La Chine force Google à supprimer une redirection vers Hong Kong

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

La Chine inflige à Google un supplice … chinois. La société américaine, qui a fermé en mars dernier son moteur de recherche chinois en dénonçant la censure, a dû cesser de rediriger automatiquement les internautes chinois vers son site basé à Hong Kong, sous peine de perdre sa licence en Chine.

Depuis janvier, toute requête sur Google.cn aboutissait automatiquement sur le site Google.com.hk, un moteur de recherche non-censuré en vertu du statut d’autonomie dont bénéficie au sein de la République populaire de Chine l’ex-colonie britannique de Hong Kong.

Sur le blog de Google, le directeur juridique de la société, David Drummond, souligne que cette redirection était jugée « inacceptable » par les autorités chinoises, qui menaçaient de ne pas renouveler la licence d’opération de Google en Chine, qui expire le 30 juin. Sans cette licence, précise Drummond, Google.cn « serait effectivement dans le noir en Chine ».

Désormais, il faudra procéder en deux temps : sur la page d’accueil de Google.cn, il y a un lien pour se diriger vers Google.com.hk.

La modification peut avoir l’air d’être une simple nuance, sauf l’humiliation infligée à Google depuis sa dénonciation de la censure en Chine en janvier dernier.

Google, qui a d’autres intérêts en Chine, comme son service Gmail et le système de téléphonie Android, ne veut pas tout perdre dans ce pays, ni disparaître totalement des écrans chinois en attendant des jours meilleurs.

Dans sa note, David Drummond souligne que Google tente de ménager « l’accès à l’information » et « le respect des lois chinoises ». Google n’a donc pas fini de faire le grand écart.

Robert Mundell publie le Palmarès 2010 des 500 marques chinoises les plus valorisées

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

A l’issue d’une étude complète et approfondie, le World Brand Lab a rendu public le 28 juin le Palmarès 2010 des 500 marques chinoises les plus valorisées. China Mobile occupe le premier rang du classement avec une valeur estimée à 129,071 milliards de yuans. Le secteur alimentaire regroupe le plus de marques au classement parmi les 26 secteurs étudiés.

Le palmarès repose sur les analyses financières, de consommation et de puissance des marques. State Grid (126,328 milliards de yuans), BICC (126,019 milliards de yuans), CCTV (113,583 milliards de yuans) et China Life Insurance (85,368 milliards de yuans) occupent les quatre premières places derrière China Mobile.

Le seuil de qualification est passé de 801 millions de yuans l’année dernière à 919 millions de yuans cette année. Le total des valeurs des marques qualifiées s’est élevé à 4 263,454 milliards de yuans. Les quatre premières marques présentent chacune une valeur de plus de 100 milliards de yuans, et les 419 dernières marques possèdent une valeur respective inférieure à 10 milliards de yuans.

Les marques qualifiées couvrent 26 secteurs, dont l’alimentaire, le textile, les médias, les technologies informatiques, les appareils électroménagers, les voitures et l’énergie. Les 18 marques ont été couronnées marques d’influence régionale. Les 453 ont reçu le titre de marques d’influence nationale. Le nombre de marques d’influence globale s’élève à 29, un chiffre similaire à celui de l’année dernière.

Le professeur Robert Mundell de l’Université américaine de Columbia, qui est également président du World Brand Lab et lauréat du prix Nobel d’économie en 1999, a annoncé que le secteur de la fabrication constitue une base solide de la compétitivité chinoise, et que les entreprises chinoises sont capables de réaliser la transition entre le label made in China et celui de grande marque chinoise.

L’équipe de Mundell a par ailleurs félicité la prise de conscience progressive de la valeur de la marque commerciale par les entrepreneurs chinois depuis 2004, l’année de la première publication du Palmarès. Aujourd’hui, suivant l’exemple des fabricants, les secteurs de la publication, des finances et de la distribution au détail se sont rendu compte de l’importance des marques.

Visite de travail en Chine pour la ministre suisse des affaires étrangères

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

Micheline Calmy-Rey a achevé son voyage de travail en Chine. Après sa visite de l’Expo de Shanghai, la conseillère fédérale a rencontré à Pékin le vice-premier ministre chinois, ainsi que son homologue des affaires étrangères. Les discussions ont porté sur le dialogue politique entre les deux pays, alors que l’on célèbre cette année les 60 ans des relations bilatérales entre la Chine et la Suisse.

