Les Entreprises Chinoises Souffrent de l’Augmentation du Coût de la Main d’Œuvre

Ajouté au 18/06/2010 par SHI Lei

L’annonce de l’augmentation des salaires dans les usines de Foxconn et Honda en Chine du Sud la semaine dernière marque le début d’une nouvelle ère  dans l’histoire du « Made In China ». Au début des années 1990, la Chine a connu un tournant radical. Elle est passée du statut de société fermée, principalement agraire, à celui de véritable puissance économique. La nation est devenue l’usine du monde, et des millions de paysans ont afflué vers le Sud de la Chine, lieu stratégique de production. Près de 20 ans plus tard, l’histoire n’est plus la même.

Le boom économique chinois a sorti des millions de personnes de la pauvreté au cours des 20 dernières années. Les villes côtières comme Shenzhen ont littéralement jailli du néant, offrant une main-d’œuvre immigrée capable de construire des produits de grande consommation, jouets comme téléviseurs, à moindre coût. Mais la progression du niveau de vie en Chine, liée à plusieurs décennies de croissance économique, remet maintenant en question le profit des fabricants à l’export basés sur le territoire chinois.

Comme la Chine continue d’augmenter le taux du salaire minimum et les charges sociales dans tout le pays, et que les travailleurs à la chaîne – souvent mieux éduqués que la génération précédente – exercent une pression plus forte pour obtenir un meilleur salaire, de plus en plus de fabricants (vendant à des étrangers ou dont l’entreprise est partiellement détenue par des étrangers) y voient une menace et parfois même la fin de leurs activités.

Avec le risque que la valeur du RMB continue son ascension sur le Dollar, les vendeurs de produits ou services en Chine et pas seulement ceux liés au commerce d’exportation, devront modifier leur modèle d’entreprise s’ils souhaitent tirer profit de cette économie en pleine mutation. Des usines de Dongguan aux restaurants et hôtels de Shanghai, l’histoire est partout la même: les employés potentiels sont de plus en plus difficiles à trouver. Les entreprises qui autrefois s’appuyaient sur une main-d’œuvre bon marché pour augmenter leur marge devront désormais modifier le taux de rotation de celle-ci. Le temps de la main d’œuvre chinoise disponible à faible coût est révolu.

Beaucoup d’entre eux, ayant pressenti le phénomène avant même la crise financière, ont commencé à déplacer leur activité hors des frontières, cherchant des lieux et des gouvernements propices aux entreprises comme le Vietnam et d’autres pays d’Asie du Sud-Est où les coûts restent bas. D’autres ont délocalisé vers les régions intérieures de la Chine, profitant des campagnes de développement de la Chine intérieure et de la Chine de l’Ouest : « Go Inland » et « Go West » .

Avec l’extinction progressive de la production bon-marché destinée à l’export en Chine, les entreprises, tant étrangères que nationales, devront réévaluer leurs modèles de production. Dans certains cas, cela signifierait la délocalisation des lignes de production pour réduire les coûts. Dans d’autres cas, et en particulier pour les entreprises du secteur des services, cela implique de réévaluer les pratiques d’emploi et la rétention des employés.

Le passage de la vente depuis la Chine à la vente à la Chine, pour beaucoup, devra être fait sans tarder si ce n’est pas déjà le cas, car dans le futur, une chose va en bouleverser de nombreuses autres : l’augmentation du salaire du travailleur chinois, et avec elle l’augmentation de son pouvoir d’achat.