Un sceau impérial chinois adjugé pour 17 millions de dollars aux enchères en France

Ajouté au 06/04/2011 par SHI Lei

Un sceau chinois impérial en jade, utilisé par l’empereur Qianlong (1736-1795), a été vendu pour 12,4 millions d’euros (17,45 millions de dollars) samedi lors d’une vente aux enchères organisée dans le sud-ouest de la France, ce qui est désormais l’adjudication la plus chère jamais réalisée pour un sceau.

Le sceau impérial en jade blanc de 9,85 centimètres, sculpté de dragons entrelacés sur le sommet, était l’un des sceaux utilisés par l’empereur Qianlong, le quatrième empereur de la dynastie Qing. Il avait initialement été estimé à 1,5 million d’euros (2,1 millions de dollars).

Selon les médias français, le sceau impérial a été vendu aux enchères dans une salle des ventes de Toulouse à un enchérisseur chinois, qui a refusé de donner son nom.

Le précédent sceau qui détenait le record de vente aux enchères était également un sceau impérial en jade utilisé par l’empereur Kangxi (1661-1722), empereur ayant eu le règle le plus long en Chine et qui était le grand-père de l’empereur Qianlong.

Un peu plus tôt dans la journée, dans une autre salle des ventes de Toulouse, un rouleau de peinture impérial chinois a été adjugé 22,1 millions d’euros (31 millions de dollars), également à un Chinois anonyme.

Le rouleau, le quatrième et dernier d’une série, illustre l’armée de l’empereur Qianlong de la dynastie Qing (1644-1911) lors d’une revue militaire. L’enchère est la plus haute jamais réalisée pour un objet d’art asiatique en France.

Le rouleau de 24 mètres dépeint délicatement environ 9 000 personnages différents lors d’une grande revue militaire.

Les deux objets vendus auraient vraisemblablement été volés de la Cité interdite chinoise (le palais impérial chinois) dans les années 1900, après l’invasion de la Chine par les forces des huit puissances alliées ayant agressé la Chine, à savoir l’Angleterre, la France, l’Allemagne, la Russie, les États-Unis, le Japon, l’Italie et l’Autriche.

Ces objets faisaient partie d’un groupe d’antiquités chinoises qui devaient être vendues aux enchères samedi en France.

Des reliques chinoises perdues ou volées ont été vendues aux enchères à travers le monde pour des millions de dollars et leur prix a fortement augmenté ces dernières années.