Le marché chinois de l’immobilier inondé par des capitaux étrangers

Ajouté au 03/12/2010 par SHI Lei

Un nombre croissant d’investisseurs institutionnels étrangers déferlent sur le marché chinois de l’immobilier en prenant part au stade du développement, attirés par les hauts retours sur investissement du secteur et les solides bases économiques du pays.

Des statistiques en provenance du Ministère du Commerce, publiées mardi, ont montré qu’un total de 114 sociétés immobilières à capitaux étrangers ont été enregistrées en novembre, soit pour le lancement d’une nouvelle entreprise, soit pour apporter des capitaux supplémentaires à une société déjà existante. Ces chiffres sont 2,71 fois supérieurs à ceux du mois d’octobre, témoignant de la façon dont les investisseurs étrangers ont accéléré leur rythme d’entrée sur le marché chinois de l’immobilier.

Dans le même temps, la plupart des entreprises sont localisées dans des villes chinoises de deuxième et troisième plan. « Il y a toujours de bonnes opportunités d’investissement dans les villes plus petites en Chine, et les investisseurs étrangers essaient de diversifier leurs catégories et destinations d’investissement afin de limiter les risques », a dit Carby Xie, directeur de la recherche et de la consultation pour la Chine du Nord chez Colliers International.

Pour les dix premiers mois de cette année, l’utilisation de capitaux étrangers dans le secteur de l’immobilier a augmenté de 48,04% par rapport à la même période de 2009. En octobre, le chiffre a atteint 8,7 milliards de Dollars US.

Grant Ji, directeur du département investissement du fournisseur de services en immobilier Savills (Beijing), a dit que l’intérêt grandissant des investisseurs étrangers pour le marché chinois de l’immobilier est motivé par l’espoir de bénéfices élevés et un marché comparativement stable.

« Le retour moyen sur investissement dans le développement d’un projet résidentiel en Chine peut atteindre 25%, soit beaucoup plus que les ventes par tranches, qui offrent en général aux investisseurs un revenu inférieur à 10% à l’heure actuelle », a dit M. Ji.

De son côté, Moody’s Investor Service a annoncé mardi que ses prévisions pour le marché chinois de l’immobilier étaient stables, bien qu’une correction des prix, modérément orientée à la baisse, soit attendue durant l’année 2011.

De plus, la Chine n’a jusqu’à présent imposé aucune restriction à la participation des institutions étrangères au stade du développement des opérations immobilières. « D’une part, l’argent qui arrive au stade du développement ne devrait pas être considéré comme des ‘capitaux spéculatifs’ en quête de retours rapides. Et d’une autre part, construire davantage contribuera à renforcer l’offre et à alléger la pression sur de futures hausses des prix de l’immobilier », a ajouté M. Ji.

Le Ministre du Logement et du Développement Urbain-Rural et l’Administration d’Etat des Changes ont publié une note ce mois-ci, exposant brièvement les règles permettant aux ressortissants étrangers vivant en Chine d’acheter un seul logement pour leur propre usage, et autorisant aussi les institutions étrangères à acheter des propriétés commerciales pour leur propre usage, mais seulement dans la ville où elles ont leurs activités. Les entreprises étrangères dont l’activité principale est l’investissement ne sont pas concernées par ces règles.