Le groupe chinois Fosun acquiert 7,1% du capital du Club Méditerranée français

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

Le groupe privé chinois Fosun a acquis 7,1% du capital du Club Méditerranée (Club Med), opérateur français du tourisme, ont annoncé dimanche les deux groupes dans un communiqué conjoint.

“Un représentant de Fosun sera nommé au conseil d’administration du Club Méditerranée. Si Fosun atteint le seuil de 9% du capital de la société, la nomination d’un deuxième membre du conseil, choisi par Fosun, sera soumise à l’approbation des actionnaires à la prochaine assemblée générale”, selon le communiqué.

Les deux groupes ont également annoncé “la signature d’un accord de partenariat stratégique dans le domaine de la construction et de l’exploitation de resorts haut de gamme ainsi que le développement des synergies”.

Créé en France en 1950, le Club Méditerranée est l’inventeur du concept des vacances tout compris. Il souhaite “faire de la Chine son deuxième marché dans les cinq ans à venir. La France constitue pour l’instant son premier marché.

Selon les études récentes, le nombre de voyages domestiques effectués en Chine en 2009 a atteint le chiffre de 1,9 milliard et ce chiffre continuera de croître à l’avenir avec un taux de croissance à deux chiffres.

“Le nombre croissant de touristes chnois voyageant dans le monde représentera de réelles opportunités pour l’ensemble des villages du Club Med”, note le communiqué.

Le Club Med a décidé de consolider sa présence dans les resorts haut de gamme et doit ouvrir cinq villages d’ici 2015. En novembre prochain, il ouvrira son prmeier village de ski, à Yabuli, la plus importante station de ski dans le nord-est de la Chine.

Dans le communiqué, “Fosun s’engage à soutenir la stratégie de développement du Club Med visant à ourir cinq nouveaux villages en Chine d’ici 2015”.

“A moyen terme, les deux entreprises collaboreront afin d’identifier des opportunités d’ouverture de nouveaux villages, soit par le lancement de nouveaux projets, soit par la reprise d’établissements existants haut de gamme”, précise le communiqué.

“L’Asie représente un atout majeur de la réalisation de la mise en oeuvre de la stratégie (mondiale du Club Med)… la Chine y jouera un rôle prpondérant”, a indiqué le PDG du Club Med, Henri Giscard d’Estaing, dans le communiqué.

“Le partenariat avec Fosun permettra d’écrire une nouvelle de l’histoire du Club Med”, a commenté Henri Giscard d’Estaing.

Ce parternariat “est partaitement en ligne avec la stratégie de Fosun visant à investir dans des secteurs porteurs pour l’économie chinoise”, a dit pour sa part Guo Guangchang, président de Fosun.

“Fosun soutiendra la startégie mondiale du Club Med et tirera profit des opportunités de développement offertes par la Chine”, a- t-il ajouté.

Côté à la bourse de Paris depuis 1966, le Club Méditerranée exploite 80 villages de vacances dans 40 pays et a accueilli 1,2 million de clients en 2009. Son chiffres d’affaires annuel est de plus de 1,3 millards d’euros.

Le Groupe Fosun a été fondé en 1992 à Shanghai. Fosun International, la société mère du groupe, a fait son entrée à la Bourse de Hongkong en 2007. Fosun possède des participations dans divers secteurs (immobilier, commerce de détail, services, pharmacie, exploitation minière, etc.). Son chiffre d’affaires annuel dépasse 35 milliards de yuans RMB (4,22 milliards d’euros).

Lancement des activités de l’Union sénégalaise des associations d’amitié avec la Chine

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

L’Union sénégalaise des associations d’amitié avec la Chine (USAAC) a lancé officiellement samedi à Dakar ses activités, a constaté un journaliste de Xinhua.

Devant une centaine de Sénégalais venus de différentes localités du pays et sous la présence du premier secrétaire de l’ ambassade de Chine à Dakar et du premier vice-président de l’ Assemblée nationale du Sénégal, Iba Der Thiam, l’USAAC a décliné ses ambitions.

Selon son président, Souleymane Diagne, ancien étudiant sénégalais en Chine, l’option de l’USAAC est de “dynamiser les relations” sino-africaines.

“Le modèle de coopération proposé par la Chine est respectueux des grandes principes fondateurs d’une coopération internationale authentique, celle fondée sur le respect mutuel, la non ingérence dans les affaires intérieures des Etats et l’objectif d’un partenariat qui donne un sens au co-développement”, a expliqué M. Diagne.

