Y a t-il un danger que la Chine oublie le passé ?

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

Deux des sujets principaux auxquels le Gouvernement chinois s’est attaché ces dernières années, en plus du développement économique, ont été l’éducation et la promotion de la culture et de l’Histoire. Le Gouvernement chinois s’est attaché à renforcer les sentiments de ses citoyens en célébrant les évènements majeurs de la riche Histoire de Chine.

Cependant, en dépit du fait que l’Histoire a été une puissante force d’unification dans l’Empire du Milieu, mais aussi parfois semeuse de discorde au sujet, par exemple, de l’interprétation des récents évènements sino-japonais, les deux sphères de l’éducation et de l’Histoire à l’université ne font apparemment pas bon ménage en Chine.

Avant d’avoir enquêté sur le système éducatif chinois, il est peu probable qu’un observateur se soit rendu compte de l’importance décroissante de l’Histoire en tant que sujet universitaire pour les jeunes Chinois. Il y a en effet 42 matières de licence liées à l’Histoire qui sont enseignées dans les plus grandes universités publiques de Chine, y compris quatre cours d’Histoire du Monde à l’Université du Henan, l’Université du Shandong, l’Université Normale du Shandong et l’Université de Wuhan respectivement (les observateurs extérieurs pourront faire remarquer que ce nombre est bien trop faible d’ailleurs). C’est seulement quand on a creusé un peu plus et parlé avec ceux qui sont passés par, ou font actuellement partie du système éducatif chinois, qu’il devient clair que l’Histoire ne figure certainement pas à l’agenda de nombreux étudiants chinois.

Moi, j’ai étudié l’Histoire à Oxford. Jusqu’à présent, cela a été l’expérience la plus agréable et la plus stimulante de ma vie. Cependant, ma fierté en a pris un coup de suite quand je suis arrivé pour la première fois en Chine et qu’un étudiant âgé de vingt ans, spécialisé dans la gestion touristique, m’a demandé pourquoi j’avais choisi d’étudier l’Histoire. J’ai fort honnêtement répondu que j’avais choisi cette discipline parce que je l’aimais. Il a semblé interloqué, et a entrepris de reformuler sa question. « Non, ce n’est pas ce que je voulais dire ; ce que je voulais dire, c’est quel boulot vous pouvez décrocher avec un diplôme d’histoire ? »

J’ai compris presque instantanément la psychologie de ce jeune homme, qui est entré dans le système éducatif chinois dans une époque de développement économique, quelque chose pour lequel le Gouvernement Central a beaucoup travaillé. En Chine, l’éducation supérieure est un moyen d’arriver à un objectif, et cet objectif, c’est un travail.

Bien sûr, chercher à obtenir une qualification qui vous servira après que vous ayez quitté l’université, cela a un sens. C’est particulièrement vrai d’ailleurs quand on considère le coût des études en université en Chine, tant publiques que privées, et que l’on songe en même temps au salaire moyen d’un col blanc (5 000 Yuans par mois). La plupart des diplômes professionnels que proposent les universités chinoises aux étudiants leur fournissent des compétences immédiatement utilisables, dont ils ont besoin pour entrer sur un marché du travail de plus en plus difficile.

Cela étant, n’est-il pas important d’enseigner les methods d’analyse historique ? Car après tout, ces compétences d’analyse ne se confinent pas seulement à l’Histoire, mais peuvent aussi s’appliquer à un certain nombre d’autres professions comme le journalisme, le droit et la fonction publique. Ceux des étudiants qui quittent l’université avec un diplôme professionnel sont quelque peu limités dans le choix des emplois possibles, et ils partent avec une série de compétences qui ne leur offrent qu’une niche très limitée, manquant souvent de la véritable force intellectuelle dont ont besoin les affaires qui réussissent.

Qui plus est, que deviendra la véritable valeur de l’Histoire chinoise si elle n’est pas étudiée dans le seul but d’enquêter sur elle ? Elle deviendra alors simplement une Histoire que les gens prendront pour argent comptant.

