au total 22 projets d’investissement provenant de Chine, qui ont créé des opportunités d’emploi et 1 483 nouveaux postes. A ce jour, plus de 100 entreprises chinoises ont investi en France et cela a créé au total plus de 8 000 postes.

Les ressources données par le gouvernement français pour soutenir le développement des entreprises chinoises sont : des ressources humaines qualifiées et efficaces, un environnement innovant et favorable à la recherche, des infrastructures industrielles de bonne qualité, de l’énergie et des transports, etc.

First Financial Daily : Selon les estimations des experts, de l’année 2005 à la fin de l’année 2009, le taux de survie des entreprises chinoises qui ont investi en France était de 10%. Ce taux est largement inférieur au niveau moyen du taux de succès des entreprises chinoises qui ont investi à l’étranger. Qu’en pensez-vous ce taux de survie qui reste bas?

David Appia : Le coût d’investissement élevé en France est provoqué par un malentendu des gens sur la France. En réalité, la France possède un environnement de surveillance et fiscal très attrayant.

Une des avantages de la France est que le pays peut aider les entreprises étrangères àfonctionner avec des coûts bas et attrayants. Les coûts commerciaux en France sont inférieurs de 1,7% à ceux des Etats-Unis. La dévalorisation de l’euro a de plus accentué l’avantage de la France dans ce domaine.

De plus, suite à la mise en vigueur du CIR (crédit d’impôt recherche), les privilèges d’impôts sur les frais R&D en France figurent en tête dans le monde. En 2009, les quelque 14 000 entreprises étrangères en France ont économisé au total 4,2 milliards d’euros grâce au CIR.

First Financial Daily : Quels sont les attentes et les objectifs de l’Agence française pour les investissements internationaux au sujet de l’attraction des investissements chinois?

David Appia : On n’a pas d’attente ou d’objectif sur certains secteurs fixés. Pourtant, on sait qu’entre 2000 et 2008, les 3 industries qui ont attiré le plus d’investissements chinois en France sont: l’industrie des produits chimiques et des matériaux plastiques (13% des projets totaux), les équipements électriques, électroniques et informatiques (12% des projets totaux), ainsi que les transports et la logistique (10%).

En 2006, la China National Chemical Corporation, a acheté, via sa filiale Bluestar, la société Adisseo, numéro trois mondial des additifs et solutions nutritionnelles pour animaux, tandis qu’en 2005, le groupe Lenovo a installé son siège européen à Paris.

En 2009, les secteurs concernés par les investissements chinois se sont davantage élargis. En septembre 2009, la société Huawei a annoncé l’installation d’un centre R&D en région parisienne, le premier centre R&D installé en France par les entreprises chinoises, alors qu’en novembre 2009, ZTE Corporation a annoncé lui aussi l’installation de son siège pour l’Europe et l’Amérique du Nord en région parisienne.

Par ailleurs, les secteurs de l’énergie, des services commerciaux et financiers, l’industrie des machines et équipements ont tous de belles perspectives. A ce jour, les nouveaux projets d’investissements chinois en France concernent le groupe Haier, BSI (Bluestar Silicones International), etc.

Vols directs prévus cette année entre la France et Wuhan

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

La ville de Wuhan, la capitale de la province du Hubei, ouvrira, cette année, trois lignes aériennes directes vers la France, Singapour et le Japon, selon les médias chinois.

La compagnie aérienne Air China assurera le vol direct entre Wuhan et Tokyo, qui devrait être opérationnel au mois de janvier, a précisé un fonctionnaire, sans révéler d’autres détails sur ces vols directs.

Selon les statistiques de l’aéroport, le volume des passagers internationaux de l’aéroport de Wuhan s’est chiffré à 350.000 (+85%) en 2010 et devrait atteindre 400.000 en 2011.

Suivant »