Il a poursuivi que l’USAAC entend développer les relations sino- sénégalaises en “termes nouveaux”.

“Elle (l’USAAC) s’active à construire une nouvelle dynamique de coopération à partir de la base, c’est-à-dire à partir des grandes préoccupations de nos populations et à travers des besoins des différents secteurs d’activités”, a indiqué Souleymane Diagne.

Il par ailleurs précisé que son association “s’appliquera à faire connaître la Chine aux Sénégalais et à faire connaître les Sénégalais aux Chinois”.

Prenant la parole, le vice-président de l’Assemblée nationale Iba Der Thiam, historien de profession, est revenu sur le dynamisme de la Chine sur le plan mondial.

“Le centre de gravité se déplace de l’Europe vers l’Asie. Depuis 1978, la Chine est en train de traverser une renaissance. En un quart de siècle, elle a dépassé l’Angleterre. Le continent a raison de chercher à coopérer avec la Chine”, a affirmé le parlementaire sénégalais.

Pour lui, la Chine a toujours soutenu les peuples africains pendant la colonisation.

La Chine devant le Japon sur le marché publicitaire

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

La Chine va dépasser le Japon pour devenir le 2ème marché mondial de la publicité d’ici 5 ans, selon une étude présentée mardi à Hong Kong.

Le marché chinois de la publicité va connaître une forte croissance tandis que le Japon, deuxième marché mondial derrière les Etats-Unis, connaît une stagnation, relève l’étude annuelle du cabinet d’audit international PricewaterhouseCoopers sur le secteur des médias et des loisirs.

La Chine dépassera également le Japon sur le marché des jeux vidéo d’ici à 2012, selon l’étude qui prévoit que l’industrie des jeux vidéo sera quatre fois plus importante que celle de la musique dans la région Asie-Pacifique en 2014.

« Traditionnellement en Asie, le Japon faisait figure de géant », a indiqué Marcel Fenez, responsable du cabinet. « Mais le marché japonais de la publicité a été récemment soit stable, soit légèrement en hausse, ou en baisse. Même si je ne dirai pas que c’est inévitable, la Chine est partie pour surpasser le Japon ».

« Le moteur de la croissance de la Chine, c’est le marché intérieur. Il y a une demande du consommateur pour du contenu high-tech. Le fait que le marché soit difficile pour les (sociétés) étrangères ne ralentit pas la croissance », ajoute M. Fenez.

Principale particularité du marché Asie-Pacifique, et seule région où cela est constaté, tous les secteurs sont en hausse, même ceux des journaux et des magazines qui connaissent des croissances de 10% dans certains pays, comme l’Inde.

Le secteur spécifique des jeux vidéo, qui, dans la région, a représenté un chiffre d’affaires de 19,4 milliards en 2009, « atteindra 40 milliards de dollars en 2014?.

Le chiffre d’affaires global du secteur (édition, télévision, internet, casinos, parcs de loisirs, spectacles sportifs, films, musique, radio), qui s’est élevé à 1.300 milliards de dollars américains en 2009, atteindra 1.700 milliards en 2014, selon l’étude.

Le premier marché mondial, l’Amérique du Nord, en ralentissement, a crû de 3,9% en 2009 à 460 milliards de dollars et s’élèvera à 558 milliards en 2014, toujours selon l’étude.

Un actionnaire chinois au Club Med

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

Financièrement stable, le voyagiste compte sur l’appui de son nouvel actionnaire chinois pour générer du volume dans l’Empire du Milieu.

Enfin un actionnaire de premier plan et stable. Cela faisait cinq ans, depuis sa prise de fonctions, qu’Henri Giscard d’Estaing, PDG du Club Med, en rêvait. C’est aujourd’hui chose faite. Fosun, un conglomérat chinois présent dans de nombreux secteurs d’activité comme l’immobilier, le commerce de détail ou encore la pharmacie, vient de prendre 7,1% du capital du voyagiste.

Sa participation pourrait aller jusqu’à 10% à terme, et faire de lui son premier actionnaire de référence. Tout un symbole à l’heure où l’enseigne au trident vise 200.000 gentils membres originaires de l’Empire du Milieu d’ici à 2015. Soit plus d’un tiers des 560.000 clients enregistrés durant la saison d’hiver 2010. Pour cela, la société compte notamment ouvrir cinq nouveaux villages dans cette zone au cours des cinq prochaines années.

