Mondial 2010 : les commerçants d’origine chinoise se démènent pour saisir les opportunités qui leur sont offertes

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

La Coupe du monde de la FIFA 2010 vient de s’ouvrir le 11 juin à Johannesburg, en Afrique du Sud et trente deux équipes nationales de football rivaliseront de force durant tout un mois pour essayer d’arracher le trophée. Que ce soit l’équipe espagnole qui essayera de s’emparer pour la première fois de « Jules Rimet Cup », que ce soit l’équipe brésilienne qui tentera de se faire sacrer championne du monde pour la sixième fois ou bien que ce soit l’apparition d’un « dark horse » qui brise le monopole, de toute façon ce sont les « mordus du football » qui perdent leur temps en assistant sur place aux matchs ou bien en demeurant immobile devant la télé les yeux rivés sur l’écran. Il est certain que parmi eux il y a un grand nombre de jeunes fanatiques d’origine chinoise, ce qui pousse les commerçants d’origine chinoise dispersés dans le monde entier à se démener et à se torturer l’esprit pour trouver des opportunités commerciales leur permettant de gagner encore plus d’argent et de réaliser de gros profits.

Des propriétaires de boutiques et de bars pleins de zèle et de ferveur pour le football créent la meilleure ambiance et condition possible pour attirer leurs clients également fervents et fanatiques de ce sport.

Le quotidien américain « Sing Tao Daily » rapporte qu’à New York, presque tous les bars, les restaurants, les boutiques et même les locaux d’organisations te de groupements ont fait depuis longtemps des préparatifs en vue de profiter de la Coupe du monde de Football pour attirer le plus possible de clients. La plaque accrochée au-dessus de la porte d’entrée du snack-bar « Arrêt Hong Kong », qui se trouve dans le quartier chinois, a été remplacée il y a déjà plusieurs jours par une autre portant une affiche et un programme horaire en anglais sur les matchs qui auront lieu en Afrique du Sud. A l’intérieur de la salle sont installés deux téléviseurs à cristaux liquides et à large écran qui ne cesse de diffuser différents programmes sportifs.

Le patron Li Zifeng a déclaré qu’il est fou du football et qu’au début de son arrivée à New York il y a quelques années il lui a fallu chercher partout un endroit pour voir les matchs des précédentes coupes, alors qu’ayant pu trouver un bar disposant de la télé, il a été arrêté tout net par la cherté de la consommation obligatoire de boisson et d’alcool. Maintenant qu’il est lui-même propriétaire, ce qu’il désire le plus c’est tout naturellement de créer un bon environnement pouvant apportant tout le bonheur à ses clients en leur permettant de passer de très bons moments tout en savourant le charme et les délices de leur sport préféré. Etant donné qu’il avait fait ses études supérieures en Angleterre, il est alors tout à fait naturel qu’il soutient toujours l’équipe britannique qu’il considère comme l’une des meilleures du monde et il espère qu’elle pourra cette fois-ci remporter le trophée.

Pour attirer les clients et pour faire de bonnes affaires, certains magasins et boutiques tenus par les Chinois changent de noms et diffusent sans cesse les émissions sur les matchs.

Au Canada, vu que les habitants d’origine chinoise, et surtout les immigrés venus de Hong Kong, ont une préférence marquée pour le football, c’est pourquoi à la veille de l’ouverture en Afrique du Sud de la Coupe du monde 2010 de Football, à Toronto, nombreux sont les magasins et les boutiques tenus par des commerçants d’origine chinoise ainsi que les restaurants, les brasseries et les snack-bars dont les patrons sont venus de Hong Kong qui ont fait des préparatifs ou pris des arrangements spéciaux pour accueillir cette grande fête du monde de football.

