L’UE devrait développer une vision stratégique sur le rôle croissant de l’Asie

Ajouté au 12/10/2010 par SHI Lei

L’Union européenne doit développer une vision stratégique centrale qui se penche sur les différentes façons à travers lesquelles l’Asie, avec son rôle et sa confiance en soi de plus en plus importants, influence l’Europe, a indiqué une expert européenne avant l’ouverture, la semaine prochaine à Bruxelles en Belgique, d’un sommet multilatéral.

Le 8e sommet de la Réunion Asie-Europe (ASEM, Asia-Europe Meeting), une plateforme informelle pour le dialogue lancée en 1996, rassemblera les dirigeants asiatiques et européens les 4 et 5 octobre à Bruxelles pour discuter des sujets mondiaux et régionaux.

Comme les gouvernements s’efforcent de stimuler la croissance et d’assurer le redressement économique, les dirigeants asiatiques et européens devraient envoyer un message de solidarité tout aussi fort lors du 8e sommet de l’ASEM.

“L’ASEM offre une opportunité d’empêcher l’Asie et l’Europe de se dériver l’une et de l’autre”, a indiqué à l’agence de presse Xinhua Shada Islam, une expert du Centre de la politique européenne, basé à Bruxelles.

Les participants à la réunion publieront une déclaration sur les efforts d’améliorer la gouvernance économique mondiale, de promouvoir le développement durable, de lutter contre le réchauffement climatique de la planète et d’accomplir les objectifs concernant l’aide au développement, ainsi que sur les engagements de renforcer la coopération pour la paix et la sécurité mondiale.

“A une époque avec des changements rapides et des incertitudes prompues par le changement des structures de puissances mondiales, les participants à l’ASEM doivent passer des paroles aux actes”, a souligné Mme Islam, ajoutant que les dirigeants européens pourraient profiter de la réunion pour injecter un nouveau dynamisme dans les relations Aise-Europe.

“Aucun des principaux défis de l’Europe ne peut être réglé avec succès sans un engagement plus étroit avec l’Asie”, a-t-elle souligné.

A son avis, l’Europe a besoin d’une Asie qui devient un acteur mondial puissant, tandis que les pays asiatiques ont besoin des marchés, des investissements et des technologies européens pour maintenir leur taux de croissance élevé et leur développement stable.

La réunion est également une opportunité pour l’Europe et l’Asie de mener des consultations sur les préparatifs pour le sommet du G20, prévu les 11 et 12 novembre à Séoul en Corée du Sud, et à discuter des avancées connues dans les négociations sur le changement climatique avant la conférence de Cancun en décembre.

“Bien qu’elles soient en désaccord sur de nombreuses questions, les deux régions ont besoin l’une de l’autre et sont interdépendantes”, a commenté Mme Islam.