Sylvie Bermann : les investissements chinois en France sont bienvenus

Ajouté au 09/12/2011 par SHI Lei

Le 7 décembre, Mme Sylvie Bermann, ambassadeur de France en Chine, a accordé une interview exclusive à China.org.cn sur les relations sino-françaises, le changement climatique, l’élection présidentielle 2012 en France, etc.
China.org.cn :Durant votre carrière professionnelle, vous avez eu un lien très étroit avec la Chine, et vous avez une connaissance profonde du pays. Après avoir occupé les fonctions d’ambassadeur de France en Chine pendant environ neuf mois, trouvez-vous la Chine différente de celle que vous avez connue dans le passé ?

Sylvie Bermann :Oui, la Chine est extrêmement différente. Je crois que son évolution a été beaucoup plus considérable que dans n’importe quel autre pays au monde, pendant un laps de temps relativement court. Il y a une formidable énergie en Chine, avec non seulement une très forte croissance économique, de villes entièrement transformées, mais également une société extrêmement dynamique et tournée vers l’avenir.

China.org.cn :En tant qu’ambassadeur, avez-vous des objectifs spécifiques à atteindre durant votre mandat ?

Sylvie Bermann :Nous avons avec la Chine un partenariat stratégique global, il est important de le développer dans tous les domaines. Dans le domaine politique, naturellement, et cette année nous avons eu un record de visites au plus haut niveau et de visites de niveau ministériel, donc je voudrais consolider cela. Je voudrais également, dans le domaine économique, renforcer nos liens, sans doute les rééquilibrer également ; je crois qu’il est important qu’au-delà des grands contrats sur l’aéronautique, le nucléaire et le ferroviaire, nous puissions développer d’autres domaines plus nouveaux, par exemple celui du développement durable, de la protection de l’environnement, des services, de la santé. Sur le plan culturel aussi, puisque la France et la Chine sont deux grands pays culturels. Nous avons par exemple chaque année au printemps le festival Croisements, qui est le plus grand festival français dans le monde. Je voudrais donner encore plus de visibilité à ce festival, et qu’il soit présent dans plusieurs villes en Chine.

China.org.cn :Vous venez d’évoquer le festival Croisements, pourriez-vous nous révéler quelques temps forts à attendre en 2012 ?

Sylvie Bermann :Ce sera d’abord le panorama du cinéma, que nous espérons organiser autour de stars ; nous ne les avons pas encore choisies, mais je pense que cela sera un moment important. Par ailleurs, il y a maintenant quelque chose qui est devenu rituel, c’est le festival Photospring Caochangdi avec Arles, puisqu’il s’agit d’une délocalisation du plus grand festival de photographie dans le monde. Il y aura également du cirque, de la musique baroque, une coproduction intéressante avec Yasmina Reza, qui est un écrivain très connu actuellement en France et dans le monde : elle a monté des pièces à New York et à Londres qui ont eu beaucoup de succès. Cela s’appellera « L’homme qui rit », certainement au Théâtre national de Pékin. Nous aurons beaucoup d’événements, et j’espère qu’ils auront un succès encore plus grand que l’année dernière.

China.org.cn :Cette année est l’année de la langue chinoise en France et de la langue française en Chine. Vous-même avez suivi des études de chinois, pouvez-vous nous parler du développement de la langue chinoise en France ?

Sylvie Bermann :Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a là aussi de grands changements, puisque lorsque j’ai appris le chinois en France, on ne pouvait le faire qu’au niveau de l’université, à l’Institut des langues orientales et dans une école privée. Maintenant, je crois que dans beaucoup de lycées de France, pas seulement à Paris, on peut apprendre le chinois. Je sais qu’il y a un vif intérêt des élèves pour cette langue, parce que les meilleurs élèves choisissent aujourd’hui d’apprendre le chinois. On considère que c’est une langue difficile et donc structurante, et je pense que la Chine fait rêver les jeunes.

China.org.cn :Le microblog Weibo de l’ambassade de France en Chine est suivi actuellement par 140 000 fans, et beaucoup de départements du gouvernement chinois publient aussi leurs dernières informations sur cette plateforme. Que pensez-vous de ce nouveau mode de communication entre les organismes officiels et le grand public ?

Sylvie Bermann :Il s’agit d’une excellente méthode interactive, qui permet de s’exprimer un peu plus librement que dans des circonstances très officielles, ou même dans des journaux ou lors de conférences de presse. C’est un échange rapide et spontané.

China.org.cn :La crise de la dette européenne continue dans la zone euro. Quelles sont les mesures envisagées par la France pour améliorer la situation ?

Sylvie Bermann :La France a été très active, il y a non seulement des mesures de rigueur budgétaire qui ont été prises dans le pays, mais surtout, le président de la République française a été très actif dans le cadre européen avant le G20, ainsi que durant le Sommet de Cannes. Aujourd’hui encore, dans ses rencontres avec la chancelière allemande Angela Merkel, des solutions sont recherchées, qui vont vers davantage de discipline budgétaire et de solidarité entre les Etats, avec un rôle pour les institutions européennes. Si un pays a été dynamique dans la recherche de solutions, c’est bien la France.

China.org.cn :Selon vous, quel rôle jouera la Chine dans le sauvetage de la crise ?

