Restauration de reliques culturelles dans l’Ancien Palais d’Eté

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

Un projet de restauration dans l’Ancien Palais d’Eté, Yuanmingyuan en chinois, a commencé en mai. Il est le fruit d’un partenariat entre la Fondation de la Protection des antiquités culturelles chinoises et le Yuanmingyuan. Le projet vise à restaurer 150 pièces conservées dans l’entrepôt du jardin impérial. Jusqu’à présent, un 1er lot de 20 porcelaines a été examiné et analysé par des experts. C’est la 1ère phase de leur processus de restauration.

Des morceaux de porcelaine qui ont été trouvés sont exposés dans l’Ancien Palais d’Eté. La plupart de ces objets ont été gravement endommagés, ce qui rend les travaux de restauration encore plus difficile.

L’exposition se compose en 2 parties, l’exposition de reliques culturelles et un site de restauration des reliques en extérieur. Des volontaires aident les archéologues à nettoyer et à ajuster les objets qui ont échappé aux pillages des forces anglo-françaises il y a plus d’un siècle.

En plus du 1er lot de 20 pièces en porcelaine, 130 autres objets seront bientôt présentés au public,dont des statues de Bouddha en bronze et des objets en jade.

L’exposition de toutes les pièces restaurées ouvrira officiellement le 16 juin dans l’Ancien Palais d’Eté et se tiendra jusqu’au 18 octobre.

Mondial 2010 : les commerçants d’origine chinoise se démènent pour saisir les opportunités qui leur sont offertes

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

La Coupe du monde de la FIFA 2010 vient de s’ouvrir le 11 juin à Johannesburg, en Afrique du Sud et trente deux équipes nationales de football rivaliseront de force durant tout un mois pour essayer d’arracher le trophée. Que ce soit l’équipe espagnole qui essayera de s’emparer pour la première fois de « Jules Rimet Cup », que ce soit l’équipe brésilienne qui tentera de se faire sacrer championne du monde pour la sixième fois ou bien que ce soit l’apparition d’un « dark horse » qui brise le monopole, de toute façon ce sont les « mordus du football » qui perdent leur temps en assistant sur place aux matchs ou bien en demeurant immobile devant la télé les yeux rivés sur l’écran. Il est certain que parmi eux il y a un grand nombre de jeunes fanatiques d’origine chinoise, ce qui pousse les commerçants d’origine chinoise dispersés dans le monde entier à se démener et à se torturer l’esprit pour trouver des opportunités commerciales leur permettant de gagner encore plus d’argent et de réaliser de gros profits.

Des propriétaires de boutiques et de bars pleins de zèle et de ferveur pour le football créent la meilleure ambiance et condition possible pour attirer leurs clients également fervents et fanatiques de ce sport.

Le quotidien américain « Sing Tao Daily » rapporte qu’à New York, presque tous les bars, les restaurants, les boutiques et même les locaux d’organisations te de groupements ont fait depuis longtemps des préparatifs en vue de profiter de la Coupe du monde de Football pour attirer le plus possible de clients. La plaque accrochée au-dessus de la porte d’entrée du snack-bar « Arrêt Hong Kong », qui se trouve dans le quartier chinois, a été remplacée il y a déjà plusieurs jours par une autre portant une affiche et un programme horaire en anglais sur les matchs qui auront lieu en Afrique du Sud. A l’intérieur de la salle sont installés deux téléviseurs à cristaux liquides et à large écran qui ne cesse de diffuser différents programmes sportifs.

Le patron Li Zifeng a déclaré qu’il est fou du football et qu’au début de son arrivée à New York il y a quelques années il lui a fallu chercher partout un endroit pour voir les matchs des précédentes coupes, alors qu’ayant pu trouver un bar disposant de la télé, il a été arrêté tout net par la cherté de la consommation obligatoire de boisson et d’alcool. Maintenant qu’il est lui-même propriétaire, ce qu’il désire le plus c’est tout naturellement de créer un bon environnement pouvant apportant tout le bonheur à ses clients en leur permettant de passer de très bons moments tout en savourant le charme et les délices de leur sport préféré. Etant donné qu’il avait fait ses études supérieures en Angleterre, il est alors tout à fait naturel qu’il soutient toujours l’équipe britannique qu’il considère comme l’une des meilleures du monde et il espère qu’elle pourra cette fois-ci remporter le trophée.

