Les véhicules à motorisation électrique en Chine

Ajouté au 17/11/2010 par SHI Lei

Cet événement a réuni près de 60 personnes avec des représentants de grands groupes comme Renault, PSA, Schneider et Orange. Il a été suivi par une délégation française d’une vingtaine de personne, menée par Ubifrance, dans le cadre d’une mission partenariale des pôles de compétitivité Automobile en Chine. Cette délégation est composé de 4 représentants des pôles LUTB, ID4Car, MOV’EO et le pôle Véhicule du Futur et d’une vingtaine d’entreprise.

La Chine, devenue aujourd’hui le premier marché automobile mondial, est directement passée d’une recherche axée sur les véhicules conventionnels à une recherche axée sur les véhicules hybrides et électriques en faisant « l’économie » de l’étape sur les moteurs thermiques à carburants alternatifs, de type diesel.

Dans un contexte marqué par plusieurs évènements d’envergure (Mondial de l’automobile à Paris, symposium EVS 25 à Shenzhen, salon sur les infrastructures de recharge à Pékin), cette réunion a permis d’avoir un moment d’échange privilégié autour de deux thématiques importantes liées au développement du véhicule électrique en Chine : d’une part la gestion de la connexion au réseau national (State grid) et d’autre part le développement de la solution du véhicule électrique en Chine.

Le contexte

La Chine est très avancée dans l’utilisation des batteries au lithium, avec de nombreuses applications (vélos électriques, téléphones et ordinateurs portables). Elle s’interroge néanmoins sur l’utilisation de technologies moins coûteuses. La Chine est encore en phase de réflexion concernant les infrastructures de recharge et le traitement des batteries usagées et est demandeuse en la matière de conseils auprès d’experts étrangers, s’agissant notamment du contexte réglementaire susceptible d’encadrer et d’accompagner les grandes évolutions du secteur.

Les enjeux de la coopération de la France avec la Chine

L’importance accordée par la France et la Chine au développement des véhicules électriques et hybrides, en particulier dans le développement des batteries, crée des proximités qui sont autant d’opportunités d’échanges et de partenariats. Un accord cadre de coopération dans le domaine des véhicules à motorisation électrique a été signé le 1er février 2007 entre le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de la République Française et le Ministère de la Science et de la Technologie de la République Populaire de Chine (MOST). Il s’inscrit dans le cadre de la volonté de coopération de la France et de la Chine pour lutter contre le changement climatique.