Thierry Mathou, Consul général de France à Shanghai : « L’Expo est l’occasion de renforcer l’amitié franco-chinoise »

Ajouté au 12/07/2010 par SHI Lei

A la veille de l’inauguration de l’Exposition universelle, notre envoyé spécial a pu s’entretenir avec M. Thierry Mathou, Consul général de France à Shanghai.

M. Mathou confirme que la préparation française pour l’événement a été un long travail riche en défis. « C’est le point d’aboutissement d’au moins 3 ans de travail […]. Nous avons voulu avoir une participation à la fois à la hauteur de nos ambitions et de nos attentes ». Souhaitant améliorer la visibilité de la France à Shanghai, le consulat a participé à l’établissement d’un programme varié, qui sera également l’occasion de renforcer les coopérations existantes.

Les préparatifs français sont à présent ciblés sur l’arrivée à Shanghai demain du président Nicolas Sarkozy, qui assistera à la cérémonie d’ouverture, comme il l’avait fait pour les Jeux olympiques de Beijing il y a deux ans. Selon M. Sarkozy, cet événement illustre combien « la Chine est présente et importante sur la scène internationale ». Il s’agit de sa quatrième visite depuis son élection, et de sa deuxième visite d’État. « C’est à la fois pour montrer l’importance profonde de la relation bilatérale franco-chinoise, mais également de manière concrète le souhait de la France de s’investir aux côtés de la Chine dans ces grands événements, et en particulier l’Exposition universelle avec le thème qui est le sien du développement durable en milieu urbain », affirme le Consul général.

Il est difficile de prévoir exactement combien de visiteurs français se rendront à Shanghai pour l’Expo, mais le nombre sera certainement impressionnant. M. Mathou nous explique qu’environ 100 000 Français visitent Shanghai chaque année, et que les estimations officielles sont équivalentes à ce nombre pour les six mois de l’Exposition universelle. « Il était très important pour la France que le pavillon puisse accueillir le plus grand nombre possible de visiteurs, non seulement français, mais surtout chinois. […] Nous avons conçu un circuit continu très simple d’accès, qui pourra accueillir 6 000 ou 8 000 visiteurs par heure, voire plus ». Les nouveaux arrivants à Shanghai peuvent en outre s’orienter grâce au guide bilingue anglais-français réalisé en partenariat avec la Jeune chambre économique française, intitulé Le Petit Milu.

Interrogé sur les défis présentés par la construction du pavillon français, le Consul général estime que l’élément inoubliable pour lui sera « le grand enthousiasme des Français qui travaillent ici à préparer cet événement. Les travaux du pavillon ont commencé à l’hiver 2008, je m’y suis rendu chaque semaine depuis deux ans ». À présent, « le pavillon est terminé, il est magnifique », confie-t-il.

Le pavillon France est aussi connu sous le nom de « pavillon des sens et des savoirs ». La France a en effet souhaité donner une grande place à la science et à l’innovation dans sa présentation. « Ce sera une occasion de parler des traditions et de la culture, mais aussi de la science et de la technologie ». Côté culturel, la France a choisi comme journée nationale à l’Expo non pas le 14 juillet mais le 21 juin, la Fête de la Musique. Inventée au début des années quatre-vingt et adoptée depuis par plus de 350 villes dans une centaine de pays, elle invite les mélomanes professionnels et amateurs à accueillir l’été en fanfare. « Nous avons choisi ce jour pour apporter, pour offrir ce concept à la ville de Shanghai. Le 21 juin, il y aura de nombreux événements musicaux sur le site et dans toute la ville ».

La volonté de la France pour cette Exposition universelle est de rester très présente. M. Mathou évoque une « programmation exceptionnelle, pour tous les goûts et pour tous les publics ». Les entreprises françaises en Chine sont bien sûr impliquées dans le projet. « Les entreprises françaises, notamment les grandes entreprises implantées en Chine depuis très longtemps, ont été les premières à soutenir la candidature de la ville à l’Expo. Il était important pour elles que la Shanghai accueille cet événement. Il y a beaucoup d’entreprises françaises qui ont participé au pavillon, à son financement, comme GDF Suez, L’Oréal, Dassault, ou LVMH, pour ne citer que quelques exemples. Les entreprises françaises sont très mobilisées pour l’Expo, et je ne doute pas que le bénéfice sera partagé par tous ». Certaines entreprises sont en outre directement partenaires du site, notamment L’Oréal et Veolia.

Avant tout, la coopération est le mot-clé du programme français. « L’Exposition universelle est d’abord un grand événement pour la Chine et pour Shanghai, mais c’est aussi pour nous une nouvelle illustration de l’amitié et de la coopération franco-chinoise ». Les 18 et 19 juin auront lieu les troisièmes Rencontres de la coopération décentralisée franco-chinoise à Nanjing, la capitale de la province du Jiangsu, dans laquelle la présence française est également coordonnée par le consulat de Shanghai. « Il y a plus d’une centaine de liens de coopération décentralisée entre la Chine et la France, des jumelages sous toutes leurs formes. La plupart du temps, ce sont des coopérations extrêmement concrètes, très proches des citoyens, notamment pour les PME dans le domaine économique, dans le domaine académique avec des échanges entre lycées ou dans le domaine culturel ». M. Mathou mentionne la « coopération exemplaire entre la région Rhône-Alpes et la municipalité de Shanghai », et souligne que trois régions françaises auront leur propre pavillon dans la Zone de meilleure pratique urbaine, l’Île-de-France, l’Alsace et la région Rhône-Alpes.

Spécialiste de la région himalayenne et fréquent visiteur du Tibet depuis vingt-cinq ans, Thierry Mathou remarque que le thème de l’Expo 2010 « Meilleure ville, meilleure vie » peut également s’appliquer à cette région majoritairement rurale. « Le Tibet est une région où la protection de l’environnement est essentielle, avec les grands espaces du plateau Qinghai-Tibet, des endroits superbes avec une grande biodiversité. C’est sur le plateau Qinghai-Tibet que la plupart des grands fleuves, non seulement de Chine mais de toute l’Asie, prennent leur source. À ce titre, le patrimoine naturel du Tibet est un patrimoine universel, que nous devons tous préserver. La Chine est un pays avec de nombreux groupes ethniques, et le développement durable passe aussi par la valorisation des cultures locales, c’est un point extrêmement important. On voit aujourd’hui une évolution et une mobilité de la population de la campagne vers les villes. Ce qui peut être fait pour que cette évolution soit harmonieuse et équilibrée dans le respect de l’environnement et de la culture tibétaine est très important ».