Centre Chine : une économie dynamique

Ajouté au 18/04/2011 par SHI Lei

En 2010, le PIB de la province du Hubei a atteint 1580 milliards de yuans (un peu moins de 150 milliards Euros), soit une augmentation de 142 % par rapport à celui de 2005. Le taux de croissance au titre de 2010 a été de 14,8%, porté par la poursuite d’une expansion sans précédent du secteur immobilier et de la construction…
 Centre Chine : une économie dynamique

En 2010, le PIB de la province du Hubei a atteint 1580 milliards de yuans (un peu moins de 150 milliards Euros), soit une augmentation de 142 % par rapport à celui de 2005. Le taux de croissance au titre de 2010 a été de 14,8%, porté par la poursuite d’une expansion sans précédent du secteur immobilier et de la construction. Le 12ème plan quinquennal du Hubei fixe l’objectif de porter à 2500 milliards Yuans le PIB de la province d’ici 2015, soit une progression de 40 %, et de hisser le revenu par habitant de 4000 dollars par habitant actuellement à 6000 dollars. L’ensemble des mesures prises vise à positionner la ville de Wuhan comme base logistique et carrefour en matière de transports du centre Chine et de façon générale de l’économie chinoise. La réalisation du projet de Grand Wuhan constituera, au cours de ce quinquennat, le principal chantier, ce qui aura pour conséquence d’accélérer l’urbanisation dont le taux franchira au cours de cette période la barre des 50 % pour atteindre un taux estimé en 2015 de 52 %. C’est dans ce cadre que sera développée l’opération « Hubei écologique » ayant pour objectif une réduction de 17 % par rapport au 11ème plan des émissions de dioxyde de carbone.

Enfin, l’ouverture de l’économie de la province à l’international sera accélérée, une tendance que confirment les toutes dernières données pour 2010. Le commerce extérieur de la province a ainsi bondi de plus de 50 % par rapport à 2009 pour atteindre près de 26 milliards Dollars. Quant à l’investissement international, il a progressé d’une année sur l’autre de plus de 14 %. Le Hubei compte désormais 87 des 500 entreprises multinationales du Top 500. Parmi celles-ci, 19 groupes internationaux ont crée au Hubei un centre de recherche et développement.

La province du Hunan poursuit activement son développement économique et aligne des performances sensiblement équivalentes à celles du Hubei avec un PIB qui a dépassé en 2010 la barre des 1500 milliards Yuans, soit 2,3 fois celui de 2005.

La ville de Changsha, capitale provinciale (6,5 millions d’habitants) présente un PIB de 450 milliards Yuans (contre 551 milliards à Wuhan) mais un revenu par habitant de 21900 Yuans. L’indice de performance le plus significatif de ce dynamisme reste toutefois le taux de croissance de la ville qui a été de 15,5 % en moyenne durant le dernier quinquennat.

La croissance annuelle de la province, de 14 %, a été principalement tirée par les investissements dans le secteur de l’immobilier et de la construction qui ont atteint l’an dernier plus de 982 milliardsYuans, soit un montant équivalent à 3,8 fois celui de 2005. La mise en place d’infrastructures et la croissance urbaine sans précédent de la ville de Changsha, dans le cadre du projet de Changzhutan (grand Changsha regroupant celle-ci et ses deux villes satellites de Zhuzhou et Xiangtan) ont été les principaux facteurs de cette expansion, grâce notamment à des projets de grande ampleur comme le métro de Changsha, la réalisation du réseau de RER, l’aménagement du carrefour de transport fluvial sur le fleuve Xiang et l’agrandissement de l’aéroport de Changsha. En effet, ce dernier se dote, à l’instar de l’aéroport de Wuhan, d’une stature internationale. Les relations étroites établies avec l’aéroport de Francfort et les perspectives d’ouverture d’une liaison entre Changsha et le principal aéroport d’Allemagne devraient d’autant mieux lui permettre de satisfaire une telle ambition que son trafic passagers actuel dépasse celui de son concurrent de Wuhan : 12,6 millions de passagers en 2010, là où la rotation annuelle passagers de Wuhan est de 11 millions de personnes.

On notera les ambitions des dirigeants de la province de développer, comme à Wuhan, l’économie verte, les économies d’énergie et de réduire les émissions polluantes. L’aspect hydrologique sera tout particulièrement mis en exergue, le Hunan étant une province test en la matière : parmi les mesures concrètes envisagées, on peut notamment relever la protection des ressources en eau et la dépollution en métaux lourds du fleuve Xiang.
 La présence économique française

La présence économique française dans la province du Hubei remonte à l’installation de Citroën à Wuhan dès 1992. Elle s’est considérablement diversifiée depuis lors, principalement selon trois vagues d’implantation de sociétés françaises : concentrée dans le secteur automobile (Citroën, PSA et nombre d’équipementiers) dans une première étape, elle a ensuite gagné le secteur énergétique avec l’arrivée d’Alstom et d’AREVA pour s’étendre à la grande distribution (Carrefour), la banque (Société Générale) et de plus en plus à des entreprises de pointe maitrisant de hautes technologies (ingénierie ferroviaire, chimie verte …). A ce jour, près de 80 entreprises françaises sont établies dans cette province, entre le quart et le tiers des investissements français en Chine.
 Wuhan : ville pilote du Développement Urbain Durable (DUD)

La présence économique française peut désormais compter sur un nouveau vecteur : les immenses perspectives qu’offre pour les années à venir la planification du futur Grand Wuhan. Ce projet, qui vise à regrouper en une seule conurbation de 30 millions d’habitants, Wuhan (10 millions d’habitants aujourd’hui) et ses huit villes satellites, gérée selon de nouvelles normes environnementales, devrait, par les immenses besoins qu’il génère, favoriser à terme une nouvelle vague de présence économique française. Avec son savoir faire en matière de développement urbain durable, la France et ses entreprises est tout naturellement appelée à être associée à un tel projet, comme le confirme la décision prise par le gouvernement chinois de retenir le Grand Wuhan en tant que site-témoin de la coopération franco-chinoise en matière de développement urbain durable.

Cette coopération est entrée dans une phase opérationnelle. Le 30 avril 2010, dans le cadre de la visite d’Etat du Président de la République en Chine, M. Jean-Louis BORLOO, Ministre de l’Ecologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer et M. LI Hongzhong, gouverneur de la Province du Hubei, ont signé à Shanghai une lettre d’intention sur la coopération en matière de développement urbain durable. Ce texte permet de renforcer notre coopération dans plusieurs domaines essentiels : la planification urbaine, les mobilités urbaines, la protection du patrimoine, l’efficacité énergétique, le traitement de l’eau et des déchets, les énergies propres, l’aménagement territorial à faible intensité carbone.