Chine : les IDE en augmentation dans les secteurs non financiers

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

La Chine a enregistré un total de 114,4 milliards de dollars d’investissements directs à l’étranger (IDE) dans les secteurs non financiers au cours des quatre premiers mois de l’année 2010, a annoncé lundi le ministère chinois du Commerce.

Le plus grand magasin Ikea en Asie ouvrira à Shenyang

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

Malgré la crise financière internationale, le groupe Ikea n’a pas ralenti son plan de développement en Chine. Ikea Shenyang aura une surface bâtie de presque 116 000 mètres carrés, avec 47 000 mètres carrés de surface d’exposition.

Xinjiang : La prairie de Hami couverte de neige en été

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

Les 15 et 16 mai, une vague de froid a provoqué de fortes chutes de neige dans la prairie de Hami du Xinjiang. Certaines régions ont subi d’importantes tempêtes de neige.

L’objectif chinois de réduction des émissions de CO2 confronté à des difficultés

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

La Chine est en train d’effectuer une révolution dans le domaine de la réduction des émissions de CO2, dans le cadre de ses objectifs de réduction de la consommation énergétique pris au sommet de Copenhague. Cependant, le coût d’une telle opération est immense, environ 70 % des technologies étant importées.

Selon le Rapport sur le développement humain de Chine 2010 – vers un avenir du développement durable pour une économie et une société à faibles émissions, publié par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Beijing, le pays nécessite le soutien d’une soixantaine de technologies au moins afin de réaliser son objectif. Parmi ces technologies clés, la Chine n’en possède qu’une dizaine et les 70 % restants dépendent de l’importation.

D’après le rédacteur principal de ce rapport et le vice-président de l’Institut pour l’environnement de l’Université du Peuple chinois Zou Ji, en 2050, le prix de revient de l’investissement pour la réduction des émissions occupera 6 % du PIB. En 2009, la Chine a investi 34,6 milliards de dollars dans le secteur de l’énergie non polluante, se classant ainsi au premier rang mondial. Les États-Unis sont derrière elle avec 18,6 milliards de dollars.

” Les pays en développement n’auraient pas transmis ou vendu de technologies à leur concurrent, la Chine. En raison notamment de la haute capacité de production des entreprises chinoises, ils ne lui vendent que les équipements concernés “, a estimé Shi Pengfei, vice-directeur du Comité professionnel de l’éolien sous l’égide de l’Association de l’énergie renouvelable de Chine.

Plusieurs experts ont déclaré que la Chine devrait développer indépendamment ses technologies à faibles émissions.

Des taxis électriques sur les routes de Shenzhen

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

Quarante taxis fonctionnant uniquement à l’électricité, les premiers de la Chine, prendront officiellement la route lundi à Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud).

Qingdao : Ouverture de la 4e exposition de l’industrie écologique en juillet

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

La 4e exposition internationale de l’industrie écologique aura lieu du 3 au 5 juillet à Qingdao, dans la province du Shandong. De nouveaux produits et technologies écologiques touchant à la vie du peuple, tels que des bâtiments écologiques et des moyens de transport à faible consommation en énergie, seront présentés à cette occasion.

La 4e exposition internationale écologique comprend trois parties : le forum supérieur de la construction écologique du Shandong, la foire internationale de l’industrie verte, ainsi que la cérémonie de signature des contrats écologiques. C’est ce qu’a indiqué Xi Gang, vice-directeur du bureau de l’Environnement de la province du Shandong, lors d’une conférence de presse.

La salle d’exposition de la vie écologique sera l’un des points forts de cette 4e session. Elle se divise en cinq parties : les matériaux de construction, les moyens de transport, l’électroménager, les familles et l’alimentation. Les produits exposés cette année visent ainsi à présenter l’économie énergétique au niveau des individus, ainsi que les nouveaux produits et technologies écologiques.

Le thème de cette exposition est ” Fabrication, consommation et vie vertes “. L’évènement est organisé sous l’égide du gouvernement de la province du Shandong, du bureau de l’Environnement du Shandong et de la municipalité de Qingdao.

Selon les statistiques du bureau de l’Environnement du Shandong, ces dernières années, les besoins en protection environnementale de la province ont atteint les 70 milliards de yuans par an. Depuis 2004, trois expositions écologiques internationales se sont déjà déroulées au Shandong, rassemblant 1 944 entreprises en provenance de 24 pays et régions, telles que les États-Unis, la Russie et la France. En outre, 5 894 accords ont été conclus.

L’économie circulaire dans un district pauvre du Sud de la Chine

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

Depuis 2002, Zhu Liucai, commerçant originaire du Zhejiang, a arpenté le Sichuan, le Yunnan et le Guizhou à la recherche du lieu idéal pour construire une cimenterie respectueuse de l’environnement. Et au bout de trois longues années, le regard de monsieur Zhu s’est arrêté sur des ruines du district de Puding à Anshun, dans le Guizhou. Avec des cendres volantes et du gypse de désulfuration entassés sur des kilomètres, Zhu Liucai a flairé la grande richesse de ce lieu.

