La crise grecque ne devrait pas affecter les investissements chinois à l’étranger

Ajouté au 31/05/2010 par SHI Lei

La crise de la dette dans la zone Euro ne devrait pas affecter gravement les investissements chinois à l’étranger, a déclaré mercredi le directeur général de la China Investment Corporation (CIC). Il faut comparer cette affirmation optimiste avec l’article paru dans le quotidien grec Na Tea: “La Chine profite de la crise
“Ils veulent faire du Pirée une porte d’entrée en Europe”, affirme Ta Nea en Une. “Ils”, ce sont les hommes de la China Ocean Shipping Company (Cosco) qui, après avoir racheté une partie du port du Pirée en 2009, “ont exprimé leur intention d’acheter les ports de Thessalonique, Kavala et Alexandroupolis, dans le nord du pays”, explique le quotidien grec.En outre, constate le journal, le “manager rouge de Cosco”, Wei Jiafu(rouge puisqu’il agit pour le compte du gouvernement communiste), “s’intéresse au réseau ferroviaire (trains et gares), à l’industrie de la marine marchande, au tourisme, à la construction et à la gestion d’aéroports en Crète et ailleurs”. Le “Capitaine Wei” a ainsi été reçu par le Premier ministre Georges Papandréou, qui espère des investissements à hauteur de 3 milliards de dollars, ajoute Ta Nea. “La Grèce devient la porte d’entrée de la Chine en Europe”, lui fait écho la Süddeutsche Zeitung qui estime que pour la Grèce, le patron de Cosco “est un rayon d’espoir en ces temps sombres”. Toutefois, le journal remarque avec inquiétude que Cosco pourrait bientôt déplacer son siège européen de Hambourg à Athènes. Un aspect imprévu de ce que représente réellement l’euro, le rachat de l’Europe en faillite par le Chine ?


« La CIC maintiendra son niveau d’investissement en Europe, ni plus, ni moins », a déclaré Gao Xiqing lors du Forum 2010 de l’Organisation de coopération et de développement économiques tenu à Paris.

La CIC est très soucieuse des fluctuations du marché à court terme dans une zone Euro à la stabilité en danger, a-t-il dit.

Cependant, pour la CIC, ce qui est le plus important, ce sont les tendances du marché à long terme, a dit M. Gao.

« Les fluctuations à court terme n’auront pas d’effets sérieux sur nous », a-t-il dit.

M. Gao a également ajouté que, sur le long terme, la CIC surveillerait de près les politiques de l’Union Européenne, les réformes monétaires et les problèmes de régulation financière.

M. Gao a également déclaré que la CIC faisait toujours face à de nombreux défis en Europe, car de nombreuses institutions financières nationales européennes traitent le fonds souverain chinois de manière injuste du fait de divergences idéologiques.
[
« En tant qu’investisseur financier, la CIC n’a aucun objectif politique spécifique. Selon notre politique, nous ne laisserons aucun investissement dépasser un très petit pourcentage », a dit M. Gao.

Mais le fonds souverain chinois rencontre encore de nombreux obstacles dans ses tentatives pour investir à l’étranger, du fait de l’ignorance de certains gouvernements et institutions de contrôle.

« Durant le forum, le président d’un syndicat européen m’a demandé quelle était ma plus grande crainte, et ma réponse a été ‘l’ignorance’ », a-t-il dit.

« S’ils lisaient attentivement les informations que nous publions, ou s’ils consentaient à retirer leurs lunettes noires, ils comprendraient qu’ils ne doivent pas avoir ‘peur’ de nous », a dit M. Gao.

« La CIC investit dans toutes sortes de produits, dans tous les domaines et toutes les régions géographiques du monde. Mais il y a trois industries dans lesquelles nous n’investirons pas : les armes de destruction massive, l’industrie du jeu et l’industrie du tabac », a-t-il dit.

« Ces industries sont de celles dont les gens ne veulent même pas évoquer l’existence, aussi nous n’investirons pas dans elles, peu importe leur rentabilité », a dit M. Gao.

Des responsables gouvernementaux, des experts et des universitaires de plus de 40 pays et régions ont participé à ce forum et aux rencontres ministérielles 2010 de l’OCDE, qui ont débuté mercredi et duré trois jours. Le forum et les rencontres ont eu pour thèmes principaux l’innovation et la croisssance verte.