Pour attirer les clients et pour faire de bonnes affaires, certains magasins et boutiques tenus par les Chinois changent de noms et diffusent sans cesse les émissions sur les matchs.

Au Canada, vu que les habitants d’origine chinoise, et surtout les immigrés venus de Hong Kong, ont une préférence marquée pour le football, c’est pourquoi à la veille de l’ouverture en Afrique du Sud de la Coupe du monde 2010 de Football, à Toronto, nombreux sont les magasins et les boutiques tenus par des commerçants d’origine chinoise ainsi que les restaurants, les brasseries et les snack-bars dont les patrons sont venus de Hong Kong qui ont fait des préparatifs ou pris des arrangements spéciaux pour accueillir cette grande fête du monde de football.

Dans la zone touristique de Richmond Hill, Zheng Yongdong, patron du restaurant Helihuo qui se trouve tout près de la Place urbaine, a dit que pour accroître encore plus l’ambiance de fête et pour attirer davantage de clients, il a pris des dispositions pour augmenter le nombre des téléviseurs installés dans la salle et a embelli celle-ci avec des décorations liées avec la « Coupe du monde », y compris les drapeaux officiels du pays organisateur de la Coupe Mondiale (l’Afrique du Sud) et des trente et un autres pays qui participent à la présente Coupe, les drapeaux des pays qui avaient été champion du monde, dont le Brésil, l’Argentine, la France et autres, l’imitation de « Jules Rimet Cup », … etc. En dehors de cela, la salle est pavoisée de petits drapeaux des trente-deux pays participant au présent Mondial. Il a ajouté que pour approfondir l’intérêt des clients pour cette grande manifestation sportive qui se tient pour la première fois en Afrique, le restaurant fournira à titre gratuit, pendant toute la durée du Mondial, des aliments et des boissons qui portent les noms des stars internationales du football, ce qui permettra aux clients, tout en jouissant de ces aliments et de ces boissons, d’avoir l’impression qu’ils participent personnellement à la grande fête et de sentir la saveur de la « Coupe mondiale ».

Dans la plupart des grands magasins tenus par des Chinois, il sera diffusé toujours en direct les matchs de la Coupe et les boutiquiers d’origine chinoise ont décidé de retarder l’heure de fermeture de leur boutique. A cet effet, ils ont fait des préparatifs pour accroître leurs stocks de marchandises et pour engager de nouvelles recrues. Ils ont une idée fixe dans leur tête, c’est de satisfaire au maximum les besoins de leurs clients et d’augmenter en même temps leurs profits et leurs bénéfices.

Les « Chinatown » semblent calmes et tranquilles et les habitants d’origine chinoise continuent à vaquer à leurs occupations ordinaires pendant toute la durée de la Coupe du monde.

Le jour même de l’ouverture en Afrique du Sud de l’événement grandiose qui passionne et électrise les fans du football du monde entier, comparé à allégresse générale, à la joie débordante et au vacarme tonitruante qui remplissent tout ce pays, les quartiers chinois semblent parfaitement calme et tranquille et on ne voit aucune trace de cette coupe, ni une seule affiche publicitaire.

Selon le « Quotidien de Guangzhou », les habitants d’origine chinoise des « Chinatown » en Afrique du Sud ne montrent aucun intérêt pour la coupe en question et ne pensent pas se déplacer sur place pour assister à des matchs. Certains affirment même qu’il n’est pas sûr qu’ils ne la voient en direct chez eux à la télé. Monsieur Mao, qui est le patron d’une boutique de fleurs et de cadeaux et qui vit dans ce pays il y a déjà une dizaine d’années, en parlant de la Coupe du monde, il avoue franchement qu’elle l’intéresse beaucoup et qu’il regarde chaque match chez lui, mais qu’il ne pense pas aller sur place pour assister aux matchs. Il a donné les explications suivantes : d’un côté, la plupart des habitants de la communauté chinoise sont des commerçants ou bien des hommes d’affaires, ils ont chacun son travail à accomplir qui ne souffre pas de retard ; de l’autre côté, et c’est la principale raison, la plupart des lieux de matchs se trouvent tout près des quartiers pauvres où habitent des noirs dénués de tout et qui sont prêt à tout tenter pour subvenir à leurs besoins. Dans les cas où le match a lieu le soir et qu’il y a embouteillage, les Chinois deviendront leurs principaux cibles et seront alors des victimes qui leur serviront de pâture.