Les entreprises étrangères en Chine grognent à cause des salaires, mais restent optimistes

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

Les entreprises européennes continuent à être enthousiastes à propos de la croissance du marché chinois, et ce en dépit de bénéfices en baisse dans le pays, d’après une enquête publiée mardi par la Chambre de Commerce de l’Union Européenne en Chine.

Tous les secteurs d’industrie majeurs estiment qu’ils feront davantage de bénéfices cette année par rapport à l’année dernière, d’après les résultats de l’enquête de confiance de la Chambre de Commerce Européenne, qui a enquêté auprès de plus de 500 entreprises européennes basées en Chine.

Près de 40% des sondés disent attacher davantage d’importance au marché chinois.

Cependant, l’enquête a également souligné que moins de sondés déclaraient des bénéfices nets positifs cette année par rapport à 2009.

Les entreprises sont moins inquiètes d’un ralentissement économique cette année, à la lumière d’une forte reprise, mais sont inquiètes au sujet de l’augmentation du coût du travail et d’une concurrence plus forte venant des acteurs locaux.

Le caractère imprévisible de l’environnement législatif a également été signalé comme étant l’un des principaux facteurs affectant les opérations des entreprises à capitaux étrangers sur le marché.

Des résultats similaires ont été annoncés par la Chambre de Commerce Américaine en Chine (AmCham) dans sa 12e enquête annuelle sur le climat des affaires, publiée en avril.

Le rapport de l’AmCham a révélé un fort optimisme général parmi les entreprises américaines en Chine, mais aussi des inquiétudes quant aux politiques menées.

Mais les analystes doutent de la validité des soucis des entreprises étrangères.

Les plaintes formulées par ces entreprises à capitaux étrangers, disant qu’elles souffrent de politiques inéquitables et d’un environneùent législatif qui se détériore ne sont pas justifiées, dit Liu Shengjun, Directeur adjoint du Centre International de Recherche Financière CEIBS Lujiazui, basé à Shanghai.

La plupart des gouvernements locaux offrent souvent des mesures favorables aux entreprises à capitaux étrangers, afin d’attirer l’investissement, dit M. Liu.

« L’augmentation du coût du travail est inévitable, sachant que le moteur de base de la croissance économique est actuellement en train de basculer des exportations vers la demande intérieure », dit-il.

Mais d’après M. Liu, les entreprises étrangères ne vont pas s’en aller de Chine pour un rien, alors que le pays est en train de devenir le plus grand marché du monde.

Et en effet, les chiffres semblent confirmer l’analyse de M. Liu.

Les flux d’investissement direct ont augmenté pour le 10e mois consécutif en mai, semblant être sortis indemnes des grèves récentes et des augmentations de salaire dans le pôle industriel de la Chine du Sud.

Les entreprises européennes continuent à être enthousiastes à propos de la croissance du marché chinois, et ce en dépit de bénéfices en baisse dans le pays, d’après une enquête publiée mardi par la Chambre de Commerce de l’Union Européenne en Chine.

Tous les secteurs d’industrie majeurs estiment qu’ils feront davantage de bénéfices cette année par rapport à l’année dernière, d’après les résultats de l’enquête de confiance de la Chambre de Commerce Européenne, qui a enquêté auprès de plus de 500 entreprises européennes basées en Chine.

Près de 40% des sondés disent attacher davantage d’importance au marché chinois.

Cependant, l’enquête a également souligné que moins de sondés déclaraient des bénéfices nets positifs cette année par rapport à 2009.

Les entreprises sont moins inquiètes d’un ralentissement économique cette année, à la lumière d’une forte reprise, mais sont inquiètes au sujet de l’augmentation du coût du travail et d’une concurrence plus forte venant des acteurs locaux.

Le caractère imprévisible de l’environnement législatif a également été signalé comme étant l’un des principaux facteurs affectant les opérations des entreprises à capitaux étrangers sur le marché.

Des résultats similaires ont été annoncés par la Chambre de Commerce Américaine en Chine (AmCham) dans sa 12e enquête annuelle sur le climat des affaires, publiée en avril.

Le rapport de l’AmCham a révélé un fort optimisme général parmi les entreprises américaines en Chine, mais aussi des inquiétudes quant aux politiques menées.

Mais les analystes doutent de la validité des soucis des entreprises étrangères.

Les plaintes formulées par ces entreprises à capitaux étrangers, disant qu’elles souffrent de politiques inéquitables et d’un environneùent législatif qui se détériore ne sont pas justifiées, dit Liu Shengjun, Directeur adjoint du Centre International de Recherche Financière CEIBS Lujiazui, basé à Shanghai.

