PDG de Saudi Aramco : la demande chinoise en pétrole n’est pas un fardeau pour l’approvisionnement mondial

Ajouté au 28/03/2011 par SHI Lei

« La demande croissante de la Chine en pétrole ne pèsera pas sur l’approvisionnement mondial. En revanche, cela contribuera à promouvoir les investissements essentiels dans le secteur pétrolier pour renforcer l’efficacité et la capacité », a déclaré le 21 mars Khalid A. Al-Falih, PGD de Saudi Aramco.

Khalid A. Al-Falih, président du géant saoudien du pétrole géré par l’État, s’est exprimé lors du Forum du développement de la Chine 2011 qui s’est tenu à Beijing. Il a indiqué qu’il est injuste d’isoler l’impact de la demande de la Chine sur les marchés mondiaux du pétrole.

« Je crois que la demande chinoise peut compenser la baisse de la consommation dans les pays de l’OCDE, et il est essentiel d’encourager les investissements nécessaires dans l’exploration ainsi que la production de pétrole, le raffinage et la capacité de transport, ce qui profite en fin de compte à tous les consommateurs », a-t-il souligné.

« Avec ses besoins croissants en énergie, l’industrie pétrolière se tourne vers la Chine comme principale source de croissance. Il y a donc une relation mutuellement bénéfique et stratégiquement importante entre la Chine et les producteurs de pétrole du monde », a-t-il noté.

Il a exprimé qu’il croyait que la Chine pourrait être un investisseur mondial de ressources naturelles, ainsi qu’un pays au premier rang mondial dans l’ingénierie, le développement technologique, les services industriels et la gestion de projet.

Il a ajouté qu’avec l’extension des capitaux et le savoir-faire industriel sur les marchés étrangers, la Chine va non seulement aider à diversifier son économie, mais aussi sécuriser ces marchés par les biens et les services chinois.

« Cela permettrait d’améliorer l’intégration économique mondiale et de promouvoir la stabilité économique, en favorisant une sorte de communauté mondiale harmonieuse », a-t-il souligné.

Il pensait que la Chine serait la meilleure pour poursuivre la sécurité énergétique, promouvoir le développement durable et un développement économique équilibré, et protéger son environnement naturel grâce à un portefeuille énergétique diversifié convenablement complété par les énergies renouvelables et alternatives.

Le forum s’est déroulé de samedi à lundi à Beijing sous le thème « La transformation de mode de croissance de la Chine ». Des centaines d’experts travaillant dans différents domaines en Chine et à l’étranger se sont réunis pour partager leurs opinions sur le développement chinois.