Réunion franco-chinoise sur la coopération franco-chinoise dans les maladies infectieuses émergentes

Ajouté au 14/03/2011 par SHI Lei

La lutte contre les maladies infectieuses émergentes est une priorité de la coopération franco-chinoise ; c’est à ce titre que la France et la Chine ont signé en 2004 un accord intergouvernemental de coopération, qui inclut plusieurs volets : la construction et la mise en œuvre d’un laboratoire P4 de haute sécurité biologique à Wuhan, le développement de l’Institut Pasteur de Shanghai, des formations, des projets de recherche…

En vue des réunions de coordination qui se tiendront à Paris fin mars, M. Norbert Paluch, Conseiller pour la science et la technologie, Mme Yamina Kabrane, coordinatrice du projet en Chine, et M. Jacques Fleck, attaché scientifique au Consulat de France à Wuhan, ont rencontré récemment le Pr. Yuan Zhiming, Directeur-adjoint de l’Institut de virologie de l’Académie des sciences et chef du projet du laboratoire P4, ainsi que plusieurs membres de son équipe.

Le laboratoire P4 de Wuhan devrait bientôt sortir de terre : la conception française a en effet été récemment acceptée par les autorités de contrôle chinoises, ce qui préfigure un démarrage imminent des travaux par divers prestataires chinois. De même, un plan spécifique de formation, destiné aux personnels du futur laboratoire, devrait être mis en œuvre à partir du 2ème semestre 2011.

Plusieurs contacts ont déjà été établis entre des laboratoires français de recherche et des institutions de Wuhan (Institut de virologie, Laboratoire national de virologie, Collège médical de Tongji de l’Université Huazhong, Laboratoire de microbiologie de l’Université d’agriculture) : ils se sont concrétisés par des échanges de doctorants et de post-doctorants et par la préparation de quelques projets, actuellement en cours de finalisation.

Les deux parties se sont félicitées du travail réalisé et se sont déclarées décidées à renforcer et à pérenniser leur collaboration dans ce domaine essentiel, dans l’intérêt des deux pays mais aussi pour contribuer à la santé des populations à l’échelle planétaire.