Dans la zone touristique de Richmond Hill, Zheng Yongdong, patron du restaurant Helihuo qui se trouve tout près de la Place urbaine, a dit que pour accroître encore plus l’ambiance de fête et pour attirer davantage de clients, il a pris des dispositions pour augmenter le nombre des téléviseurs installés dans la salle et a embelli celle-ci avec des décorations liées avec la « Coupe du monde », y compris les drapeaux officiels du pays organisateur de la Coupe Mondiale (l’Afrique du Sud) et des trente et un autres pays qui participent à la présente Coupe, les drapeaux des pays qui avaient été champion du monde, dont le Brésil, l’Argentine, la France et autres, l’imitation de « Jules Rimet Cup », … etc. En dehors de cela, la salle est pavoisée de petits drapeaux des trente-deux pays participant au présent Mondial. Il a ajouté que pour approfondir l’intérêt des clients pour cette grande manifestation sportive qui se tient pour la première fois en Afrique, le restaurant fournira à titre gratuit, pendant toute la durée du Mondial, des aliments et des boissons qui portent les noms des stars internationales du football, ce qui permettra aux clients, tout en jouissant de ces aliments et de ces boissons, d’avoir l’impression qu’ils participent personnellement à la grande fête et de sentir la saveur de la « Coupe mondiale ».

Dans la plupart des grands magasins tenus par des Chinois, il sera diffusé toujours en direct les matchs de la Coupe et les boutiquiers d’origine chinoise ont décidé de retarder l’heure de fermeture de leur boutique. A cet effet, ils ont fait des préparatifs pour accroître leurs stocks de marchandises et pour engager de nouvelles recrues. Ils ont une idée fixe dans leur tête, c’est de satisfaire au maximum les besoins de leurs clients et d’augmenter en même temps leurs profits et leurs bénéfices.

Les « Chinatown » semblent calmes et tranquilles et les habitants d’origine chinoise continuent à vaquer à leurs occupations ordinaires pendant toute la durée de la Coupe du monde.

Le jour même de l’ouverture en Afrique du Sud de l’événement grandiose qui passionne et électrise les fans du football du monde entier, comparé à allégresse générale, à la joie débordante et au vacarme tonitruante qui remplissent tout ce pays, les quartiers chinois semblent parfaitement calme et tranquille et on ne voit aucune trace de cette coupe, ni une seule affiche publicitaire.

Selon le « Quotidien de Guangzhou », les habitants d’origine chinoise des « Chinatown » en Afrique du Sud ne montrent aucun intérêt pour la coupe en question et ne pensent pas se déplacer sur place pour assister à des matchs. Certains affirment même qu’il n’est pas sûr qu’ils ne la voient en direct chez eux à la télé. Monsieur Mao, qui est le patron d’une boutique de fleurs et de cadeaux et qui vit dans ce pays il y a déjà une dizaine d’années, en parlant de la Coupe du monde, il avoue franchement qu’elle l’intéresse beaucoup et qu’il regarde chaque match chez lui, mais qu’il ne pense pas aller sur place pour assister aux matchs. Il a donné les explications suivantes : d’un côté, la plupart des habitants de la communauté chinoise sont des commerçants ou bien des hommes d’affaires, ils ont chacun son travail à accomplir qui ne souffre pas de retard ; de l’autre côté, et c’est la principale raison, la plupart des lieux de matchs se trouvent tout près des quartiers pauvres où habitent des noirs dénués de tout et qui sont prêt à tout tenter pour subvenir à leurs besoins. Dans les cas où le match a lieu le soir et qu’il y a embouteillage, les Chinois deviendront leurs principaux cibles et seront alors des victimes qui leur serviront de pâture.

D’autre part, si par hasard il se produit des actes terroristes ou bien l’équipe sud-africaine serait éliminée dès les premiers tours, et les fans du football auront une réaction violente. « J’ai tout particulièrement peur de la défaite de celle-ci, car ces derniers causeront immédiatement des incidents et se livreront à toutes sorts d’actes de violence et de vandalisme : pillage, mise à sac des boutiques et des magasins, incendie de bâtiments et de voitures, … etc. Dans ce cas-là, je ne crains plus seulement pour mon commerce, mais surtout pour ma vie et celle de mes proches qui ne seront peut-être pas épargnés. »