Pour un pays dont l’Histoire est si intéressante et si passionnante, l’Histoire devrait être une des pièces maîtresses de son système éducatif, comme c’est le cas dans les meilleures universités occidentales dans lesquelles tant d’étudiants chinois aspirent à étudier. Etudier l’Histoire chinoise est sans aucun doute une tâche effrayante, et certaines époques ont probablement davantage d’attrait que d’autres (particulièrement ce qui concerne les cent dernières années). Cependant, la valeur des études d’Histoire devrait être reconnue en Chine, non seulement par les étudiants, mais aussi par le monde du travail.

Car les diplômés en Histoire non seulement développent, de part leurs études, un haut niveau d’auto-discipline, mais aussi une indépendance d’esprit qui fait certainement défaut à un certain nombre de disciplines professionnelles enseignées à coups de manuels. Manifestement, le Gouvernement reconnait l’importance de l’Histoire, en faisant une bannière pour ses citoyens, et il en a montré une fort astucieuse compréhension de son importance dans ses efforts pour favoriser les relations internationales, comme par exemple la décision prise il y a quatre ans de coopérer dans le domaine de la recherche historique avec le Japon, quand on songe à l’Histoire moderne de la région, lourde.

Sans aller jusqu’à faire du prosélytisme auprès des parents chinois pour qu’ils songent tous à envoyer leurs rejetons à l’université pour y étudier l’Histoire, il est tout de même vital de comprendre que l’Histoire est, en tant que concept, importante pour la Chine, et ne pourra le demeurer que si le pays est en mesure de fournir des universitaires formés localement, capables d’explorer les méandres de sa propre Histoire, très exigeante.

Réception du 14 juillet pour la communauté française

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

A l’occasion de la fête nationale, l’ambassade organise, avec le concours de la Chambre de Commerce et de la Jeune Chambre Economique, une réception pour la communauté française mardi 14 juillet de 19h00 à 22h00 au restaurant Pavillion, situé sur Gongtixi Lu dans les jardins du Gymnase des Travailleurs.
Cette soirée sur invitation sera ouverte gratuitement à tous les Français enregistrés dans la circonscription consulaire de Pékin, aux étudiants français de Pékin et aux membres de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine et de la Jeune Chambre Economique des Français de Pékin.

Les invitations seront nominatives et pourront être retirées à la section consulaire de l’Ambassade (accueil du service des visas) dès lundi 6 juillet, de 9:00 à 12:00 et de 14:00 à 17:00, sur présentation du justificatif de l’enregistrement, auprès du Service de l’Administration des Français de l’Ambassade de France à Pékin et, pour les membres de la CCIFC et de la JCEFP, à la Chambre de Commerce.

Le programme de la soirée sera le suivant :

19h00 Musique pour danser par la formation musette-swing No Name Trio
vers 20h00 Discours de l’Ambassadeur et Marseillaise, suivie de quelques marches, interprétée par des musiciens de l’Opéra National de Chine
20h30 Animation musicale par un groupe de musiciens polynésiens venus spécialement de Tahiti
22h00 A l’issue de cette soirée privée, le bar du Pavillion est ouvert au public et payant.
Cette manifestation est rendue possible par le parrainage de Citroën, le Grand Mercure Xidan, Maxim’s, Pavillion, PSA, Tahiti Tourisme, Aden, BNP, la Boulangerie Bruno, EADS, Eric Coiffure, ISI, Parishine, Ricard, Schneider Electric, VisasFrance, la Boucherie Michel, Carrefour, Château Médoc Paris, CWS, Blason de Bourgogne, Losberger, Maison Sichel, Marie Nostra et Wine Shop Oh Marco.

Le Undercover Marketing online en Chine

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

Les utilisateurs chinois d’Internet découvrent ces temps ci l’undercover Marketing, le marketing caché, l’art de faire passer un message sans avoir l’air d’un message publicitaire. Ainsi dans les blogs forums…les internautes se plaignent de voir de plus en plus de messages publicitaires cachés. De nombreux buzzs, topics captivants, vidéos marrante diffusé sur Internet mettaient en scène des actions de promotion cachées.

De gros topics sur les forums ont été créés par des publicitaires et ne représentent pas, comme on pourrait le penser, l’opinion des internautes. Certains acteurs, actrices ou marques, par l’intermédiaire d’agences de publicité attirent l’attention du public sur certains thèmes pour gagner des points de notoriété pour leurs clients.