« Ces déchets industriels polluent une grande superficie de terrain, et de plus la centrale qui les a émis devrait débourser de grosses sommes d’argent pour les traiter et mieux contrôler ses émissions polluantes. Mais, moi, ces déchets font ma fortune ! », a expliqué Zhu Liucai.

Région montagneuse, rareté des terres cultivables, population nombreuse… Puding est classé parmi les districts les plus pauvres au niveau national. Mais pour lutter contre cette infortune, le district développe depuis 2005 l’économie circulaire.

De la centrale électrique à l’économie circulaire

L’économie circulaire, ou économie du recyclage, propose de réintroduire dans le cycle de production d’un produit les déchets, industriels ou ménagers, d’un composant d’un produit similaire arrivé en fin de vie, ou des résidus de fabrication. L’économie circulaire propose de substituer au modèle linéaire classique « Ressources, Produit, Emissions polluantes », le processus rétroactif « Ressources, Produit, Réutilisation des ressources ».

En fait, les premiers développements de l’économie circulaire à Puding sont le fruit d’une coïncidence. En 1992, la Commission du Plan d’Etat a décidé d’investir trois milliards de yuans pour la construction d’une centrale électrique à Anshun, afin de pallier les difficultés d’approvisionnement en électricité des provinces du Guangdong et du Guangxi. Les travaux ont démarré en avril 1996, et les deux groupes électrogènes furent installés respectivement en 1998 et 1999.

« La centrale électrique d’Anshun produit une grande quantité de résidus solides, liquides, et gazeux, tels que des cendres volantes, des déchets gazeux et des eaux usées. Tous ces déchets industriels ont fortement détérioré l’environnement de Puding. Nous étions face au mur », a évoqué Wu Jun.

En 2004, Wu Jun, vice-chef du canton de Maguan de l’époque, a convaincu une briqueterie fonctionnant principalement à partir de cendres volantes d’investir à Maguan. « Fort de cette expérience, nous avons réfléchi à la possibilité d’installer des cimenteries et des briqueterie à proximité de la centrale électrique afin de recycler les déchets industriels. »

En octobre 2006, Wu Jun, alors directeur du Bureau pour le développement et la réforme de Puding, a officiellement demandé d’établir à Puding une base industrielle de l’économie circulaire. Un peu plus tard, la Commission provinciale pour le développement et la réforme a débloqué 150 000 yuans de fonds. Avec ce maigre capital, la base industrielle de l’économie circulaire est entrée dans sa phase de planification.

En mars 2009, Wu Jun a été nommé directeur adjoint de la base industrielle de l’économie circulaire de Puding. Sa principale mission consiste à attirer les investissements. « Nous avons mis en place un système spécial afin d’attirer les entreprises respectueuses de l’environnement. Parfois, nous devons faire six allers et retours entre Puding et Guiyang afin de s’occuper des formalités ». Mais les efforts de Wu Jun n’ont pas été vains, car la base industrielle se développe rapidement.

Les leviers de l’économie circulaire

« Les ressources naturelles, telles que le charbon, l’eau et l’électricité, et le transport sont des facteurs cruciaux en matière de développement de l’économie circulaire. Et en la matière, Puding n’est pas dépourvu de qualités », s’est réjouit Wu Jun. Le district et ses régions limitrophes, comme la zone spéciale de Liuzhi et le district de Zhijin sont riches en mines de charbon. Les réserves prouvées du nord d’Anshun sont de 1,7 milliard de tonnes. Ainsi, ces réserves garantissent le fonctionnement à long terme et l’élévation de capacité de la centrale électrique d’Anshun.

La base industrielle de Puding se situe à 25 km du lac Yelang, un réservoir de 400 millions de m². Un réseau transportant 150 000 m² d’eau par jour a déjà été établi. Avec la future construction de l’ouvrage hydraulique, l’approvisionnement de l’eau sera plus pratique.

Installations électriques et situation géographique idéale constituent également deux leviers importants de l’économie circulaire. La centrale électrique d’Anshun, avec sa capacité de 1,2 million de kW, se classe au rang moyen au niveau national, garantit les besoins de la base industrielle de l’économie circulaire. Aux environs de Puding, deux gares fonctionnent déjà, et une troisième est en projet. Avec le réseau routier desservant les villes et cantons proches, la circulation de Puding est pratique.

L’économie circulaire, un modèle « gagnant-gagnant »

En décembre 2009, la cimenterie de Chaoyu, dans laquelle Zhu Liucai a investi 250 millions de yuans, a été mise en service. Grâce à la coopération avec la centrale électrique d’Anshun, les deux entreprises sont gagnantes. « Nous exploitons gratuitement les cendres volantes émises par la centrale. Et parallèlement, pour chaque tonne de cendre que nous consommons, la centrale économise entre 20 et 30 yuans. Sur une année, nous lui faisons gagner plus de 10 millions de yuans », a exprimé monsieur Zhu.

Actuellement, la cimenterie de Chaoyu produit chaque année 1,1 million de tonnes de ciment, en consommant 500 000 tonnes de cendres volantes, et 60 000 tonnes de gypse de désulfuration. « La centrale électrique émet 2 000 tonnes de cendres volantes par jour, pendant que ma cimenterie en consomme 1 600 tonnes. Lorsque nous aurons achevé la deuxième unité, nous serons en mesure d’absorber la totalité des rejets quotidiens de la centrale ».