La plupart des gouvernements locaux offrent souvent des mesures favorables aux entreprises à capitaux étrangers, afin d’attirer l’investissement, dit M. Liu.

« L’augmentation du coût du travail est inévitable, sachant que le moteur de base de la croissance économique est actuellement en train de basculer des exportations vers la demande intérieure », dit-il.

Mais d’après M. Liu, les entreprises étrangères ne vont pas s’en aller de Chine pour un rien, alors que le pays est en train de devenir le plus grand marché du monde.

Et en effet, les chiffres semblent confirmer l’analyse de M. Liu.

Les flux d’investissement direct ont augmenté pour le 10e mois consécutif en mai, semblant être sortis indemnes des grèves récentes et des augmentations de salaire dans le pôle industriel de la Chine du Sud.

Les lycées français de Chine de nouveau payants?

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

Faudra-t-il payer pour inscrire ses enfants dans les lycées français à l’étranger ? Le Parisien révèle dans son édition de ce mardi qu’un rapport parlementaire préconise de suspendre leur gratuité. En 2007, Nicolas Sarkozy avait lancée cette mesure de gratuité pour les lycées et souhaitait l’étendre aux écoles et collèges français à l’étranger.

Le coût pour l’Etat serait alors de 700 millions d’euros par an selon le quotidien qui juge cette somme « peu compatible avec l’équilibre des finances publiques ». Les frais de scolarité financés par le gouvernement serait déjà de 106,30 millions d’euros cette année pour les lycéens à l’étranger.

Avant la mesure de 2007, les entreprises embauchant les parents expatriés payaient les frais de scolarité de leurs enfants. Depuis, ils sont « assumés par le contribuable », indique le rapport. Les expatriés ne déboursent donc rien pour la scolarité de leurs enfants, vu qu’ils ne paient pas d’impôts en France.

Hervé Féron, en charge du rapport, dénonce « un minibouclier fiscal pour les plus riches et pour les grandes entreprises ».

Le député socialiste souligne également l’injustice de la mesure adoptée en 2007 dans les colonnes du Parisien : « Les enfants de salariés en profitent mais pas les enfants de fonctionnaires ».

Les trois lycées français de Chine, à Pékin, Shanghai et Hong Kong, sont évidemment concernés. Si le rapport est adopté par le parlement, les parents français devront de nouveau payer la scolarisation de leurs enfants lycéens.

FETE NATIONALE – CCIFC

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

La Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine du sud célèbre la fête nationale française à Canton le mercredi 14 juillet et à Shenzhen le jeudi 15 juillet 2010.
La soirée se déroulera en extérieur, aux abords de la piscine sur le thème de “Côté Plage”. Y sont conviés ; les membres de la CCIFC, ses partenaires et toutes personnes intéressées à partager ce moment fédérateur des communautés française et d’affaires franco-chinoise.

A CANTON Soirée de la fête nationale française de la CCIFC Guangzhou Mercredi 14 juillet 2010 à 19h Dong Fang Hôtel ????

PROGRAMME

19h – minuit : soirée Côté plage & animations (lounge music par DJ Christophe, St Germain ; Show de Salsa par Miami Salsa ; Show de Kung Fu par Dragon Club)

19h – 22h : open bar (à partir de 22h00 jusqu’à minuit les boissons seront disponibles en vente par le bar du Dong Fang)

20h30 – 22h : BBQ

22h : Tombola (De nombreux lots à gagner, munissez-vous de votre carte de visite !)

TARIF

membre CCIFC : 50 RMB

non-membre: 150 RMB

Pas de vente sur place. N’entreront que les personnes munies d’un ticket d’entrée.

BILLETERIE (les tickets sont à payer lors du retrait)

CCIFC Guangzhou

Du lundi 5 au lundi 12 juillet. Ouvert le samedi 10 et fermé le dimanche 11. De 9h à 18h.

2/F, No 64, Shamian Dajie, Guangzhou 510130

Restaurant Saint-Germain – Vendredi 9 juillet de 18h30 à 22h
1/F, Dong Du Da Shi Jie, No.475 Huanshidong Lu, District Dongshan Qu

Prochain forum sino-français de l’enseignement du tourisme à Shanghai

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

La première édition forum sino-français de l’enseignement du tourisme aura lieu du 30 juin au 2 juillet à Shanghai », a déclaré le directeur de l’Institut français du Tourisme Paul Dubrule le 29 juin, à l’occasion d’une conférence de presse au pavillon France de l’Exposition universelle. « Grâce à l’université normale de l’est de la Chine, ce forum attirera plus de 150 participants chinois et français, dont des experts du secteur et des représentants des départements administratifs du tourisme. Ils discuteront de l’enseignement du tourisme de ses enjeux dans le développement du tourisme dans les villes ».