Le Club Med ouvrira en novembre prochain son premier village en Chine. L’accord a été signé la nuit dernière avec les autorités locales. Ce village sera situé à Yabuli, la plus grande station de ski du pays, dans la province de Heilongjiang (ex-Mandchourie), au nord-est de Pékin. Le voyagiste français y a racheté sur place un hotel de luxe tout neuf, n’ayant pratiquement jamais fonctionné, qu’il va aménager pour le mettre à ses normes.
Le Club Med n’a jamais fait mystère de ses ambitions en Chine, où il compte ouvrir quatre autres villages haut de gamme (4 et 5 Tridents) d’ici à 2015. Le groupe compte ainsi décupler sa clientèle chinoise, passant de 20 000 clients actuellement à 200 000 dans cinq ans, et même en faire son deuxième marché après la France ! Yabuli sera cependant aussi accessible aux visiteurs français, et figurera sur les prochains catalogues hiver de la marque.

On l’aura compris. A mesure qu’il évoluera, ce nouveau partenariat stratégique générera du volume de l’autre côté de la Grande Muraille. D’abord, parce que ce type d’offres de villages y est presque inexistant.
Mais aussi parce qu’en gagnant en visibilité, le Club Med pourra plus facilement attirer une clientèle chinoise partout ailleurs.
Toujours est-il qu’après avoir abaissé son point mort de 18 millions d’euros au premier semestre, le groupe dispose d’une structure de frais fixes mieux adaptée à son activité et gagne enfin de l’argent.
Sachant que tout euro supplémentaire de revenus est susceptible d’entraîner un fort levier sur les résultats. Dans cette optique, il est fort à parier que l’action reconstitue progressivement sa décote par rapport aux niveaux de fonds propres par titre, qui avoisinent les 20 euros.

Des experts chinois reprochent à Google de politiser les règles commerciales

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

Des experts chinois en matière de commerce et d’Internet ont critiqué Google pour avoir déclaré que les restrictions imposées à Internet en Chine étaient des barrières commerciales, estimant que c’était un moyen pour Google de se politiser.

Malgré la fin de la censure sur son moteur de recherche en chinois, Google.cn, et de la réorientation des internautes de la partie continentale de Chine vers son site de Hong Kong, Google essaie autre chose pour défier la réglementation d’Internet en Chine, ont indiqué des experts.

D’après le professeur Zheng Yongnian, doyen de la faculté de l’Asie de l’Est de l’Université nationale de Singapour, la tentative de Google de lier la réglementation d’Internet à des barrières commerciales est apparemment une question économique, mais en réalité, elle défie les affaires intérieures de la Chine.

Google “se politise” de nouveau après avoir accusé en janvier la Chine de tolérer l’attaque de pirates, a indiqué Zheng Yongnian.

Un haut responsable de Google a révélé ce mois-ci que sa compagnie avait travaillé avec des fonctionnaires américains et européens pour faire valoir devant l’Organisation mondiale du commerce que la censure d’Internet est une barrière commerciale, espérant que cela pourrait aider les entreprises américaines de technologies à gagner des parts de marché en Chine.

Google veut démontrer que la “censure” réduit les pages de recherche, ce qui limite la capacité du pays de bénéficier d’un environnement équitable pour le commerce, Google ne pouvant opérer sur un pied d’égalité en Chine avec des concurrents tels que Baidu, explique Robert Boorstin, directeur de la communication interne et publique de Google.

“L’administration d’Internet en Chine n’est pas un système de politiques commerciales ; ce sont des politiques intérieures basées sur les lois et les règlements chinois. Même l’OMC ne peut pas intervenir là-dedans”, a déclaré Tu Xinquan, vice-président du Centre de recherches sur l’OMC de l’Université d’économie et commerce international, basée à Beijing.

D’après lui, la Chine traite les entreprises d’Internet nationales et étrangères de la même façon, et Google n’atteindra pas son objectif en vertu des règles anti-discrimination de l’OMC.

Les activités variées domineront le forum de Xiamen entre les deux rives du détroit de Taiwan

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

Plus de 10 000 habitants de Taiwan devraient traverser le détroit de Taiwan à partir de ce week-end pour la deuxième édition d’un forum d’une semaine qui rassemble les participants de la partie continentale et de Taïwan et commence ce samedi dans la ville de Xiamen, dans la province du Fujian (est), estiment les organisateurs.

