Le président chinois appelle le G20 à faire front commun pour promouvoir la croissance et la stabilité financière

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a appelé jeudi les grandes puissances économiques du monde à travailler de concert pour promouvoir la croissance et la stabilité financière.

“Il est vital que nous parvenions ensemble à atteindre un niveau de réflexion plus englobant. Nous devons transcender nos désaccords sur les questions particulières, dépasser les considérations à court terme, et chercher ensemble des moyens de surmonter la crise et de soutenir le développement”, a indiqué le président Hu lors du sommet du G20, qui s’est ouvert jeudi à Cannes dans le sud de la France.

“En ce moment critique, le G20 doit travailler à résoudre les problèmes essentiels, relancer la confiance des marchés, désamorcer les risques et relever les défis de la croissance économique et de la stabilité financière mondiale”, a déclaré M. Hu.

Le sommet du G20, qui est le plus important forum sur la coopération économique internationale, doit préserver un esprit d’entraide dans l’adversité et marcher dans la voie d’une coopération mutuellement profitable entre les Etats, at-il ajouté.

“La situation économique mondiale actuelle exige toute notre attention”, a déclaré M. Hu, rappelant que la reprise économique mondiale était encore entachée d’instabilité et d’incertitudes, et était chaque jour confrontée à de nouveaux risques et à de nouveaux défis.

Certaines grandes économies connaissent un ralentissement économique, et certains pays sont confrontés à de graves problèmes de dette souveraine, a rappelé M. Hu.

Il a également mentionné la volatilité des marchés financiers internationaux, et une forte pression inflationniste sur les marchés émergents.

M. Hu a présenté une proposition en cinq points sur les moyens de surmonter la crise pour les pays du G20.

Premièrement, les pays doivent préserver leur croissance, tout en veillant à ne pas déséquilibrer leur économie. Étant donnés les risques graves auxquels l’économie mondiale fait face et la volatilité persistante des marchés, assurer la croissance et promouvoir la stabilité doit être une priorité absolue, a-t-il indiqué.

“Nous devons introduire de nouvelles mesures, des mesures fortes, afin de nous assurer que les politiques fiscales et monétaires sont pleinement appliquées, et que les financements débloqués pour résoudre la crise sont effectivement injectés dans l’économie pour stimuler la production et l’emploi”, a souligné le chef de l’Etat chinois.

En second lieu, les pays du G20 doivent faire front commun et envoyer un signal fort au monde, pour répondre à la panique globale et au manque aigu de confiance dans les marchés, a déclaré M. Hu.

Il a exhorté les membres du G20 à renforcer leur coordination et à se consulter plus fréquemment, à s’attaquer aux problèmes de la dette souveraine, à réguler les flux de capitaux transfrontaliers, à mettre sous contrôle la fluctuation des prix des produits de base, à alléger la pression inflationniste mondiale, et à s’assurer que les politiques économiques des différents pays ne s’annulent pas réciproquement.

Troisièmement, a continué M. Hu, la gouvernance économique mondiale devrait être réformée et améliorée.

La crise financière internationale a mis en évidence les lacunes existant dans le système de gouvernance économique mondiale, a déclaré le président chinois.

“Des efforts importants doivent être faits pour réformer et améliorer le système monétaire international, le système commercial international et le mécanisme de tarification des matières premières”, a-t-il indiqué.

Il a demandé la poursuite des réformes du Fonds monétaire international, appelant à une application plus étendue des Droits de tirage spéciaux (DTS), à une réforme du panier monétaire du FMI, et à une révision du système de la monnaie de réserve internationale.

M. Hu a mis en garde contre le protectionnisme commercial et a appelé à des efforts pour freiner la spéculation, afin de stabiliser les prix des produits de base ainsi que l’équilibre de l’offre et de la demande.

Quatrièmement, c’est par l’innovation que les pays doivent s’efforcer de progressser, a déclaré M. Hu.

“L’innovation est une source inépuisable de progrès pour l’humanité. Si nous voulons surmonter la crise, nous devons faire oeuvre de pionniers”, a-t-il dit.

“Nous devons approfondir notre réflexion et améliorer nos méthodes pour faire progresser le développement économique et social ; il est importons que nous parvenions à établir un équilibre dans les relations entre le gouvernement et le marché, entre le travail et le capital, entre la production et la consommation, et entre l’équité et l’efficacité”, a-t-il souligné.

Cinquièmement, les pays du G20 se doivent d’aider les économies en voie de développement à progresser, a dit M. Hu.

En dernière analyse, le principal goulet d’étranglement du développement économique mondial est l’incapacité des pays en voie de développement à atteindre un développement complet, a déclaré M. Hu

Le déséquilibre entre pays développés et pays en développement a engendré un cercle vicieux où le sous-développement conduit à l’arriération, et l’arriération entrave à son tour le développement, empêchant ainsi une croissance soutenue et régulière de l’économie mondiale, a-t-il précisé.

“Nous devons aider les pays émergents à mieux faire entendre leur voix et à prendre une part accrue à la gouvernance économique mondiale, et créer un environnement institutionnel propice à leur développement”, a déclaré le président chinois.

M. Hu a affirmé que la Chine s’engageait à offrir une aide accrue aux autres pays en voie de développement.

Ainsi, entre 2010 et 2012, la Chine injectera en Afrique près de 10 milliards de dollars, sous forme de prêts à taux préférentiels, somme qui sera pour l’essentiel consacrée au développement des infrastructures, a-t-il dit.

Entre 2011 et 2015, la Chine lancera également 200 projets d’infrastructure dans le domaine des énergies propres et de la protection de l’environnement dans d’autres pays en développement, a annoncé le président Hu.

La Chine accordera enfin une exemption totale de droits de douane sur 97% des exportations vers la Chine en provenance des pays les moins développés avec lesquels elle a des relations diplomatiques, a-t-il ajouté.

Le sommet du G20, qui a commencé jeudi, doit concentrer ses efforts sur les moyens de promouvoir une croissance forte, durable et équilibrée de l’économie mondiale, ainsi que sur les problèmes relatifs à la gouvernance mondiale, au développement et à la régulation des flux financiers.

Le bloc du G20, créé en Septembre 1999, a été conçu pour réunir les principales économies industrialisées et en développement dans le monde, afin de discuter des problèmes clés de l’économie mondiale.