L’AFD contribue au dialogue France-Chine-Afrique sur la gestion durable de la forêt

Ajouté au 25/10/2010 par SHI Lei

Dans le cadre de la mise en œuvre de son premier projet Forêt en Chine, l’AFD a invité M. MAKON, ancien Ministre du Cameroun et Facilitateur adjoint du Partenariat pour la Forêt du Bassin du Congo (PFBC), ainsi que plusieurs experts français de haut niveau, à participer à un Symposium International sur « la Forêt, le Carbone et l’Eau en réponse au changement climatique » et à un atelier franco-chinois (premier du genre) organisé par l’AFD sur le thème de la gestion durable de la forêt (du 15 au 18 juin 2010 dans la province chinoise du Yunnan).

Ces rencontres ont rassemblé près de 150 représentants forestiers des provinces chinoises autour de l’Administration nationale chinoise des Forêt et des partenaires de cette opération (AFD, WWF Chine, United States Department of Agriculture – Forest Service).

Une importante délégation d’experts français accompagnée par M. le Consul Général de France à Chengdu, M. ROUSSEAU, M. JY GROSCLAUDE et l’AFD Pékin, a saisi cette occasion pour mettre en valeur le savoir-faire français, participer au débat d’idées sur les politiques forestières chinoises et sur l’adaptation des politiques forestières au changement climatique et pour échanger sur les attentes de la Chine en matière d’assistance technique forestière internationale.

Parmi les invités de l’AFD venus spécialement de France figuraient l’ONFI, le CIRAD, Bureau Veritas, Spot Image, la Fédération des Communes Forestières de France, FRM.

Des coopérations trilatérales concrètes France-Chine-Afrique ont été évoquées, en particulier sur des actions conjointes de formation sur la certification FSC, le développement des marchés des crédits carbone forestiers (en liaison avec le FFEM, l’ONFI et la CDC Climat) et, éventuellement à terme, de cofinancement d’un projet pilote en Afrique.

M. MAKON a en outre été reçu par l’Ambassadeur de France en Chine qui s’est félicité de cette initiative de l’AFD et qui a souhaité, à cette occasion, réunir autour de lui les représentants des ambassades des pays du Bassin du Congo.

La discussion a souligné l’importance croissante de la préservation de la ressource forestière et l’urgence de structurer les échanges internationaux sur le bois avec la Chine. Des relations s’amorcent entre la Chine et l’Afrique et M. MAKON fait de l’adhésion de la Chine au PFBC l’une de ses priorités en soulignant l’importance du rôle que peut jouer la France dans ce domaine. M. MAKON a chaleureusement remercié l’AFD pour son action sur la Forêt en Chine, et pour avoir pris l’initiative auprès des autorités centrales de Pékin de rapprocher les acteurs africains et chinois sur le thème de la Forêt.

Ces rencontres, entre Copenhague et Cancun et durant l’année internationale sur la Biodiversité, ont contribué à faire avancer le dialogue France-Chine-Afrique sur la gestion durable de la Forêt et confirment le potentiel important de coopération sur cette thématique ainsi que la pertinence d’une action en Afrique et en Chine pour y contribuer activement.

PS : Le (re)boisement est l’une des 3 actions annoncées par la Chine retenues à la 15ème session de la Conférence des Parties à Copenhague. La Chine est en outre l’un des plus grands consommateurs de bois importé de la Forêt du Bassin du Congo.

La ville française de Limoges va mettre en place un studio de céramique international en Chine

Ajouté au 25/10/2010 par SHI Lei

La ville française de Limoges va mettre en place un studio de céramique international à Jingdezhen dans la province orientale du Jiangxi, a déclaré lundi Eric Martin, directeur général des services de la ville de Limoges.

Ce studio s’ouvrira au printemps 2011 et accueillera des experts européens à partir de l’automne.

Il sera géré par l’Ecole nationale supérieure d’art (ENSA) basée à Limoges, a précisé M. Martin, à l’occasion de la “Journée de Limoges” qui s’est tenue lors de la Foire.

Forum franco-chinois sur le vieillissement

Ajouté au 25/10/2010 par SHI Lei

Ce projet porte sur une assistance technique et scientifique ayant permis de réaliser une vaste enquête auprès de al population urbaine et rurale de plus de 50 ans dans la province de Jilin. L’objectif est de formuler, au terme de cet étude, des préconisations sur les mesures à mettre en œuvre pour faire face aux besoins actuels et futurs de la population âgée. Une restitution des premiers résultats de cette démarche expérimentale aura lieu les 4 et 5 novembre.

La France et Hong Kong de Chine signent un accord sur la coopération fiscale

Ajouté au 25/10/2010 par SHI Lei

Les indicateurs du climat des affaires en France ont retrouvé, début octobre, leurs niveaux d’avant crise, a déclaré jeudi le ministère français de l’Economie.

