Réflexions sur le phénomène des touristes chinois réélus rois de l’achat en France

Ajouté au 16/05/2011 par SHI Lei

Selon le rapport d’étude récemment publié par Global Refund, les touristes chinois ont acheté des biens détaxés en France pour un total de 650 millions d’euros (environ 6,13 milliards de yuans) en 2010, remportant une fois de plus le titre de rois de l’achat en France.

Le rapport indique que les marchandises que les touristes chinois achètent à l’étranger proviennent pour un tiers de la France. Des chiffrent montrent que le montant moyen de consommation des touristes chinois, soit la dépense faite en une seule journée dans le même magasin, s’élève à 1 300 euros (environ 12 300 yuans). Pour la Chine qui désire tant accroître sa demande intérieure, cela mérite une bonne réflexion. Feng Haining, commentateur, estime que grosso modo, quatre raisons peuvent expliquer le phénomène des courses folles des touristes chinois en France. Premièrement, forte de sa réputation de paradis du shopping dans le monde, la France est romantique et représente la mode. Deuxièmement, la France réunit bon nombre de produits de renommée mondiale. Mais on y trouve peu de contrefaçons, car le pays réprime sévèrement les violations de la propriété intellectuelle. À l’aéroport par exemple, non seulement la douane lutte contre les produits contrefaits, les entreprises assistent aussi dans cette lutte en affectant leur contrôleur en permanence sur place. Troisièmement, grâce à la détaxe, des marchandises françaises ne coûtent pas cher aux visiteurs étrangers. Enfin, avec l’écart croissant de répartition des revenus en Chine, les riches ont vu leur pouvoir d’achat augmenter encore.

Aux Galeries Lafayette à Paris, on voit tous les jours beaucoup de Chinois faire la queue devant la boutique Louis Vuitton et devant le comptoir de détaxe. Tous sont chargés de sacs de toutes tailles. À les voir, on pourrait croire qu’ils ne viennent pas faire des courses, mais se disputer des objets distribués gratuitement. À côté, les autres clients observent minutieusement les articles en solde. La scène est parlante : Les Chinois ont vraiment de l’argent à dépenser !

Les Chinois sont-ils véritablement riches ? Certes, le PIB de la Chine se classe au second rang mondial. Mais son PIB par habitant reste au-delà de la 100e place, tandis que le revenu moyen est encore plus faible. Selon Liao Baoping, commentateur au Changjiang Shangbao, si les Chinois remportent à nouveau le titre de roi de l’achat en France, c’est essentiellement pour l’achat des produits hors taxe. Cela révèle aussi un autre problème. Ces Chinois sont attirés par les traitements de détaxe.

Cela nous incite à réfléchir sur la façon dont on doit réduire l’imposition pour stimuler la consommation, et de là, faire croître l’économie grâce à la consommation. La réalité est que la consommation est insuffisante et que la demande intérieure piétine, ce qui entrave depuis longtemps l’essor de l’économie nationale. Nous préconisons, du bout des lèvres, d’axer le développement économique sur la consommation. Mais cela n’a servi à rien. Un sondage conduit au premier trimestre de cette année auprès des épargnants, des banquiers et des entrepreneurs, montre que la propension à la consommation des habitants a baissé. Cela est certes étroitement lié aux lacunes du système de sécurité sociale, mais aussi à la réticence des habitants à dépenser leurs deniers du fait de la trop lourde charge fiscale.

Liao Baoping s’interroge : pourquoi tant de riches se rendent-ils à l’étranger pour acheter des produits étrangers au lieu d’acheter des produits locaux ? On ne peut pas ne pas poser cette question : la qualité des produits chinois est-elle comparable à celle des produits étrangers ? Il y a quelque temps, le scandale du lait à la mélamine a été un parfait exemple. Par conséquent, si l’on veut relancer la demande intérieure, l’amélioration de la qualité des produits locaux s’impose.

Feng Haining estime que le romantisme et la mode incarnés par la France ne se sont pas faits en un jour. Sur ce point, il est difficile pour la Chine de suivre l’exemple. Par contre, en ce qui concerne la répression de la contrefaçon et des produits de mauvaise qualité, nous pouvons apprendre des Français. Cela est capital pour accroître la demande intérieure. Beaucoup de nos compatriotes rêvent d’aller en France et dans d’autres pays et y dépenser de l’argent, cela montre que ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas disposés à contribuer à l’accroissement de la demande intérieure, mais parce qu’il manque en Chine l’environnement de consommation et des produits bon marché que l’on trouve en France.

On ne peut être sur la bonne voie que si l’on analyse de manière raisonnée l’attribution de ce titre aux Chinois. Il est indispensable de trouver le nœud des problèmes et proposer des solutions applicables pour promouvoir la consommation dans le pays.