Selon les organisateurs, ce forum va marquer une nouvelle page du dialogue entre les experts du tourisme des deux pays. Le 30 juin, des spécialistes compareront le système d’enseignement du tourisme en Chine avec celui de la France, apprécieront la coordination entre les ressources de l’éducation du tourisme et les besoins du secteur, et étudieront les nouveaux modèles d’enseignement du tourisme pour le futur.

Le 1er juillet, les experts chinois et français partageront leurs expériences et résultats des recherches sur le tourisme dans les deux pays, afin de développer leurs recherches plus facilement, de manière plus efficace et créative. Au cours de ce forum, les participants évoqueront la protection des patrimoines, les actions touristiques, l’exploitation du potentiel touristique des villes et le développement durable dans le tourisme.

Le forum offrira également une opportunité d’échange entre les instituts français du tourisme et de l’hôtellerie et les étudiants chinois. Le groupe Accor va également présenter ses expériences de formation des spécialistes de l’hôtellerie et déployer son recrutement de stagiaires à cette occasion.

Soirée 14 Juillet 2010 – Bund 18

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

La Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine n’imaginait pas Shanghai sans célébration du 14 Juillet.

Retrouvez-nous au Bund 18 !

Mercredi 14 juillet au Bund 18 à 18H30

Tenue élégante

Programme de la soirée

– Réception VIP CONVERSATION en avant-première à l’Atrium –

Venez découvrir le mariage entre les arts anciens d’Extrême-Orient de la Gallerie Jacques Barrère (Paris) et la Haute Couture française par le créateur, corsetier-brodeur, Hubert Barrère.

– Cocktail-Canapés au Lounge 18 –

Le Lounge 18 vous ouvre ses portes, le temps d’une soirée, afin de célébrer comme il se doit la fête du 14 Juillet dans ce cadre historique et incontournable de Shanghai.

Réservez vos places dès maintenant

Membre CCIFC Non Membre CCIFC
1 place : 350 rmb 1 place : 500 rmb

La Chine "très préoccupée" par une enquête anti-dumping par l’UE sur modems chinois

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

La Chine s’est déclarée jeudi “très préoccupée” par une enquête anti-dumping ouverte par l’Union européenne (UE) sur les modems de réseau étendu sans fil (WWAN) importés depuis la Chine.

Mercredi, l’UE a lancé une enquête sur les mesures de sécurité des modems chinois et une enquête anti-dumping sur les importations de ces produits. Cette affaire concerne des produits d’une valeur d’environ 4,1 milliards de dollars.
Le ministère chinois du Commerce a déclaré sur son site Internet que ces modems chinois de type WWAN étaient des produits de haute-technologie et qu’ils promouvaient l’innovation, créaient de nuveaux marchés et bénéficiaient aux consommateurs.
Le ministère a qualifié l’action de l’UE de mesure typique de protectionnisme commercial, qui risque d’entraver non seulement la reprise économique de l’UE, mais aussi le progrès technologique chinois.
Cette enquête de l’UE va à l’encontre du consensus atteint ce week-end par des dirigeants du G-20 lors de leur sommet à Toronto, a ajouté le ministère.

La Chine appelle à augmenter les droits à la parole des économies émergentes dans la formulation des normes comptables internationales

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

La Chine a appelé jeudi à augmenter les droits à la parole des économies émergentes et des pays en développement au cours de la formulation des normes comptables internationales.

La Chine continuera à promouvoir les réformes portant sur ses propres normes comptables, pour que ces dernières se rapprochent des normes IAS. Elle espère aussi que le Bureau des normes comptables internationales (International Accounting Standards Board, IASB) prendra davantage en considération les opinions des économies émergentes afin de renforcer l’autorité des normes IAS, a déclaré Wang Jun, vice-ministre chinois des Finances, lors d’une réunion de deux jours à Beijing.
Le président de l’IASB David Tweedie a salué les efforts de la Chine dans la réforme de ses normes comptables et s’est engagé à améliorer la qualité du rapport financier international.
La réunion a vu la participation d’une cinquantaine de responsables et membres du ministère chinois des Finances, de l’IASB et de Hong Kong Society of Accounts.

« Précédent Suivant »