Ce forum annuel entre les deux rives du détroit de Taiwan se caractérise par 25 activités variées comme des discussions détendues et des spectacles qui remplacent les dialogues officiels et les négociations politiques dominant les autres grandes rencontres entre la partie continentale de Chine et Taiwan.

Parmi les participants venus de Taiwan, figurera la vice-présidente du parti au pouvoir à Taiwan, le Kuomintang, Huang Ming-hui, le président du Nouveau Parti, Yok Mu-ming, le secrétaire général du People First Party (PFP, Parti du Peuple d’abord), Chin Ching-sheng, et le président du Non-partisan Solidarity Union, Lin Pin-kuan, a révélé Lin Weiguo, un responsable de la province du Fujian chargé des affaires de Taiwan.

Celui-ci a précisé qu’environ 80% des participants de Taiwan cette année n’avaient pas de responsabilités publiques et que plus de 60% provenaient du centre ou du sud de Taiwan.

Des célébrités des deux rives du détroit de Taiwan présenteront des numéros lors d’un grand gala organisé samedi soir après une courte cérémonie d’ouverture.

Sous le thème “Priorité aux conditions de vie, un bénéfice pour les deux rives du détroit”, le forum permettra à des habitants des deux rives de discuter, entre autres, de la coopération dans les domaines de l’agriculture, du tourisme, des opérations bancaires, des investissements, de l’édition et de la conservation du folklore, ont expliqué les organisateurs. Les participants pourront même participer en commun à des offices religieux célébrant leurs ancêtres communs, les divinités et les personnages légendaires vénérés sur les deux rives du détroit de Taiwan.

“Le forum couvre une large série de sujets et il est devenu un événement vraiment enrichissant”, a indiqué vendredi le président du Nouveau Parti Yok Mu-ming à l’Agence de Xinhua (Chine Nouvelle).

Cette manifestation va permettre d’élargir et d’approfondir les échanges entre la partie continentale de Chine et Taiwan, a-t-il affirmé.

Xiamen, une ville côtière de 2,52 millions habitants a été un point de tension entre les deux rives dans les années 50 et 60, après que le Kuomintang eut perdu la guerre civile contre le Parti communiste chinois.

Les échanges à travers le détroit de Taiwan se sont réchauffés après que le Kuomintang, conduit par une nouvelle génération de dirigeants, soit revenu au pouvoir lors des élections de 2008, mettant fin à huit ans de domination du Parti démocrate progressif qui était sécessionniste.

Chine : augmentation des profits des entreprises d’Etat sous le contrôle du gouvernement central

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

Les profits des entreprises d’Etat directement administrées par le gouvernement central ont totalisé 421,32 milliards de yuans (61,9 milliards de dollars) de janvier à mai, en hausse de 76 % sur une base annuelle, a déclaré vendredi la Commission de Contrôle et de Gestion des biens publics (State-owned Assets Supervision and Administration Commission, SASAC).

Selon les statistiques publiées sur le site Internet de la commission, l’augmentation des profits a ralenti par rapport aux 87 % de croissance des quatre premiers mois de l’année.

D’après la commission, l’augmentation des profits cette année est due au bas niveau de comparaison de l’année dernière, quand les entreprises d’Etat étaient frappées de plein fouet par la récession économique mondiale.

Les revenus des ventes des entreprises d’Etat ont atteint 6 270 milliards de yuans sur les cinq premiers mois de l’année, en hausse de près de 50 % sur un an.

La Chine compte 126 entreprises d’Etat directement administrées par le gouvernement central sous le contrôle de la SASAC.

La Chine réexamine ses mesures anti-dumping sur les importations d’hydrate d’hydrazine

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

La Chine a commencé à réétudier les mesures anti-dumping qu’elle avait imposées en 2005 sur les importations d’hydrate d’hydrazine en provenance du Japon, de Corée du Sud, des Etats-Unis et de France, a déclaré jeudi le ministère du Commerce.

Le ministère va examiner la possibilité d’une poursuite de ces mesures en cas de dumping toujours existant, a confirmé le ministère dans un communiqué paru sur son site Internet.

Les producteurs d’hydrate d’hydrazine chinois ont soumis une demande de réexamen des mesures anti-dumping le 16 avril, souligne le communiqué, ajoutant que ce réexamen durerait 12 mois.

