La Chine va s’ouvrir davantage aux sociétés étrangères

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

Les inquiétudes selon lesquelles la Chine mettrait des bâtons dans les roues des entreprises étrangères sont déplacées, a dit le Ministre chinois du Commerce Chen Deming, dans un article publié lundi.

« En fait, la Chine va s’ouvrir davantage dans le futur », a écrit M. Chen dans un article d’opinion du Financial Times.

Des groupes européens et américains se sont plaints en particulier du caractère imprévisible des lois chinoises, du favoritisme envers leurs concurrents locaux dans des domaines comme les marchés publics et de la médiocre protection des droits de propriété intellectuelle.

Les patrons des multinationales allemandes BASF et Siemens, en visite en Chine, ont fait part de certaines de leurs inquiétudes lors d’une rencontre récente avec le Premier Ministre Wen Jiabao.

M. Chen s’est félicité des technologies avancées et du savoir-faire commercial qu’une vague d’investissements étrangers a apportés en Chine, faisant également remarquer que, depuis le mois d’avril, les sociétés étrangères en quête d’accréditations pour des « produits d’innovation » bénéficient des mêmes règles d’origine que les entreprises chinoises.

« Sortant de la crise, la Chine doit maintenant travailler pour moderniser ses propres industries dans des domaines comme les produits de haut de gamme, et les biens et services liés à l’environnement. Pour y arriver, la Chine souhaite faire un meilleur usage des connaissances et de l’expertise des multinationales », a dit M. Chen.

Le fabricant d’automobiles allemand Daimler AG, qui a établi une co-entreprise en Chine afin de développer la prochaine génération de véhicules électriques est un des exemples de la façon dont les investissements étrangers peuvent apporter de l’aide.

« L’économie du monde est à une étape cruciale de sa restructuration. Comme la Chine travaille avec les autres pour faire avancer la reprise mondiale, de fabuleuses opportunités vont s’ouvrir aux sociétés étrangères. La Chine reste ouverte aux affaires, et le reste du monde pourra en profiter », a-t-il dit.