Sylvie Bermann :La Chine a un rôle très important parce que nous sommes dans une époque de mondialisation, et donc d’interaction entre les différentes économies. Un ralentissement économique en Europe ou aux Etats-Unis a des conséquences en Chine, ce qui fait que la relance est dans l’intérêt également de la Chine. Je pense donc que la Chine peut jouer un rôle important, en rééquilibrant aussi cette croissance et en contribuant au mécanisme mis en place par l’Union européenne.

China.org.cn :Dans ce contexte, quels sont vos conseils pour les entreprises chinoises qui envisagent d’investir en France ?

Sylvie Bermann :Les investissements chinois en France sont bienvenus, d’autant plus qu’ils sont créateurs d’emplois. Mon premier conseil serait de prendre contact avec un service établi à l’ambassade, qui s’appelle l’AFI (Agence pour les financements internationaux), qui aide ces entreprises. La France peut constituer une plateforme en Europe, parce qu’elle se trouve au centre et qu’il est possible à partir de la France de rayonner dans le reste de l’Union européenne et dans les pays d’Afrique du Nord. Par ailleurs, nous avons pris un certain nombre de mesures incitatives, en particulier dans le domaine fiscal, avec notamment un crédit d’impôt recherche.

China.org.cn :La conférence des Nations Unies sur le changement climatique se déroule actuellement à Durban. Comment la France, frappée par la crise de la dette, va rendre efficaces les mesures décidées lors de la conférence de Cancún, pour obtenir des résultats équilibrés et tangibles dans la mise en œuvre de la feuille de route de Bali, tout en respectant les principes de responsabilités communes, mais différenciées ?

Sylvie Bermann :La France est effectivement attachée à ces principes et jouera son rôle, elle respectera ses engagements. C’est déjà le cas, puisqu’une grande partie de l’aide au développement française est consacrée au développement durable. Mais l’Union européenne, qui a pris beaucoup d’initiatives et qui a des dispositions contraignantes, ne peut régler seule un problème qui est par essence international, d’autant plus que l’UE cause aujourd’hui 11% des émissions de CO2, alors que la Chine représente 24%, les Etats-Unis 18%. Nous devons certes adopter des mesures, mais il faut également que les pays émergents acceptent de prendre des engagements.

China.org.cn :Quelles sont vos attentes pour cette conférence de Durban ? Croyez-vous à un accord global ?

Sylvie Bermann :Ce serait bien en effet qu’il y ait un accord global, l’Union européenne a fait une proposition intéressante sur la reconduction du Protocole de Kyoto sur une deuxième période, en contrepartie d’un accord global à conclure d’ici à 2020, contraignant pour l’ensemble des pays concernés.

China.org.cn :Que fera la France pour aider les pays en développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre ?

Sylvie Bermann :Une grande partie de notre aide au développement est consacrée à cela, et que nous avons des coopérations avec plusieurs pays sur les questions relatives à l’eau et à la forêt. La France est très active dans ces domaines et elle contribue aux différents fonds mondiaux.

China.org.cn :Pourriez-vous nous présenter quelques projets de coopération dans ce domaine entre la Chine et la France ?

Sylvie Bermann :Nous avons des coopérations en ce qui concerne la forêt et l’eau. Dans le domaine de l’eau, nous allons avoir à Marseille en début d’année prochaine un forum de l’eau, et il y aura une coopération franco-chinoise pour le bassin du fleuve Hai, avec une présentation commune de cette initiative.

China.org.cn :J’ai entendu dire que vous recevez un ministre par semaine, est-ce vrai ?

Sylvie Bermann :Cela a été vrai pratiquement depuis mon arrivée, cela s’est un peu calmé maintenant, car on arrive vers la période hivernale. Je crois que nous avons battu des records cette année, il y eu 2 visites présidentielles et 19 visites ministérielles en neuf mois, ainsi que 31 visites officielles. Je pense que cela reflète la qualité et l’intensité des relations entre la France et la Chine. Il y avait évidemment l’aspect bilatéral, ainsi que celui de la préparation du G20, puisque beaucoup de ministres sont venus ici dans ce cadre, notamment les ministres des Finances, de l’Agriculture et du Travail. Nous avons eu une préparation intensive dans le cadre franco-chinois. L’année prochaine, il n’y aura plus le G20, mais il y aura d’autres occasions de visites et de rencontres, bien sûr.

China.org.cn :Pourriez-vous résumer en quelques mots clés les relations sino-françaises de cette année ?

Sylvie Bermann :Nos relations sont d’une grande proximité et d’une grande intensité. Pour les résumer en un mot, elles sont excellentes.

China.org.cn :L’élection présidentielle française aura lieu l’an prochain, quelles sont les perspectives d’avenir pour les relations sino-françaises ?

Sylvie Bermann :Les relations sino-françaises, ou franco-chinoises pour nous, reposent sur des fondamentaux très solides et une amitié très ancienne, avec une certaine solidarité ; nous sommes membres du Conseil de sécurité de l’ONU, et cela suppose des responsabilités communes pour le maintien de la paix dans le monde. Il y a d’autres enceintes où nous participons et nous avons un rôle important, donc les relations franco-chinoises resteront d’un niveau très élevé. Je ne pense pas que le résultat des élections puisse avoir une influence sur la qualité de nos relations.