La Chine renforcera la recherche et le développement en matière de médecine traditionnelle chinoise

Ajouté au 17/01/2011 par SHI Lei

La Chine améliorera la recherche et le développement de la médecine traditionnelle chinoise en 2011, en améliorant les systèmes de transmission du savoir et de l’innovation, a déclaré Wang Guoqiang, vice-ministre de la Santé et directeur de l’Administration nationale de la Médecine traditionnelle chinoise (ANMTC).

M. Wang a fait ces remarques, mardi à Beijing, lors d’une conférence nationale annuelle sur la médecine traditionnelle chinoise.

En terme de transmission du savoir, il a demandé que des efforts soient déployés pour établir des banques de données des vieilles publications sur la médecine traditionnelle chinoise, étudier leurs théories fondamentales et mener une enquête générale sur les ressources de la médecine traditionnelle chinoise.

Il a également appelé à l’innovation en matière d’édification d’un système clinique de recherche et de développement, d’établissement des laboratoires clés de médecine traditionnelle chinoise, de facilitation du transfert des technologies vers l’industrie et d’amélioration de la gestion de la médecine traditionnelle chinoise et du contrôle de la qualité.

Wang Guoqiang a révélé des chiffres concernant les précédents efforts du pays en matière de promotion de la médecine traditionnelle chinoise :

En 2010, l’ANMTC a effectué l’enregistrement de 400 vieux livres importants traitant de la médecine traditionnelle chinoise.

En plus d’avoir mis en place des ateliers de travaux pratiques et de transmission pour 181 masters de médecine traditionnelle chinoise, l’ANMTC a lancé une plate-forme de services complets pour l’échange de leur expérience clinique et de leurs idées académiques.

La première enquête de niveau national sur la médecine traditionnelle des ethnies minoritaires a été effectuée l’année dernière et a permis d’identifier 150 publications et 140 techniques de diagnostic et de traitement.

En 2009, la Chine a dépensé 10,97 milliards de yuans pour soutenir la médecine traditionnelle chinoise, soit une hausse de 165% par rapport à 2005.

Entre 2005 et 2009, le nombre d’hôpitaux pratiquant la médecine traditionnelle chinoise a augmenté de 9,6% pour atteindre 3 299.

Selon Wang Guoqiang, la Chine développera davantage la médecine traditionnelle chinoise sur fond de réforme par le pays du système national de santé.

La médecine traditionnelle chinoise désigne généralement le système médical chinois complet basé sur l’équilibre et l’harmonie du corps humain. Les principaux composants de la médecine traditionnelle chinoise sont l’acupuncture, le régime, la phytothérapie, la thérapie nutritive, l’exercice physique et le massage thérapeutique.

L’acupuncture et la moxibustion ont été inscrites en novembre dernier sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

La médecine traditionnelle chinoise est largement utilisée en Chine, mais peu sur le marché mondial.