La confiance mutuelle dans les relations sino-UE soulignée

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Yang Jiechi, a indiqué dimanche à Vienne que la confiance, le soutien et la coopération étendue étaient nécessaires dans le développement des relations entre la Chine et l’Union européenne.

M. Yang a tenu ces propos lors d’un entretien avec son homologue autrichien Michael Spindelegger, durant lequel ils ont échangé des points de vue sur les relations sino-européennes.

La Chine et l’Union européenne, soit le plus grand pays en développement et le plus important bloc de pays développés du monde, constituent également deux des plus importantes économies du monde, a indiqué M. Yang, actuellement en visite en Autriche. Les deux parties n’ont jamais eu de conflit d’intérêt fondamental, et n’ont pas de querelle historique en suspens, et elles partagent d’énormes intérêts communs dans le traitement du changement climatique global, dans les efforts destinés à faire progresser l’économie mondiale vers une reprise rapide et dans l’amélioration de la gestion globale, a indiqué M. Yang.

La Chine et l’Europe jouent un rôle important dans la promotion de la paix et du développement mondiaux, a ajouté le ministre chinois.

La Chine et l’Europe sont actuellement dans leur propre phase de développement vitale. Avec une situation témoignant de changements profonds et de défis mondiaux de toutes sortes en constante complication, les relations entre la Chine et l’Europe nécessitent une confiance mutuelle, du soutien et une coopération étendue, a-t-il souligné.

La Chine attache une grande importance au développement du partenariat stratégique global avec l’UE et est disposée à déployer des efforts conjoints avec l’UE dans trois secteurs afin de promouvoir le partenariat, a déclaré M. Yang.

Premièrement, maintenir les visites et contacts de haut niveau, en renforçant la confiance politique mutuelle.

Deuxièmement, renforcer la communication entre Parlements, partis et peuples, en consolidant l’opinion publique et la base sociale dans le développement des relations sino-UE.

Troisièmement, faire progresser globalement la coopération pragmatique, particulièrement dans les domaines du commerce, des hautes et des nouvelles technologies, de l’économie verte, en oeuvrant de concert pour lutter contre le protectionnisme commercial, dans le but de parvenir à une situation mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant.

La 13e réunion entre les dirigeants chinois et de l’UE, envisagée par les deux parties et prévue pour octobre, constitue une opportunité importante pour définir les futures relations sino-UE, a indiqué M. Yang, ajoutant que la Chine aimerait renforcer la communication de l’UE, pour que la réunion débouche sur des résultats positifs.

M. Spindelegger a indiqué pour sa part que l’Autriche était disposée à jouer un rôle actif dans le renforcement du développement des relations sino-UE.