Quelles sont les répercussions sur la Chine de la crise de dettes en Europe ?

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

Comment la crise d’endettement en Europe va-t-elle s’étendre et se développer ? L’European Central Bank (ECB) a publié le 31 mai dernier un rapport d’estimation qui indique que la crise de la dette en Europe a tendance de s’étendre petit à petit. Bref, l’évolution de la crise d’endettement peut continuer à se présenter sous les quatre aspects suivants : le premier, rétablissement de l’ordre et recouvrement de la confiance ; le deuxième, avance trébuchante et irrésolution hésitante et vacillante ; le troisième, agitation sociale qui cause de profondes blessures à la société ; et le quatrième, refus de payer les dettes et l’effondrement de l’euro. On pense en général que le deuxième aspect sera le plus probable.

Il est improbable que cette crise produise des effets sur l’économie mondiale qui l’amène à faire une nouvelle chute au fond, mais elle est défavorable aux exportations chinoises.

La crise de l’endettement de certains pays européens pourra-t-elle affecter la croissance économique de la Chine ?

Sur le plan macroéconomique, il faut d’abord voir si cette crise s’étendra aux Etats-Unis et même jusqu’au monde entier. A l’heure actuelle, le marché financier européen est confronté à d’assez grands risques. Les données établies montrent que le secteur bancaire allemand a accordé à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal et à l’Italie des sommes énormes dont le montant s’élève à 650 milliards de dollars US. Des institutions bancaires américaines détiennent des dettes européennes dont le montant global se chiffre à quelques 1.200 milliards de dollars US. Par ailleurs, selon les statistiques établies par l’ECB, les créances douteuses contractées cette année par les banques des pays de la Zone euro sont près d’atteindre cette année 123 milliards d’euros, alors qu’il est prévu que leur montant atteindra 105 milliards d’euro l’année prochaine, ce qui montre que les Etats-Unis et l’Europe sont assis au-dessus d’un « cratère de volcan ».

Cependant, la plupart des économistes pensent que malgré le degré de gravité de la présente crise de dettes en Europe dépasse les prévisions et que les effets de suite de la crise continueront à « fermenter continuellement », toutefois comme on a pris à temps les mesures pour faire face à elle et pour la combattre, il y a peu de possibilité qu’elle pourrait produire sur l’économie mondiale des effets qui pourraient l’entraîner uns fois de plus au fond. Pourvu que le courant du redressement peu à peu de l’économie mondiale persiste et demeure inchangé, l’économie chinoise continuera alors à y profiter.

Sur le plan microéconomique, la crise des dettes en Europe est effectivement défavorable aux exportations chinoises. La baisse de l’euro entraîne la réévaluation du renminbi (monnaie chinoise) face à l’euro et avec la récession du marché européen, cela diminuera certainement les exportations chinoises vers l’Europe. Selon les statistiques établies, le volume commercial bilatéral entre la Chine et l’Europe a atteint 364,1 milliards de dollars US en 2009, dont 236,28 milliards pour les exportations chinoises en Europe, soit 19,7% du volume global des exportations chinoises. Selon les estimations de spécialistes, les exportations chinoises en Europe diminueront peut-être de 6% à 7%. Mais, même dans ce cas-là, la situation du commerce extérieur chinois ne sera pas en-dessous de celle de l’année dernière, alors qu’il est prévu que ses exportations de toute l’année connaîtront une croissance de 15% environ.

En ce qui concerne les entreprises, il y a des répercussions positives et des répercussions négatives sur elles. Compte tenu de la dévaluation de l’euro, de la baisse de la valeur des actifs européens, de la concurrence de plus en plus acharnée sur les marchés, ainsi que des difficultés d’exploitation pour les entreprises, il existe alors plus d’opportunités pour les entreprises chinoises qui désirent procéder à la fusion-acquisition d’entreprises européennes. Mais de l’autre côté, pour les entreprises chinoises installées à l’étranger, elles rencontreront dans leur exploitation encore plus de difficultés, dont financement des projets en cours d’exécution, obligation de prolonger ou de réduire le délai de réalisation, … etc.