Le PCC approuve un plan de réforme de l’éducation

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a approuvé lundi un plan de réforme de l’éducation pour les dix prochaines années, visant à davantage d’investissements et une allocation plus équitable des ressources dans le secteur de l’éducation.

Présidée par le secrétaire général du Comité central du PCC Hu Jintao, la réunion du bureau politique a approuvé la version finale du Plan national de réforme et de développement de l’éducation à court et moyen terme pour la période 2010-2020.

Le bureau politique, l’organe suprême du PCC pour les prises de décision, a indiqué dans un communiqué que l’éducation était une cause fondamentale pour la renaissance de la Chine et le progrès social.

La Chine a établi le plus grand système éducatif du monde entier depuis la fondation de la République populaire, ce qui garantit le droit à l’éducation pour des millions de Chinois, indique le communiqué.

Le gouvernement chinois considère l’équité vis à vis de l’éducation comme une politique de base, et accroît les investissements de l’éducation dans les régions rurales, éloignées et ethniques, poursuivit le document.

Selon le plan, les investissements du gouvernement augmenteront graduellement pour soutenir ce secteur, le taux des dépenses en termes de PIB (produit intérieur brut) sera de 4% d’ici 2012.

En 2008, le taux s’est élevé à 3,48 %, contre une moyenne internationale de 4,5 %.

Le plan, publié fin février pour l’examen public, doit donner le ton pour le développement du secteur de l’éducation en Chine, qui a souffert pendant longtemps d’un manque de fonds et du développement déséquilibré entre les régions rurales et urbaines.

Le plan estime que donner aux élèves un accès équitable à un enseignement de qualité sera une mesure fondamentale, avec davantage de ressources de l’éducation publique accordées aux régions rurales, sous-développées et ethniques.

Les réformes vont également encourager les organisations privées et individuelles à jouer un rôle plus important dans le système éducatif, souligne le communiqué.

Le plan a pris un an et neuf mois pour être élaboré, pendant lesquels le public a été invité à deux reprises à donner son avis.