La reconversion du site de l’Exposition universelle à Shanghai se précise

Ajouté au 20/06/2011 par SHI Lei

L’Exposition universelle de Shanghai 2010 s’est close le 31 octobre 2010. Elle a été couronnée de succès, avec plus de 70 millions de visiteurs. Sa reconversion constituera l’un des trois projets majeurs de la ville au titre du 12ème plan quinquennal, avec le centre d’affaires de Hongqiao et le parc Disneyland de Pudong. Si le schéma et les orientations générales sont fixées, nombre de composantes restent à définir.
Le projet de reconversion concerne le parc de l’Expo ainsi que la zone de coordination attenante au parc, soit une surface de 6,68 km². Cette zone se trouve au centre de Shanghai, au bord de la rivière Huangpu. Le site est desservi par cinq lignes de métro (douze stations), deux ponts, et trois tunnels. Il comprend les jardins publics de Houtan, de Bailianjing et de Shibo. Il accueillera également les pavillons pérennisés, dont le pavillon de la France, et environ 20 000m² de bâtiments historiques, constitués par les chantiers navals de Jiangnan. La zone de l’Expo dispose donc d’une situation favorable pour une bonne valorisation mobilière. De fait, c’est la dernière grande zone à urbaniser au cœur de la ville.

Les autorités de la ville intègrent cette opération de reconversion dans le schéma général de développement de la ville. Elles destinent ce site à l’accueil des sièges mondiaux ou régionaux des entreprises ainsi que des organisations internationales, d’un centre international d’échanges culturels et de congrès international, et d’activités de tourisme. Le développement de ces fonctions confortera la place de Shanghai en tant que métropole internationale.

Le site est divisé en une bande riveraine à vocation écologique et de loisirs, ainsi qu’en cinq blocs : i) musée et expositions culturelles ; ii) meilleures pratiques urbaines ; iii) résidentiel de haut standing ; iv) centre de conférences et de spectacles ; et v) expansion du jardin public de HouTan.

•Bloc de musées et d’expositions culturelles (0,93 km²) :
Cette zone de Puxi, qui accueillait les pavillons d’entreprises, a vocation à mettre en valeur le patrimoine industriel des chantiers navals de Jiangnan pour accueillir des expositions en partenariat avec des musées comme le Musée Pi de Washington, l’Ile des musées à Berlin, etc. Ce développement a vocation à renforcer l’attractivité culturelle et l’image internationale de la ville, qui se rêve en métropole internationale de l’Asie, à l’image de Londres, Paris ou New York.
•Meilleures pratiques urbaines (0,42 km²) :
Cette zone profitera des pavillons régionaux de la zone des meilleures pratiques urbaines, construits durant l’Expo pour promouvoir le concept de la ville de future et l’utilisation écologique de l’espace. Elle entend attirer les entreprises des industries innovantes et créatives sur une zone à vocation de démonstration.
•Bloc résidentiel international (0,63 km²) :
Un éco-quartier sera développé sur l’ancien site du village de l’Exposition (bâtiments résidentiels pour les employées internationaux), en créant des conditions favorables et prestigieuses d’accueil à une communauté expatriée aisée, ainsi que des infrastructures hôtelières.
•Bloc de conférences et d’affaires (1,94 km²) :
Le pavillon de la Chine et quatre autres pavillons thématiques, le centre des congrès et la salle de spectacles constitueront ce bloc autour de l’axe principal du site, l’ancien Expo-boulevard. Il sera destiné à devenir un centre de conférences internationales, qui manquait jusqu’à présent à la ville de Shanghai, et à accueillir le centre d’affaires du site.
•Bloc d’expansion du jardin de Houtan (1,4 km²) :
Le jardin en zone humide de Houtan, au centre de ce bloc, constituera un espace vert réservé, dans le cadre du développement écologique de la ville. Destiné aux activités publiques, ce bloc comprendra les pavillons de l’Italie, de la France et de l’Espagne. Il verra le développement d’infrastructures culturelles, résidentielles et commerciales, autour de cet espace vert.
 En conclusion, seul le plan général et l’objectif de construire un quartier à hautes performances environnementales sont définis à ce stade. Nombre de points restent ouverts et devront être précisés pour que ce chantier majeur puisse être achevé. Ses diverses composantes – conception architecturale, bâtiments à performance énergétique, gestion de l’eau et de l’énergie, transports – présentent des opportunités pour les entreprises étrangères qui sauront y mettre en valeur leur expertise, notamment pour les entreprises françaises, qui disposent de fortes compétences dans ces divers domaines.