Les frictions entre Visa et China Unionpay vont coûter aux consommateurs

Ajouté au 07/06/2010 par SHI Lei

Visa a annoncé jeudi qu’à partir du 1er août prochain, elle allait empêcher les banques du réseau chinois Unionpay de régler les transactions internationales avec les cartes portant le double logo Visa et Unionpay.

Selon des informations publiées dans la presse, les institutions membres du réseau China Unionpay pourraient être lourdement pénalisées par Visa si elles passaient outre.

Pour sa part, China Unionpay a indiqué mercredi à l’agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle) que personne n’avait le droit de limiter les modes de paiement qu’utilisent les détenteurs de cartes bancaires.

Aux termes des règles de Visa, celui qui utilise une carte portant les logos Visa et Unionpay hors de la partie continentale chinoise, doit payer à chaque achat un ou deux pourcents de frais de transfert de devises.

Le bureau de Visa à Beijing, a expliqué à l’agence Xinhua que ces réglementations ne sont pas nouvelles et son entreprise ne voulait que les souligner.

China Unionpay, le seul émetteur gestionnaire de cartes bancaires de Chine, a connu une augmentation rapide de sa présence à l’étranger depuis sa création il y a sept ans. La carte Unionpay est acceptée aujourd’hui dans plus de 90 pays et régions du monde.

D’après un rapport de la Banque populaire de Chine (banque centrale), les banques chinoises ont émis 175 millions de cartes de crédit en septembre 2009, et 33% peuvent utiliser le système Visa.

Les voyageurs chinois ont dépensé 42 milliards de dollars à l’étranger en 2009, selon l’Académie de Tourisme de l’Administration nationale du Tourisme.

Pour Guo Tianyong, professeur de l’Université centrale des Finances et de l’Economie, les disputes entre Visa et China Unionpay ne font que refléter la concurrence acharnée qui existe entre les deux émetteurs gestionnaires de cartes bancaires sur le marché intérieur chinois et à l’étranger.

Son point de vue est partagé par Zhong Wei, un économiste de l’Université normale de Beijing. Selon ce dernier, Visa cache la vraie raison de sa décision. “En fait, la décision de Visa vise à augmenter sa part de marché dans la zone Asie-Pacifique et à défendre sa domination sur le marché mondial”.