La France a une ferme confiance en la Chine, dit Jean-Pierre Raffarin

Ajouté au 18/04/2011 par SHI Lei

Face au développement rapide de la Chine, la France ne se sent pas inquiète, bien que les Etats-Unis et certains autres pays européens soient en grand désarroi et estiment que leurs pays risquent d’être remplis de produits chinois, a dit Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre français.

M.Raffarin a exprimé ce point de vue le 14 avril au cours de la 17e édition du Colloque d’économie sino-français.

L’ancien Premier ministre français a fait connaître ses points de vue à plusieurs reprises dans des occasions différentes.

Depuis 1976, il a effectué des visites à intervalles réguliers en Chine presque tous les ans. Après l’échange de visites des chefs d’Etat français et chinois l’an dernier, les deux pays ont renforcé la compréhension mutuelle. Ce genre d’échange stratégique a renforcé la confiance mutuelle, a-t-il estimé.

« La France a choisi l’amitié, comme l’a fait Charles de Gaulle en 1964. Et nous avons une ferme confiance en la Chine, de même que Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac », a dit M. Raffarin, ajoutant que la France et la Chine ont une orientation commune et des idées proches sur le futur développement et nous aurons une plus ferme confiance en l’avenir.

M. Raffarin a estimé que la France et la Chine partagent des vues sur le développement futur.

Il a expliqué, en indiquant que les deux pays mettent l’accent sur la multipolarisation du monde. Un équilibre multi-polaire permet d’assurer la paix mondiale. « La Chine et la France ne sont pas d’accord sur le point de vue selon lequel la paix devrait être établie sur la domination d’ un pays sur les autres. La paix est l’équilibre entre pays. Il a fait l’éloge de la Chine pour sa participation de plus en plus nombreuse aux affaires mondiales et aux organisations internationales. Il a encore parlé de la coopération franco-chinoise sur les problèmes monétaire et financier du monde qui ont été discutés lors de la réunion de haut niveau du G20 à Nanjing.

Les deux pays insistent tous sur le changement de mode de croissance dans le futur et sur le développement de hautes technologies et des produits à haute valeur ajoutée pour accélérer ce changement. Les principes établis dans le 12e plan quinquennal de la Chine et qui consistent à stimuler la consommation à l’intérieur du pays et à maintenir un développement durable sont semblables à ceux que la France devrait lancer dans le futur.

Les deux pays sont contre le protectionnisme. Le protectionnisme n’est pas un bon choix pour les nouvelles économies. La France espère que les règles commerciales plus sévères et plus transparentes seront établies à l’avenir. Et une ouverture plus poussée est le meilleur levier pour le développement commun des deux pays, a-t-il dit.