Les indicateurs de climat des affaires dans l’industrie et les services, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité, se sont établis à 104 en octobre 2010, marquant ainsi qu’une nouvelle amélioration, a annoncé l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Ces indicateurs sont légèrement supérieurs à sa moyenne de longue période, établi à 100, a précisé l’Insee.

La ministre de l’Economie, Christine Lagarde, s’est félicitée du fait que “les indicateurs de climat des affaires dans l’industrie et les services ont retrouvé en octobre leurs niveaux de la mi-2008, soit avant que n’éclate la crise financière mondiale”.

Ces évolutions “prouvent que la France est rentrée depuis quelque mois dans l’après crise économique et financière mondiale”, et “confirment en effet le regain de confiance dans l’avenir observé depuis plusieurs mois chez les agents économiques français “, a poursuivi Mme Lagarde.

Par secteur, l’amélioration du climat conjoncturel “se poursuit dans l’industrie, le commerce de détail et les services”, mais elle demeure encore “hésitante dans le bâtiment”, a observé l’Insee.

“Le redressement de la confiance des entreprises est la condition d’une reprise durable des investissements et d’une poursuite du cercle vertueux de la croissance amorcé au printemps dernier”, a ajouté la ministre française.

La crise du kimchi en République de Corée a stimulé les exportations de chou chinois

Ajouté au 25/10/2010 par SHI Lei

La province du Shandong (est de la Chine) a vu bondir ses exportations de chou chinois après la crise du kimchi en République de Corée.

Le Shandong a vu ses exportations de chou vers la République de Corée augmenter de 32 % entre août et septembre par rapport à la même période de l’année dernière, avec un volume de 214,8 tonnes, ont annoncé les douanes de la ville côtière de Qingdao.

La valeur des exportations a atteint 61 200 dollars, soit une augmentation de 111 % sur un an.

Les douanes ont prévu une croissance continue des exportations de chou, vu que la République de Corée a décidé de supprimer les tarifs douaniers de 30% sur l’importation de chou chinois à partir du 14 octobre jusqu’à fin 2010 pour atténuer le manque de kimchi.

La production de chou a diminué d’environ 30 % En République de Corée en raison des intempéries et les prix de chou ont atteint 13 800 wons (12,4 dollars) par pièce le 27 septembre, soit une hausse de 250% sur un an.

Le kimchi est un mets traditionnel coréen de légumes fermentés, souvent à base de chou chinois, assaisonnés au piment.

La Chine salue la réforme du FMI adoptée au G20

Ajouté au 25/10/2010 par SHI Lei

Le gouverneur de la Banque centrale de Chine, Zhou Xiaochuan, a salué samedi la réforme adoptée par le Fonds monétaire international (FMI) sur le transfert des quotas, appelant le FMI à accomplir la réforme avant le sommet du G20 prévu en novembre prochain à Séoul.

“La Chine salue la réforme du FMI sur les quotas, grâce à laquelle les pays émergents obtiendront une plus forte représentation et une plus grande voix”, a déclaré M. Zhou au terme de la réunion des ministres des Finances du G20 conclue samedi à Gyeongju, en Corée du sud.

Selon M. Zhou, la priorité pour le FMI est de mettre en oeuvre les délibérations de la réunion pour que le transfert des quotas puisse être accompli avant le sommet de Séoul.

A l’issue des deux jours de discussions, les représentants du bloc sont parvenus à un consensus sur un transfert de plus de 6% des quotas du FMI au profit des pays émergents ou sous-représentés, contre 5% comme cela avait été prévu dans les accords conclus précédemment.

“Chaque pays (…) doit faire progresser la réforme par le bais de la coopération”, a souligné M. Zhou, appelant le FMI à coordonner de façon drastique les positions des pays, pour faire en sorte que l’objectif de la réforme puisse être réalisé dans les meilleurs délais.

“La Chine, le plus grand pays en développement, et qui dispose d’un quota faible, mérite une promotion en matière de quota et de droit de vote au sein du FMI”, a fait remarquer le gouverneur.

Pour sa part, le ministre chinois des Finances, Xie Xuren, a demandé aux principaux pays émetteurs de monnaies de maintenir la stabilité relative des taux de change, les appelant à minimiser les impacts négatifs engendrés par les politiques de change.

La réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales des pays du G20, tenue à trois semaines du sommet du bloc à Séoul, a pris fin samedi avec un accord sur la réforme de la gouvernance du FMI et des progrès dans les débats sur les taux de change.

Les liens Chine-Afrique ont un futur prometteur avec le forum de coopération (ministre)

Ajouté au 18/10/2010 par SHI Lei

La Chine a exprimé lundi sa conviction que l’avenir des relations Chine-Afrique est prometteur à l’occasion du 10e anniversaire de l’établissement d’un forum de coopération.

Les relations sino-africaines seront couronnées de nouveaux succès à l’avenir dans le cadre du Forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC), a déclaré dans un article le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi.

Initié en octobre de l’année 2000, le forum est une plate-forme pour des consultations collectives et le dialogue.

Le forum a montré l’immense potentiel d’amitié et de coopération Chine-Afrique, a-t-il ajouté.