On peut parler d’actrices devenues célèbres grâce au Web, on peut aussi appelé cela la gestion de sa cyber-réputation.
Il existerait au moins des milliers de petites ou grandes entreprises de web marketing qui agiraient dans l’ombre dans le pays avec un grand nombre d’employés, à temps plein ou partiel, payés pour écrire des messages susceptibles d’attirer l’attention du public ou de manipuler les opinions en ligne dans l’intérêt de leurs clients.

D’abord on publie un grand nombre de messages pour susciter un débat en ligne, ensuite on crée une inquiétude publique et enfin on laisse l’effet viral faire son effet.

Un exemple est celui de Luo Yufeng, une ancienne caissière de supermarché de Chongqing, qui est devenue célèbre après avoir publié en ligne l’année dernière une publicité pour se marier, provocante et narcissique.

Une société de marketing sur Internet a récemment avoué aux médias que c’était elle qui avait « fabriqué » la célébrité de Luo, y compris la fabrication de la publicité et sa diffusion sur divers forums populaires.

Luo Yufeng a subi une opération de chirurgie esthétique, suivie par des messages et des vidéos sur Internet, qui ont attiré des millions de visiteurs, ainsi qu’une couverture médiatique. C’était une campagne de publicité pour un groupe de cliniques de chirurgie esthétique , qui a payé 50 000 Yuans pour ce coup de pub sur internet.

La Chine ne dispose pas de lois spécifiques pour réguler le cyber crime, ou cette industrie mensongère en plein essor; la diffusion d’informations fausses est donc en forte augmentation.

Il est difficile pour les internautes de prendre du recul sur les informations en ligne, ce sont des cibles de choix pour ces agences.

En Chine, 3 millions de messages sur les blogs et forums sont publiés sur le web chaque jour. Internet est une grande source de distraction pour les jeunes étudiants en Chine et l’effet viral fonctionne particulièrement sur cette cible.

Google Améliore Le Site Chinois Dans Un Souci De Garder Sa Licence

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

Google Inc est en train d’améliorer son site web chinois dans un ultime effort pour sauver son activité de recherche dans le plus grand marché mondial d’Internet, après des différends avec Pékin sur la censure d’internet, a écrit Reuters mardi.

La Chine et le Canada s’engagent à renforcer leur partenariat stratégique

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a rencontré lundi à Beijing la gouverneure générale du Canada, Michaelle Jean, actuellement en visite en Chine. Les deux parties ont convenu de renforcer davantage leur partenariat stratégique.

Lors de la rencontre, Hu Jintao a rappelé sa récente visite d’Etat au Canada, durant laquelle il a atteint des consensus avec les dirigeants canadiens sur le développement des relations bilatérales, ainsi que sur d’autres questions d’intérêt commun.

Il a salué la visite de Mme Jean, qui est également en Chine pour assister à la célébration de la journée du pavillon du Canada dans le cadre de l’Exposition universelle 2010 de Shanghai.

La Chine souhaite joindre ses efforts avec le Canada pour respecter les intérêts fondamentaux et les préoccupations importantes les uns des autres, encourager les échanges bilatéraux et la coopération pragmatique, renforcer la coordination sur les questions régionales et internationales importantes, afin de faire avancer le partenariat stratégique entre les deux pays, a souligné le président chinois.

Qualifiant sa visite en Chine de “voyage d’amitié”, Mme Jean s’est dite très impressionnée par la prospérité de la Chine, le succès de l’Exposition universelle de Shanghai, le nouveau aspect de la zone sinistrée par le séisme du Sichuan, ainsi que l’expression d’amitié du peuple chinois envers le Canada.

“Le Canada est disposé à renforcer la confiance mutuelle avec la Chine, tout en encourageant la coopération et les échanges culturels bilatéraux, afin de faciliter le développement du partenariat stratégique Canada-Chine”, a ajouté Mme Jean.

Durant son séjour d’une semaine en Chine, Mme Jean a visité Beijing, Shanghai et la province du Sichuan (sud-ouest). Elle va continuer sa visite dans la province méridionale du Guangdong.