D’autre part, si par hasard il se produit des actes terroristes ou bien l’équipe sud-africaine serait éliminée dès les premiers tours, et les fans du football auront une réaction violente. « J’ai tout particulièrement peur de la défaite de celle-ci, car ces derniers causeront immédiatement des incidents et se livreront à toutes sorts d’actes de violence et de vandalisme : pillage, mise à sac des boutiques et des magasins, incendie de bâtiments et de voitures, … etc. Dans ce cas-là, je ne crains plus seulement pour mon commerce, mais surtout pour ma vie et celle de mes proches qui ne seront peut-être pas épargnés. »

Ouverture de l’Exposition internationale 2010 de l’économie d’énergie et de la protection environnementale à Beijing

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

Sous le thème « Techniques bas carbone et économie verte », l’Exposition internationale 2010 de l’économie d’énergie et de la protection environnementale s’est ouverte le 12 juin à Beijing. 239 entreprises ont participé à cet événement dont 34 sociétés étrangères.

Les Entreprises Chinoises Souffrent de l’Augmentation du Coût de la Main d’Œuvre

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

L’annonce de l’augmentation des salaires dans les usines de Foxconn et Honda en Chine du Sud la semaine dernière marque le début d’une nouvelle ère  dans l’histoire du « Made In China ». Au début des années 1990, la Chine a connu un tournant radical. Elle est passée du statut de société fermée, principalement agraire, à celui de véritable puissance économique. La nation est devenue l’usine du monde, et des millions de paysans ont afflué vers le Sud de la Chine, lieu stratégique de production. Près de 20 ans plus tard, l’histoire n’est plus la même.

Le boom économique chinois a sorti des millions de personnes de la pauvreté au cours des 20 dernières années. Les villes côtières comme Shenzhen ont littéralement jailli du néant, offrant une main-d’œuvre immigrée capable de construire des produits de grande consommation, jouets comme téléviseurs, à moindre coût. Mais la progression du niveau de vie en Chine, liée à plusieurs décennies de croissance économique, remet maintenant en question le profit des fabricants à l’export basés sur le territoire chinois.

Comme la Chine continue d’augmenter le taux du salaire minimum et les charges sociales dans tout le pays, et que les travailleurs à la chaîne – souvent mieux éduqués que la génération précédente – exercent une pression plus forte pour obtenir un meilleur salaire, de plus en plus de fabricants (vendant à des étrangers ou dont l’entreprise est partiellement détenue par des étrangers) y voient une menace et parfois même la fin de leurs activités.

Avec le risque que la valeur du RMB continue son ascension sur le Dollar, les vendeurs de produits ou services en Chine et pas seulement ceux liés au commerce d’exportation, devront modifier leur modèle d’entreprise s’ils souhaitent tirer profit de cette économie en pleine mutation. Des usines de Dongguan aux restaurants et hôtels de Shanghai, l’histoire est partout la même: les employés potentiels sont de plus en plus difficiles à trouver. Les entreprises qui autrefois s’appuyaient sur une main-d’œuvre bon marché pour augmenter leur marge devront désormais modifier le taux de rotation de celle-ci. Le temps de la main d’œuvre chinoise disponible à faible coût est révolu.

Beaucoup d’entre eux, ayant pressenti le phénomène avant même la crise financière, ont commencé à déplacer leur activité hors des frontières, cherchant des lieux et des gouvernements propices aux entreprises comme le Vietnam et d’autres pays d’Asie du Sud-Est où les coûts restent bas. D’autres ont délocalisé vers les régions intérieures de la Chine, profitant des campagnes de développement de la Chine intérieure et de la Chine de l’Ouest : « Go Inland » et « Go West » .

Avec l’extinction progressive de la production bon-marché destinée à l’export en Chine, les entreprises, tant étrangères que nationales, devront réévaluer leurs modèles de production. Dans certains cas, cela signifierait la délocalisation des lignes de production pour réduire les coûts. Dans d’autres cas, et en particulier pour les entreprises du secteur des services, cela implique de réévaluer les pratiques d’emploi et la rétention des employés.

Le passage de la vente depuis la Chine à la vente à la Chine, pour beaucoup, devra être fait sans tarder si ce n’est pas déjà le cas, car dans le futur, une chose va en bouleverser de nombreuses autres : l’augmentation du salaire du travailleur chinois, et avec elle l’augmentation de son pouvoir d’achat.