Malgré la distance géographique et les différences politique et culturelle entre la Chine et l’Afrique, le forum a démontré sa vitalité ces dernières dix années grâce au principe de l’égalité et du bénéfice mutuel, a estimé le chef de la diplomatie chinoise.

La Chine et les pays africains chercheront davantage d’intérêts communs à l’avenir et exploreront de nouveaux domaines de croissance dans la coopération économique, a-t-il envisagé.

La Chine est prête à ouvrir davantage ce forum à la coopération avec d’autres acteurs de la communauté internationale, en respectant les souhaits des pays africains, a indiqué M. Yang.

A ce jour, quatre conférences ministérielles ont eu lieu dans le cadre de ce forum.

Par ailleurs, un sommet s’est déroulé en novembre 2006, lors duquel le président chinois Hu Jintao a fait une série de propositions concernant le renforcement de l’assistance, de l’investissement, de la coopération commerciale en Afrique.

“Faire progresser la coopération pratique Chine-Afrique est la tâche essentielle de ce forum,” a souligné Yang Jiechi.

Le commerce entre la Chine et des pays africains a connu un essor cette dernière décennie, passant de 10 milliards de dollars en 2000 à 106,8 milliards de dollars en 2008, selon les données du ministère chinois du Commerce.

La Chine va renforcer la coopération avec les pays africains (vice-PM)

Ajouté au 18/10/2010 par SHI Lei

Le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang a indiqué lundi que la Chine allait approfondir la coopération amicale avec les pays africains et améliorer davantage le Forum sur la coopération Chine-Afrique (FCCA) qui existe depuis?dix ans.

“Il s’agit d’une stratégie à long terme et inébranlable pour la Chine de fortifier la solidarité et la coopération avec les pays africains,” a dit Li lors de sa rencontre avec le ministre des Affaires étrangère ougandais, Sam Kutesa.

Débuté en octobre 2000, le FCCA a été pensée comme une plate-forme pour des consulations collectives et le dialogues entre le plus grand pays en développement du monde et le continent qui se développe le plus rapidement. ? Les coopération Chine-Afrique seront approfondies dans divers domaines, et le mécanisme de FCCA sera amélioré, a fait savoir Li.

Suite à plusieurs réunions ministérielles et sommets dans le cadre du FCCA, la Chine et les pays africains ont constaté et bénéficié d’une augmentation du commerce et des investissements bilatéraux et d’échanges culturelles.

En 2000, le commerce sino-africain était de 10 milliards de dollars au total. Ce chiffre a monté en flèche pour atteindre 106,8 milliards de dollars pour l’année 2008, selon le ministre chinois du Commerce.

L’investissement chinois en Afrique a augmenté de 46% pendant ces dix dernières?années. La plupart des projets concernaient la conservation de l’eau, la production d’électricité, les technologies de la communication et de l’information.

Une dizaine de maires français visitent Beijing pour découvrir la culture chinoise

Ajouté au 18/10/2010 par SHI Lei

Une dizaine de maires français, sur invitation de la Fédération des Chinois d’outre-mer de Beijing, sont arrivés à Beijing pour entamer une visite de la Chine.

Au cours du banquet organisé en leur honneur, la présidente de la fédération, Li Zhaoling, s’est réjouie des progrès remarquables enregistrés dans la coopération bilatérale économique et commerciale, et du fait que la Chine est devenue le plus grand partenaire commercial de la France en Asie. La visite de la délégation des maires français à Beijing contribuera à renforcer le partenariat stratégique des deux pays et à favoriser les échanges amicaux entre les deux peuples, a-t-elle souligné.

Michel Fuillet, chef de la délégation des maires et vice-président du Conseil Général du Vaucluse, a confié être venu en Chine pour aider les Français à mieux connaître la Chine. Il a également souhaité que les entrepreneurs chinois et français conjuguent leurs efforts pour contribuer au développement urbain durable.

Durant leur séjour, les maires français vont participer au forum de Beijing sur le développement durable des villes, effectuer des recherches dans divers districts de la ville, visiter des sites touristiques comme la Cité interdite, la Grande Muraille et le Temple des Lamas.

La Fédération des Chinois d’outre-mer de Beijing prévoit d’inviter dans les dix années à venir des maires et hommes politiques de cent villes du monde à visiter la Chine, afin d’enrichir leur connaissance du monde chinois et promouvoir le jumelage. Depuis 2007, des délégations du Canada, des États-Unis et d’Italie sont déjà venues à Beijing sur invitation de la fédération. Après leur visite, ils ont loué la construction urbaine, ainsi que le développement social et économique de Beijing.

Le Centre culturel du vin français s’installe à Tianjin

Ajouté au 18/10/2010 par SHI Lei

Le 16 octobre, la cérémonie d’inauguration du Centre culturel du vin français a eu lieu à Tianjin. Ce centre accueillera les activités de communication du vin français, et son installation contribuera à la promotion des échanges culturels bilatéraux.

« Précédent