Douze entreprises sont installées sur la base industrielle de Puding, et plus d’une vingtaine y réfléchissent. Hormis la cimenterie Chaoyu, les autres entreprises, comme Jinming ou Tongxin, fonctionnent aussi à partir de déchets tels que les cendres volantes, du bois, ou de la paille.

L’avenir de l’économie circulaire de Puding

Pour le moment, dans la zone industrielle de Puding se sont installées plusieurs entreprises de production de matériaux de construction, alimentées par des déchets de la centrale électrique. Ceci constitue un premier pas. Le plan prévoit de boucler d’autres chaînes circulaires à l’avenir.

Afin d’attirer davantage d’entreprises vertes, le district de Puding réfléchit à la mise en place d’une politique ‘terrains gratuits’. « Nous souhaiterions acheter des terrains à crédit, et les transférer gratuitement aux entreprises dont le développement est conforme à notre vision. Le gouvernement peut récupérer son investissement grâce aux bénéfices réalisés sur l’eau et l’électricité », a expliqué Wu Jun.

Avec la prochaine mise en service du complexe hydraulique de Qianzhong situées à 15 km de la base de Puding, le prix de l’eau sera très peu élevé pour la base industrielle. Le gouvernement espère le revendre aux entreprises implantées sur la base industrielle afin de gagner de l’argent. De plus, le même procédé pourrait être utilisé, la centrale électrique d’Anshun étant également située sur la base. « Selon nos évaluations, le gouvernement récupèrera son investissement dans 15 ans, grâce à la fourniture d’eau et d’électricité. Ainsi, la politique ‘terrains gratuits’ est favorable pour attirer les entreprises vertes, et permet de réaliser des bénéfices à long terme. »

Sortie de terre en à peine trois ans, la base industrielle de l’économie circulaire a permis des améliorations notables dans le district de Puding : en 2009, les recettes annuelles s’élevaient à 300 millions de yuans, dont 60% issus de la base. L’avenir demeure incertain, mais d’après Wu Jun, les conditions naturelles de la région ne favorisent pas le développement de l’agriculture. Ainsi, l’industrialisation circulaire représente une alternative idéale pour offrir un avenir meilleur à la population du district.

Le groupe français Suez renforce ses opérations sur le marché de Chongqing

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

La coopération entre le groupe français Suez et le groupe de gestion des eaux de la municipalité de Chongqing s’approfondit dans plusieurs domaines, tels que l’approvisionnement en eau, ainsi que le traitement des eaux usées pour les particuliers et les industries.

Charles Chaumin, président de Suez Environnement Asie et membre du Comité exécutif, se déclare confiant dans l’avenir du marché du traitement des eaux usées industrielles de Chongqing en raison de sa taille et de la rapidité de son développement économique, notamment dans la zone chimique et industrielle de Changshou (signifiant longévité), où se sont installées plus de 90 entreprises. Son objectif est de devenir une zone chimique et industrielle multifonction en rassemblant des industries de gaz naturel, de pétrole, de biologie, de raffinage, ainsi que de nouveaux matériaux. En outre, la compagnie BASF, l’une des 500 entreprises les plus puissantes au monde, y a également établi un bureau. On prévoit ainsi un immense marché dans les domaines du traitement des eaux d’approvisionnement industriel et des eaux usées.

À mesure que se développe l’économie de Chongqing, de plus en plus de projets de traitement de l’eau usée intéresseront également le groupe Suez. Ce dernier est prêt à coopérer avec la municipalité de Chongqing sur les programmes concernés, a souligné M. Chaumin.

En tant que géant du traitement de l’eau et l’une des entreprises les plus puissantes au monde, pourquoi Suez a-t-elle choisi de pénétrer le marché de Chongqing ?

Selon un analyste, la raison principale est due à la bonne prospective dans le marché de l’eau. Le groupe de gestion de l’eau de Chongqing est coté cette année à la Bourse de Shanghai et est qualifié d’entreprise la plus puissante de la région ouest du pays. La société possède 54 % du marché de l’approvisionnement en eau à Chongqing et 96 % du marché du traitement des eaux usées.

” Cette coopération montre que la relation entre les deux groupes va de l’avant. Avec la mise en service des projets, les revenus du groupe Suez augmenteront encore davantage “, a conclu M. Chaumin.

Ouverture d’un parc de réserve humide à Tianjin

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

Le parc humide écologique du Lac Yanwang, s’étendant sur 2,7 hectares dans la réserve de protection naturelle de Dahuangbao de la zone Wuqing à Tianjin, est ouvert au public depuis le 1er mai.

Beijing : Il n’y a plus de terrain pour enterrer des déchets

Ajouté au 24/05/2010 par SHI Lei

Le 10 mai, l’Administration de l’urbanisme de Beijing a annoncé la mise en chantier de la centrale d’incinération des déchets de Nangong, chargée du traitement des déchets urbains de la région sud de la capitale.

« Précédent Suivant »