Des entreprises françaises électronucléaires font un voyage d’études au Guangdong

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

Le 10 et 11 juin, afin d’inspecter l’environnement d’éventuels investissements, 73 représentants originaires de 41 entreprises françaises de fabrication d’équipement électronucléaire, membres de l’Association Partenariat France Chine Électricité (PFCE), ont fait un voyage d’études dans la ville de Taishan, dans la province du Guangdong.

Menés par Jean-Claude Prenez, président du PFCE, et Alain Tournyol du Clos, conseiller du service nucléaire de l’Ambassade de France en Chine, les représentants sont arrivés à Taishan le 10 juin.

Cette mission d’études est la plus grande mission européenne que ce quartier a reçue depuis les 80 années. Les entreprises françaises s’intéressent à plusieurs domaines de l’ingénierie électronucléaire : l’électricité, la machine, le contrôle, les équipements ventilés, la matière isolante, la matière d’étoupage, l’architecture, etc.

Selon le programme, la mission d’étude française a participé à une réunion de présentation sur le quartier d’équipements électronucléaires, et a visité la centrale nucléaire de Taishan, le Groupe Fuhua et le bâtiment fortifié de Taishan.

À travers ce voyage d’études, ces représentants ont pu juger de la nécessité d’investir à Taishan. Selon M. Prenez, les avantages en termes de ressources humaines, de réputation, d’emplacement, d’industries, de marché, de technique et de prix de revient sont véritablement attractifs pour les investisseurs français. Nombreux sont ceux qui ont déjà exprimé leur souhait d’investir à Taishan.

D’après Wu Xiaomou, secrétaire du Comité municipal du Parti de Taishan, les investissements dans les programmes d’équipement électronucléaire représentent une excellente opportunité, non seulement en matière de prix de revient bas (prix des terrains et de l’électricité), mais aussi en termes de ressources intellectuelles.

Taishan est l’un des sites chinois retenus pour la construction de deux centrales nucléaires de type EPR. Le projet est mené en partenariat avec AREVA (Société des participations du Commissariat à l’énergie atomique).

Jean-Pierre Raffarin : le transfert de technologie est très significatif dans la coopération environnementale franco-chinoise

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

Après sa dernière visite du mois de mars, l’ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin a conduit du 6 au 12 juin une nouvelle délégation française en Chine. La mission rassemble quinze personnalités dont cinq députés, cinq sénateurs, et cinq responsables d’entreprises publiques ou privées.

« La France et la Chine veulent une nouvelle croissance, une croissance qualitative meilleure », a déclaré M. Raffarin le 7 juin à Beijing, en réponse à la question de China.org.cn sur la récente signature de la lettre d’intention concernant la coopération dans la législation environnementale.

« Au mois d’avril dernier, le président français Nicolas Sarkozy et le président chinois Hu Jintao ont exprimé leur accord sur la nécessité d’une croissance plus sociale, plus écologique, plus technologique ; les deux pays sont d’accord pour participer à cette nouvelle croissance qui est très importante pour l’ensemble de la planète », a rappelé M. Raffarin.

« Dans le domaine environnemental, la France et la Chine ont déjà de nombreuses coopérations. C’est un secteur dans lequel le transfert de technologie peut être très significatif ».

« Nous sommes heureux de voir que la Chine est mobilisée sur des projets en matière de droits de l’environnement, d’établissement de normes environnementales et que tout ceci peut faire l’objet d’échanges fructueux, » a-t-il indiqué.

En ce qui concerne son voyage dans le village Tangmo dans la province de l’Anhui prévue pour le 9 juin, qui a pour objectif de promouvoir la coopération sino-française dans un projet pilote sur le tourisme rural, M. Raffarin a souligné l’accord français avec le gouvernement chinois de faire du tourisme un élément du développement économique équilibré et respectueux de l’environnement. « Il faut que nous nous préparions les uns et les autres pour que nos sites touristiques ne soient pas abîmés par le tourisme, mais au contraire, qu’au fond nous réussissions à les protéger de manière à garder une activité touristique durable tout en préservant les qualités environnementales des différentes sites », a-t-il conclu.

La visite de Jean-Pierre Raffarin en Chine qui durera une semaine à Beijing, dans l’Anhui et à Shanghai, a pour but de passer aux jeunes personnalités influentes françaises sa passion de la Chine et de « leur montrer la Chine réelle, la Chine du peuple chinois, une Chine complexe, une Chine importante ». Ils visiteront également les pavillons chinois et français à l’Exposition universelle 2010.

