La Chine va célébrer le 90e anniversaire du PCC

Ajouté au 01/07/2011 par SHI Lei

La fête d’anniversaire d’un milliard de personne aura lieu vendredi 1er juillet à l’occasion du 90e anniversaire du Parti communiste chinois.

Mais de nombreuses activités officielles et initiatives totalement personnelles ont déjà été organisées avant cette journée.

Dans la province du Sichuan (sud-ouest), un groupe de seniors a chanté des chants révolutionnaires. Certains jouaient des instruments tandis que d’autres dansaient en agitant leurs éventails.

Le plus âgé d’entre eux, Li Chongrong, 70 ans, a recopié à la main plus de 300 de ces chants.

Dans le district de Fangshan à Beijing, Liu Xiuhua, âgée de 62 ans, a passé une semaine entière à préparer une broderie à double face à l’effigie du drapeau du parti.

A Langfang, dans la province du Hebei (nord), Yuan Jintong, âgé de 69 ans, a passé 46 ans à collecter des articles de presse, photos, livres et insignes sur le PCC. Il envisage d’exposer sa collection.

Les chants révolutionnaires se font entendre du fleuve Yangtsé au Plateau du Tibet, alors qu’un film sur la naissance du PCC, ” Beginning of the Great Revival”, a engrangé 200 millions de yuans de recette en deux semaines.

Dans la province orientale du Zhejiang, un nouveau mémorial a été inauguré jeudi pour commémorer le premier congrès du PCC.

Il y a 90 ans, 13 personnes se sont réunies et ont fondé le Parti communiste chinois dans la concession française de Shanghai. La réunion s’est ensuite déplacée sur un bateau sur le lac Nanhu.

Ces neuf dernières décennies, le nombre de membres du Parti a atteint 80 millions, l’équivalant de la population allemande, et la Chine est devenue la deuxième plus grande puissance économique mondiale.

Le peuple chinois se rappelle de façon vivante les changements que le Parti a apportés dans leur vie quotidienne.

Zhang Huifen, une ouvrière à la retraite de Beijing, a rallié le PCC il y a 30 ans. “Quand j’étais au lycée, dans les années 1970, la ration alimentaire par personne n’était que de 250 grammes de poudre de blé et de riz”, se rappelle-elle. “Les cacahuètes n’étaient consommées qu’à l’occasion de la Fête du Printemps”.

Elle garde encore des coupons de rationnement, qui étaient un symbole de l’économie planifiée chinoise. Les habitants devaient alors utiliser à la fois de l’argent et des coupons pour acheter leurs vivres. A ses yeux, la jeune génération est trop difficile en matière de nourriture.

Qiao Lin, âgée de 54 ans, est jalouse des filles d’aujourd’hui et de leurs beaux atours.

“J’ai commencé à travailler à 18 ans. Mes pantalons et chaussures étaient rapiécés”, explique-elle, “nous avions besoin de coupons pour acheter des vêtements, dont les couleurs étaient invariablement bleu, blanc ou noir”.

Heureusement, elle explique coquettement ne pas être trop âgée pour suivre la mode. Car, “il y a tellement de beaux vêtements et de cosmétiques dans les magasins”.

La vie en Chine s’est évidemment améliorée pour elles.

Malgré cela, Zhang Huifen et Qiao Lin avouent cependant que des problèmes persistaient sous le règne du PCC, tels que la corruption et l’écart énorme entre les riches et les pauvres.