La Chine mobilisée pour que les examens d’entrée à l’université se passent sans bruit

Ajouté au 07/06/2010 par SHI Lei

Toutes les activités bruyantes vont cesser en Chine pendant deux jours. L’utilisation des grues est interdite, les marteaux-piqueurs vont se reposer et il est recommandé d’aller au travail en bus au lieu d’emprunter votre voiture à moins que vous n’ayez un enfant qui doit participer aux examens nationaux d’admission aux études universitaires qui auront lieu à partir de lundi.

Deux jours avant le début des examens du niveau le plus élevé du pays, ces messages sont partout sur internet et sur des affiches apposées dans la rue pour rappeler à tous qu’ils doivent aider les plus de 9,57 millions de candidats à se concentrer.

Cette année, pour toute la Chine, il y aura 6,57 millions de places disponibles dans les universités et les instituts. Le taux d’admission sera de 68% soit une augmentation de 7 points de pourcentage par rapport à l’année dernière. A l’inverse, le nombre total de candidats sera en baisse de 650 000, selon le ministère chinois de l’Education.

Cette situation n’apaise pas beaucoup l’inquiétude des jeunes candidats qui ne fixent leurs yeux que sur les meilleures universités chinoises

En Chine, les élèves et leurs parents sont soumis à une pression extrêmement forte avant le début des examens car ceux-ci sont censés être décisifs pour l’avenir des candidats.

Toutes la société est mobilisée pour créer un environnement favorable aux candidats.

L’administration du district de Haidian à Beijing a annoncé mardi qu’il n’approuverait aucune demande de divorce de parents dont l’enfant va participer à ces examens, afin “d’éviter toute influence sur le candidat”. Ses parents ne pourront divorcer qu’après les examens.

Beijing a aussi annoncé le relâchement des strictes mesures de restriction de la circulation, appliquées depuis l’ouverture des Jeux Olympiques de 2008, pour faciliter l’accès au lieu d’examen des familles des candidats.

Pour réduire les encombrements, tous les véhicules motorisés de la capitale doivent s’abstenir de circuler un jour chaque semaine en fonction du chiffre figurant à la fin de son numéro d’immatriculation.

Les jours de l’examen, “les conducteurs ne seront pas verbalisés s’ils amènent des élèves passer leur examen”, a indiqué un responsable du bureau de la circulation de Beijing.