Chine : lacune dans la traduction des livres

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

En plus de la différence culturelle, la traduction est aussi un facteur important pour l’exportation de livres chinois. Lors d’une récente conférence de promotion, la demande s’est révélée très importante pour des livres chinois bien traduits, en littérature et en sciences sociales.

Lors de la 6e conférence de promotion des livres chinois, les participants ont appelé à une traduction de meilleure qualité. Les problèmes qui se présentent : mauvais usage de langue, traduction trop littérale résultant en une accumulation de mots qui ne veulent rien dire, ou même des contresens. La qualité de la traduction devrait s’améliorer notamment pour les oeuvres littéraires et les ouvrages de sciences sociales.

Guo Guang

Directeur

Maison d’Edition des Jeunes de Chine

Londre

“En plus d’une bonne maîtrise de la langue et des techniques de traduction, un bon traducteur doit aussi avoir une solide connaissance de la culture du pays ciblé, et aussi des connaissances professionnelles nécessaires pour la traduction. Nous avons un grand besoin de bons traducteurs.”

La plupart des traducteurs chinois travaillent en free-lance. Des livres mal traduits sont sortis en raison d’une absence de qualification. Les mauvaises traductions ne sont pas seulement un problème de perte d’information, les lecteurs étrangers n’achèteront pas des livres qu’ils ne peuvent pas comprendre.

Selon certains experts, un système de formation doit être établi pour le travail de traduction. Il y aura des normes et des règlements, et une équipe de talents fiable. La traduction est l’un des point clés pour l’exportation de livres chinois.