Le partenariat stratégique global sino-français en plein développement (ambassadeur de Chine en France)

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

La prochaine visite du président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) Wu Bangguo, précédée par plusieurs visites officielles réciproques de haut niveau des responsables chinois et français, témoigne le développement rapide du partenariat stratégique global établi entre les deux pays, a indiqué, lors d’un entretien exclusif accordé à l’agence Xinhua, l’ambassadeur de Chine en France, Kong Quan, qui constate un renforcement constructif et tous azimuts dans les relations bilatérales.

PREMIERE VISITE DU CHEF DU LEGISLATIF CHINOIS EN FRANCE DEPUIS 13 ANS

La dernière visite du responsable en chef de l’organe législatif chinois en France date de 1997, l’année lors de laquelle l’ancien président du Comité permanent de l’APN, Qiao Shi, a effectué une visite, a rappelé M. Kong.

Tous attachent une grande importance au partenariat stratégique global noué entre les deux pays, la Chine et la France souhaitent un approfondissement de la coopération politique. Dans ce contexte, le président français, Nicolas Sarkozy, le Premier ministre, François Fillon, et le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, se sont respectivement rendus en Chine depuis décembre dernier.

Outre les rencontres officielles, les hauts responsables des deux Etats profitent fréquemment des conférences internationales pour mener des discussions, a dévoilé l’ambassadeur, citant l’exemple du dernier sommet du G20 à Toronto, lors duquel les présidents Hu et Sarkozy ont eu leurs plus récents entretiens en marge de la réunion.

La prochaine visite de M. Wu, qui sera la première du genre depuis 13 ans, ravivera davantage les échanges bilatéraux de haut niveau, estime l’ambassadeur.

Lors de sa visite en France du 7 au 14 juillet, M. Wu s’entretiendra à Paris avec MM. Sarkozy et Fillon et les présidents des deux assemblées du parlement français. Il se déplacera également dans des provinces pour rencontrer les milieux économiques, culturels, ainsi que de l’éducation français.

RENFORCEMENT ATTENDU DE LA COOPERATION DANS TROIS DOMAINES

La visite de M. Wu en France, vise à amplifier la coopération bilatérale, ainsi qu’à promouvoir le développement sain et durable du partenariat stratégique global sino-français tout en améliorant la compréhension et la confiance politique mutuelle, et à donner une impulsion à la coopération des trois domaines, a indiqué l’ambassadeur.

Cette visite, qui interviendra après le séjour de son homologue M. Accoyer en Chine à l’occasion de l’Exposition universelle à Shanghaï il y a quinze jours, marque en premier le renforcement de la coopération des instances législatives des deux pays, estime M. Kong. Une commission de coopération parlementaire sino-française, mécanisme du plus haut niveau des échanges parlementaires, sera officiellement inaugurée lors de la visite de M. Wu, a-t-il fait savoir.

La visite se caractérisera aussi par l’approfondissement de la coopération commerciale et économique, a poursuivi M. Kong. Initié par le ministère chinois du Commerce et le ministère français de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, un forum commercial bilatéral de haut niveau se tiendra durant la visite du chef du législatif chinois en France. Au moins deux cents entrepreneurs chinois et français sont attendus au forum, auquel M. Accoyer sera également présent.

Le séjour de M. Wu sera en outre marqué par une intensification de la coopération régionale, a poursuivi M. Kong. A part des rencontres avec des personnalités politiques à Paris, M. Wu se rendra dans d’autres principales villes françaises telles que Lyon, Bordeaux et Marseille, où il entend échanger des opinions avec les parlements et les gouvernements locaux et visiter plusieurs projets de pointe français dans les domaines industriel, agricole et médical.

COORDINATION CONCERNANT LES AFFAIRES INTERNATIONALES

La coordination et la coopération dans les affaires internationales d’importance constituent un autre facteur non négligeable contribuant au développement accéléré des relations sino-françaises, a fait remarquer M. Kong.

La France est un influent pays occidental qui possède une vision globale et une position indépendante en matière des principales questions internationales, tandis que la Chine, en tant que grande puissance émergente, a aussi ses propres points de vue sur les affaires internationales, a-t-il souligné.

