La Chine aura une station spatiale en 2020

Ajouté au 03/05/2011 par SHI Lei

Les autorités en charge du programme spatial habité chinois ont dévoilé lundi leur projet de construction d’une station spatiale de 60 tonnes, composée de trois modules, et de développement d’un vaisseau spatial cargo destiné à transporter des chargements divers.

Le Bureau Chinois d’Ingénierie Spatiale Habitée a dit lors de la conférence de presse qu’il souhaitait aussi que le public s’implique dans le projet en proposant des noms pour la station spatiale, qui devrait être terminée vers 2020.

D’après les documents fournis par le bureau, la station spatiale, qui pèsera environ 60 tonnes, sera composée d’un module central et de deux autres destinés à la conduite d’expériences.

Un vaisseau spatial cargo destiné au transport des chargements sera aussi développé.

Le module central, d’une longueur de 18,1 mètres, d’une largeur maximale de 4,2 mètres et d’un poids au lancement de 20 à 22 tonnes, sera lancé en premier.

Les deux modules destinés aux expériences seront ensuite envoyés pour s’amarrer avec le module central. Chaque module laboratoire fait 14,4 mètres de long, avec le même diamètre maximal et le même poids de lancement que le module central.

« La station spatiale de 60 tonnes est plutôt petite, comparée à la Station Spatiale Internationale (419 tonnes), et la Station Spatiale Russe Mir (137 tonnes), qui a été utilisée entre 1996 et 2001 », a dit pang Zhihao, chercheur et rédacteur en chef adjoint du mensuel Space International.

« Mais c’est la troisième station spatiale multi-module du monde, et cela demande ordinairement beaucoup plus de technologies compliquées qu’un laboratoire spatial mono-module », a t-il dit.

Le bureau a également précisé que la Chine allait développer un vaisseau spatial cargo, pour transporter les fournitures et les équipements de laboratoire vers la station. Il fera 3,35 mètres de diamètre au maximum et son poids au lancement sera de moins de 13 tonnes.

M. Pang a indiqué que c’est la première fois que le bureau a confirmé les projets de construction d’un vaisseau spatial cargo, qui est essentiel pour des missions spatiales à long terme.

Le public est invité à soumettre ses suggestions pour les noms et les symboles qui orneront la station spatiale.

« Considérant les réalisations passées et l’avenir brillant, nous estimons que le programme spatial habité devrait posséder un symbole plus éclatant et que la future station spatiale devrait porter un nom porteur et symbole d’encouragement », a dit Wang Wenbao, directeur du bureau, lors de la conférence de presse.

La Chine avait précédemment appelé son laboratoire spatial « Tiangong » (??), autrement dit Palais Céleste, et le vaisseau spatial destiné au transport des astronautes avait lui été appelée « Shenzhou » (??), ou Navire Divin. Les sondes lunaires ont été baptisées du nom de la mythique de déesse chinoise de la Lune, Chang’e (??). Mais ces noms avaient été choisis sans la contribution du public.

« Nous pensons à présent que le public devrait être impliqué dans les noms et les symboles car ce projet majeur va accroitre le prestige national, et il va renforcer le sentiment national de cohésion et de fierté », a indiqué M. Wang. Le public est invité à soumettre ses propositions pour la station spatiale et ses trois modules, ainsi que des symboles pour le Programme Chinois d’Ingénierie Spatiale Habitée et la station spatiale.

Cependant, pour le vaisseau spatial cargo, les noms proposés devront être soumis beaucoup plus tôt, la date butoir étant le 20 mai. Le résultat sera annoncé avant la fin du mois de juin, a dit M. Wang.

D’après Zhou Jianping, ingénieur en chef du programme spatial habité, les différentes dates limites « s’expliquent par les calendriers différents des divers projets », ce qui indique que le projet de vaisseau spatial cargo pourrait bientôt voir son développement débuter.

La Chine est actuellement à la deuxième phase de son programme spatial habité.

D’après le programme, un module spatial Tiangong-1 et le vaisseau spatial Shenzhou VIII seront lancés dans la seconde moitié de cette année pour un premier rendez-vous inhabité et une mission d’amarrage. Shenzhou IX et Shenzhou X seront lancés l’année prochaine pour s’amarrer à Tiangong-1.

Mais il faut encore surmonter les problèmes de sécurisation des missions de longue durée pour les astronautes.

Wang Zhaoyao, porte-parole du programme, a dit que le développement des technologies nécessaires à l’accomplissement de missions de moyenne durée dans l’espace (c’est à dire un séjour dans l’espace d’au moins vingt jours) et le développement des technologies de livraison de chargements figureront parmi les tâches à accomplir lors de la période du 12e Plan Quinquennal (2011-2015).

Le programme spatial habité posera les fondations pour de possibles missions dans l’avenir, comme envoyer des hommes vers la Lune, d’après les documents fournis par le bureau.