Le pays natal de Qu Yuan accueille la fête des bateaux-dragon

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

A l’approche de la fête des bateaux-dragon qui tombe le 16 juin cette année, le bourg Qu Yuan de la ville Zigui (province du Hubei, centre sud de la Chine) a commémoré de façon traditionnelle leur ancêtre Qu Yuan, un grand poète de Chine.

Deux millions de visiteurs pour le Pavillon de la France de l’Expo

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

Quand Mme. Ren Xiaomei regardait le panneau électrique dressé au Pavillon de la France, qui affiche le nombre de visiteurs, elle ne pensait jamais que ce serait elle qui aurait la chance d’être la 2 000 000ème visiteuse du pavillon.

Chine: publication d’un livre blanc sur la politique sur l’Internet

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

Le gouvernement chinois a publié mardi 8 juin un livre blanc sur sa politique en matière d’Internet, soulignant la garantie de la liberté d’expression des citoyens sur Internet.

Le livre blanc, rendu public par le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat (gouvernement central chinois), fait bilan du développement, de l’utilisation d’Internet et des politiques essentielles adoptées par la Chine en la matière.

Selon le document, 45 % de la population chinoise aura accès à Internet d’ici cinq ans, contre 28,9 % en 2009.

Le gouvernement chinois encourage et soutient fermement le développement et l’application d’Internet dans le pays, indique le livre blanc, soulignant la politique essentielle adoptée par la Chine en matière d’Internet : utilisation active, développement scientifique, administration en vertu de la loi et sécurité garantie.

Le gouvernement améliorera constamment les politiques concernées afin de mieux adapter la loi inhérente aux exigences objectives du développement et de l’administration d’Internet, selon le document.

Ce document de 31 pages est composé de six chapitres : Efforts pour stimuler le développement et l’application d’Internet, Promotion de l’utilisation extensive d’Internet, Garantie de la liberté d’expression des citoyens sur Internet, Principes et pratiques essentiels de l’administration d’Internet, Protection de la sécurité d’Internet, Echanges et coopération internationaux actifs.

Le gouvernement chinois a publié mardi 8 juin un livre blanc sur sa politique en matière d’Internet, soulignant la garantie de la liberté d’expression des citoyens sur Internet.

Le livre blanc, rendu public par le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat (gouvernement central chinois), fait bilan du développement, de l’utilisation d’Internet et des politiques essentielles adoptées par la Chine en la matière.

Selon le document, 45 % de la population chinoise aura accès à Internet d’ici cinq ans, contre 28,9 % en 2009.

Le gouvernement chinois encourage et soutient fermement le développement et l’application d’Internet dans le pays, indique le livre blanc, soulignant la politique essentielle adoptée par la Chine en matière d’Internet : utilisation active, développement scientifique, administration en vertu de la loi et sécurité garantie.

Le gouvernement améliorera constamment les politiques concernées afin de mieux adapter la loi inhérente aux exigences objectives du développement et de l’administration d’Internet, selon le document.

Ce document de 31 pages est composé de six chapitres : Efforts pour stimuler le développement et l’application d’Internet, Promotion de l’utilisation extensive d’Internet, Garantie de la liberté d’expression des citoyens sur Internet, Principes et pratiques essentiels de l’administration d’Internet, Protection de la sécurité d’Internet, Echanges et coopération internationaux actifs.

La 3G a de bonnes perspectives d’avenir en Chine

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

D’après les autorités chinoises, d’ici la fin 2011, la Chine comptera de 400 000 à 500 000 stations 3G, ce qui permettra à 40 millions d’usagers de surfer en ligne en même temps, a rapporté jeudi xinhuanews.com.cn.

Les statistiques montrent que, à la fin de mars de cette année, la Chine comptait 778,7 millions d’utilisateurs de téléphones mobiles. Depuis 2009, quand la technologie 3D a été pour la première fois introduite sur le marché de la téléphonie mobile, le nombre des utilisateurs de la 3G a atteint 3 millions de personnes. 

Pour Ding Wenwu, du Ministère de l’Industrie et des Technologies de l’Information, il y a toujours place pour de la croissance sur le marché de la 3G. A la fin de 2009, la Chine comptait en effet 233 millions d’utilisateurs de téléphones mobiles surfant sur Internet, et 230 millions d’entre eux étaient des utilisateurs de la 2G.

« Précédent Suivant »