Néanmoins, les deux pays partagent de nombreux intérêts communs et tiennent souvent des positions semblables ou proches sur la scène internationale, ce qui leur permet d’oeuvrer sur un même champ de travail immense. La réglementation de l’ordre financier international, la lutte contre le changement climatique et la non-prolifération des armes nucléaires seront les premiers sujets de la coopération approfondie, a énuméré M. Kong.

“Sur fond des circonstances internationales complexes et des défis globaux difficiles, la coordination et la coopération entre la Chine et la France, toutes deux membres permanents au Conseil de sécurité de l’ONU et défenseuses de la paix, de l’égalité et de la justice, contribueront à la paix et la stabilité mondiale, ainsi qu’au développement et à la prospérité de l’humanité”, a conclu l’ambassadeur.

Découvrez le monde de luxe au pavillon France

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

Sur une aire de plus de 200 mètres carrés, la maison Dior présente au public, du 1er au 10 juillet dans le pavillon France, une exposition de robes et d’accessoires de cette marque de renommée internationale, dont huit créations des deux légendaires couturiers Christian Dior et John Galliano, prêtées par le musée Christian Dior de Paris. L’évènement invite les visiteurs à découvrir l’univers du luxe à la française.

Exposition à Nantes: les débuts du commerce franco-chinois

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

Une exposition se tient actuellement à Nantes ,au château des Ducs de Bretagne. Elle est consacrée au début du commerce entre la France et la Chine.

L’UE approuve le rachat de Volvo par la société chinoise Geely

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

La Commission européenne a indiqué mardi qu’elle a approuvé le rachat du constructeur automobile suédois, Volvo, par son rival chinois, Geely, et la société d’investissement étatique chinoise, Daqing.

“La commission a conclu que la transaction ne gênera pas significativement une compétition effective”, dans l’Union européenne (UE), a indiqué l’organisme de contrôle antitrust de l’UE dans un communiqué.

Geely est un fabricant complétement intégré de voitures, de motos et de scooters en Chine. Actuellement, la grande majorité de ses voitures de tourisme est vendue localement.

Daqing appartient au gouvernement de la ville de Daqing, située dans le nord de la Chine, et il est exclusivement engagé dans l’investissement et l’administration des actifs publics.

Volvo, distribue et vend une gamme variée de voitures de tourisme sous la marque Volvo dans le monde entier, et fournit aussi des composants.

La transaction n’était pas initialement qualifiée pour la révision de l’UE parce que l’acquéreur n’avait pas le chiffre d’affaire seuil requis, mais depuis que c’est devenu une déclaration obligatoire dans au moins trois Etats membres de l’UE, les parties ont demandé à la commission d’examiner l’accord et aux pays concernés de l’accepter.

Geely a signé un accord avec Volvo en mars, selon lequel il payera 1,8 milliard de dollars américains en échange de la totalité des actions. Une partie de l’argent vient de Daqing.

La Chine accueillera les débats de l’ONU sur le changement climatique en octobre

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

La Chine accueillera en octobre les négociations de l’Organisation des Nations Unies (ONU) sur le changement climatique, a annoncé mardi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Qin Gang.

La 12e session du Groupe de travail ad hoc sur l’action coopérative à long-terme dans le cadre de la Convention et la 14e session du Groupe de travail ad hoc sur les nouveaux engagements des parties visées à l’Annexe I au titre du Protocole de Kyoto seront organisées dans la ville septentrionale de Tianjin, a précisé le porte-parole lors d’une conférence de presse.

Ce sera la première fois que la Chine accueille les débats de l’ONU sur le changement climatique, a indiqué Qin Gang. Il s’agit aussi du dernier cycle de négociations avant la prochaine conférence importante de la Convention-Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC), prévue à Cancun au Mexique entre le 29 novembre et le 10 décembre.

Les négociations de Tianjin, qui font partie de la CCNUCC, ont pour but de consolider le statut de la convention-cadre et le Protocole de Kyoto dans les négociations sur le changement climatique, et de contribuer à de nouveaux progrès dans le cadre de la CCNUCC et du protocole Kyoto, a souligné Qin Gang.

La Chine a déjà lancé les préparatifs pour les négociations en octobre, et reste en contact permanent avec le secrétariat de la CCNUCC afin de coordonner les efforts.

« Précédent Suivant »