Des experts chinois reprochent à Google de politiser les règles commerciales

Ajouté au 21/06/2010 par SHI Lei

Des experts chinois en matière de commerce et d’Internet ont critiqué Google pour avoir déclaré que les restrictions imposées à Internet en Chine étaient des barrières commerciales, estimant que c’était un moyen pour Google de se politiser.

Malgré la fin de la censure sur son moteur de recherche en chinois, Google.cn, et de la réorientation des internautes de la partie continentale de Chine vers son site de Hong Kong, Google essaie autre chose pour défier la réglementation d’Internet en Chine, ont indiqué des experts.

D’après le professeur Zheng Yongnian, doyen de la faculté de l’Asie de l’Est de l’Université nationale de Singapour, la tentative de Google de lier la réglementation d’Internet à des barrières commerciales est apparemment une question économique, mais en réalité, elle défie les affaires intérieures de la Chine.

Google “se politise” de nouveau après avoir accusé en janvier la Chine de tolérer l’attaque de pirates, a indiqué Zheng Yongnian.

Un haut responsable de Google a révélé ce mois-ci que sa compagnie avait travaillé avec des fonctionnaires américains et européens pour faire valoir devant l’Organisation mondiale du commerce que la censure d’Internet est une barrière commerciale, espérant que cela pourrait aider les entreprises américaines de technologies à gagner des parts de marché en Chine.

Google veut démontrer que la “censure” réduit les pages de recherche, ce qui limite la capacité du pays de bénéficier d’un environnement équitable pour le commerce, Google ne pouvant opérer sur un pied d’égalité en Chine avec des concurrents tels que Baidu, explique Robert Boorstin, directeur de la communication interne et publique de Google.

“L’administration d’Internet en Chine n’est pas un système de politiques commerciales ; ce sont des politiques intérieures basées sur les lois et les règlements chinois. Même l’OMC ne peut pas intervenir là-dedans”, a déclaré Tu Xinquan, vice-président du Centre de recherches sur l’OMC de l’Université d’économie et commerce international, basée à Beijing.

D’après lui, la Chine traite les entreprises d’Internet nationales et étrangères de la même façon, et Google n’atteindra pas son objectif en vertu des règles anti-discrimination de l’OMC.