Chine : recul des ventes de l’immobilier après le durcissement des réglementations

Ajouté au 14/02/2011 par SHI Lei

Les ventes de l’immobilier ont connu dans les grandes villes chinoises une forte baisse pendant la Fête du printemps, ou le Nouvel an lunaire chinois, après que le gouvernement central a durci les réglementations du marché immobilier afin de réfréner la spéculation.

La Fête du printemps est la plus importante occasion en Chine de se retrouver en famille, car la plupart des gens disposent de sept jours de vacances. Cette période représente généralement la saison creuse pour le marché de l’immobilier.

Toutefois, la situation est bien pire cette année pendant la Fête du printemps, car le gouvernement chinois a adopté de sévères réglementations concernant le marché de l’immobilier afin de calmer la flambée des prix. Les mesures comprennent l’augmentation du montant du premier versement et la perception à titre d’essai d’une taxe de propriété dans certaines villes-pilotes.

Les effets des nouvelles réglementations sont déjà apparus dans de nombreuses villes.

Seuls 41 logements anciens ont été vendus dans la capitale pendant les vacances de la Fête du Printemps, a-t-on appris sur le site Internet du régulateur immobilier de Beijing.

“De nombreuses personnes se sont rendues dans nos succursales, mais peu de transactions ont été signées”, a déclaré Hu Jinghui, vice-président de la société immobilière 5i5j basée à Beijing, dont le chiffre d’affaires a diminué de 40% pendant la Fête du Printemps par rapport à l’année dernière.

Dans la ville de Nanjing, capitale de la province du Jiangsu (est), seuls 28 logements ont été vendus pendant la Fête du Printemps, tandis que de nombreux clients potentiels ont choisi d’attendre et d’observer, après la mise en place des mesures gouvernementales visant à lutter contre les spéculations.

Le 26 janvier, le gouvernement central a augmenté le montant du premier versement pour l’achat du second logement à 60% de la valeur du logement, contre 50% précédemment, dans le but de freiner la spéculation sur le marché immobilier du pays.

Le lendemain, le Conseil des Affaires d’Etat (gouvernement chinois) a approuvé le lancement à l’essai d’une taxe sur la propriété dans les villes de Shanghai et de Chongqing.