Unions sino-françaises : difficile de dépasser la barrière de la langue

Ajouté au 29/09/2010 par SHI Lei

« Les mariages entre Chinois et Français sont extrêmement courants », affirme Cui Yun, un Chinois originaire de la province du Shandong, qui gère un restaurant avec son beau-frère français Vincent à Beijing.

« Le Français est amical, il ne distingue pas les Asiatiques des autres. On dit que les Français aiment la notion de fraternité. Mais dans les mariages transnationaux, ils rencontrent un défi : il leur est difficile de dépasser la barrière de la langue », poursuit-il.

En Chine, on rencontre souvent des couples mixtes qui ont du mal à trouver l’harmonie, surtout ceux qui font connaissance sur Internet. Imaginez : un couple dîne au restaurant, incapable de parler en raison de la barrière linguistique. Le sourire devient le seul vecteur de communication de toute la soirée.

Selon Julien, un Français domicilié à Nanning dans le Guangxi (sud-ouest de Chine), « la langue est un problème majeur des alliances sino-françaises. Si les deux maîtrisent l’anglais, le couple parvient à exprimer ses sentiments, et les deux personnes peuvent se comprendre et s’entendre de mieux en mieux ».

Julian a épousé une belle jeune femme chinoise. « J’ai commencé à m’intéresser à la culture chinoise très tôt et ma capacité d’adaptation est bonne. De plus, mon épouse est une femme de bon sens, notre relation est très harmonieuse ». Néanmoins, sur le sujet du mariage transnational, les époux reconnaissent que le bonheur des couples est loin d’être acquis d’avance.

« De nombreux Occidentaux ont le désir de trouver une femme vertueuse et sage en Asie, mais ils négligent souvent les différences culturelles et les obstacles sont parfois durs à surmonter », explique Julien.

« C’est difficile », admet Cui Yun. « Les divergences sont partout : la langue, les habitudes de vie, les repas et l’éducation. Les couples ne découvrent ces divergences qu’en vivant ensemble pendant quelque temps. Les contradictions quotidiennes provoqueront, tôt ou tard, une tension entre les deux parties ».

La France est l’un des pays qui enregistrent le plus de mariages transnationaux au monde. Entre 1996 et 2006, le nombre d’unions entre Français et étrangers a doublé. En France, un couple sur six est mixte. En prenant en compte les 50 000 couples qui s’enregistrent outre-mer, la proportion peut atteindre un tiers.

« Les Français voient une ligne claire entre bon et mauvais, et ils insistent souvent sur la validité de leur point de vue. Si l’on veut aboutir à un accord, il faut avoir prendre le temps de se connaître et s’imprégner des deux cultures différentes », analyse Cui Yun.