Chine: Energies renouvelables : marché et perspectives

Ajouté au 11/07/2011 par SHI Lei

Profitant du séjour à Wuhan du Pr. Didier MAYER, chef du projet sino-européen ICARE (Institute for Clean and Renewable Energies), le Consulat général de France à Wuhan et CampusFrance ont organisé une rencontre sous forme de dîner-conférence, à laquelle ont participé une dizaine de dirigeants d’entreprises françaises implantées dans la région.

Après avoir rappelé les défis mondiaux en matière d’énergies, à court et moyen termes – forte dépendance énergétique de la plupart des états, raréfaction des énergies conventionnelles, contraintes imposées pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre – M. Mayer a exposé des solutions possibles, mais hélas « imparfaites » : le nucléaire, le charbon – disponible en quantité mais très polluant -, et les énergies renouvelables, susceptibles de réduire significativement la dépendance énergétique tout en offrant de nouvelles perspectives économiques (création de nouvelles activités et d’emplois). Quoique constituant un potentiel très important, ces dernières posent encore de nombreux problèmes techniques d’utilisation et de stockage, en raison de leur caractère épisodique ; certaines, comme les énergies éoliennes et solaires, la géothermie, les océans et la bioénergie, … appellent à de nombreux développements techniques.

A l’évidence, la solution d’avenir ne sera pas unique : il s’agira au contraire de s’appuyer sur un « MIX » (groupe de différentes sources d’énergie), en les combinant en fonction des objectifs, des contraintes techniques, de la rentabilité des investissements nécessaires, ainsi que des coûts et des difficultés d’exploitation.

Un débat nourri a suivi la présentation de M. Mayer, notamment sur la place du nucléaire à long terme, ainsi que sur les technologies à privilégier en matière de nouvelles énergies. Ce fut également l’occasion d’évoquer le projet ICARE, et la participation possible des entreprises à sa réalisation.

Une rencontre réussie, qui a montré le grand intérêt du débat d’idées entre responsables d’entreprise et chercheurs ! Peut-être une prémices d’un futur Club R&D wuhanais ?