En juin 2005, le ministère a relevé les droits de douane sur les importations d’hydrate d’hydrazine en provenance des quatre pays sus-mentionnés pour les porter de 28 % à 184 % pendant une période de cinq ans.

L’hydrate d’hydrazine est une matière première chimique largement utilisée dans la production de pesticides, de médicaments, de teintures, de carburants de fusées et d’explosifs.

La Coupe du monde de foot bat des records d’audience en Chine

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

En Chine, le décalage horaire qui programme la retransmission des matchs à des heures tardives n’entame pas l’entrain des fans de la Coupe du Monde.

Selon les statistiques de la FIFA, plus de 34 millions de chinois ont visionné le match d’ouverture tenu le 11 juin entre l’Afrique du Sud et le Mexique, soit 16% de l’audience nationale totale.

Record encore battu pour le match Grèce-Corée du Sud où 24 millions de Chinois ont suivi le jeu retransmis sur CCTV5, la chaîne de sport de la télévision nationale.

Les Chinois jouent leur Coupe du monde sur internet

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

L’équipe chinoise n’a pas réussi à se qualifier pour la Coupe du Monde en Afrique du Sud. Cela n’empêche pas des milliers de Chinois d’y participer à leur manière, en pariant sur internet.

L’équipe de Chine de football A en juger au nombre d’écrans de télévision qui parsèment les trottoirs de la capitale, ni l’absence d’une équipe nationale en Coupe du monde ni la retransmission des matchs à des heures tardives ne semblent entamer l’enthousiasme des Chinois pour l’événement sportif. Une qui ferveur comporte une facette moins visible : le succès des paris en ligne.

Au lendemain du coup d’envoi de la Coupe du monde, la police avait déjà démantelé 740 affaires de jeux d’argent sur internet, arrêté plus de 3600 suspects et confisqué 700 millions de yuans (environ 70 millions d’euros) misés sur les matchs de Coupe du monde, rapporte l’agence de presse chinoise Chine Nouvelle.

Les jeux d’argent ont beau être strictement interdits depuis la naissance de la République populaire en 1949, l’attrait pour ce péché demeure tenace, nourri par l’espoir de gains rapides et faciles. Le principe est souvent le même : après avoir déposé une somme sur un compte bancaire, les intéressés reçoivent un identifiant. Ensuite, libres à eux de parier sur le résultat du match, les buteurs, le moment où un but va être marqué ou qui va prendre un carton rouge.

Lors de la précédente Coupe du monde en Allemagne, la population avait misé près de 50 milliards d’euros en ligne, l’équivalent de 2% du PIB chinois, selon l’hebdomadaire chinois Titan Sports.

Cette année, les autorités semblent s’être préparées. Le ministère de la Sécurité publique a annoncé récemment que la police à tous les échelons surveillerait de près l’activité des jeux d’argent sur la toile et promis de sévères sanctions contre les fautifs, rapporte Chine Nouvelle.

Pour autant, les autorités ne perdent pas une occasion de pointer la responsabilité d’organisations criminelles étrangères, accusées d’infiltrer le pays. “Presque tous les profits s’en vont à l’étranger, ce qui représente des dizaines de millions de yuans à chaque fois”, une fuite de capital “capable de menacer l’économie nationale”, s’indigne ainsi Zhu Entao, un officiel du ministère de la Sécurité publique.

L’argument est commode mais le milieu du football chinois n ‘est pas blanc comme neige. En novembre dernier, la police a démantelé un vaste réseau qui, tout en organisant des paris sur internet, arrosait généreusement joueurs et entraîneurs pour s’assurer du résultat des matchs. Au total, 21 hauts responsables de la Fédération chinoise de football, dont son président et ses deux vice-présidents, ont été arrêtés et plus de 100 individus ont été entendus comme suspects.

Depuis que la police s’est lancée dans une grande campagne pour éradiquer ce “cancer” du sport, plusieurs histoires retentissantes ont agrémenté la presse ces derniers mois. Affaires de corruption qui ne sont d’ailleurs pas étrangères aux piètres performances de l’équipe nationale de football, selon les commentateurs locaux.

Le pari n’est pas gagné pour la police. Aujourd’hui encore, des centaines de sites de paris en ligne sont accessibles sur la toile.
?

« Précédent Suivant »