La Chine maintiendra ses investissements en Europe malgré les problèmes de la zone euro

Ajouté au 31/05/2010 par SHI Lei

La Chine maintiendra ses investissements en Europe, malgré les problèmes de la zone euro, a assuré Gao Xiqing, directeur général de China Investment Corporation (CIC), dans une interview à Xinhua en marge d’un forum de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) à Paris.

Selon M. Gao, la crise de dette souveraine grecque et les perturbations sur les marchés boursiers qu’elle a entraînées n’affectent pas en fait les investissements de la CIC en Europe.

“Nous suivons de près bien sûr l’évolution des marchés boursiers européens, mais nous n’avons pas de soucis en ce qui concerne les perturbations à court terme”, a avoué M. Gao, à l’issue de la session “Financer la croissance future” du forum 2010 de l’OCDE.

“En tant qu’investisseur financier à long terme, nous avons intérêt pour le mouvement à long terme (des marchés)”, a souligné M. Gao, qui dirige la CIC, le fonds souverain de la Chine créé en septembre 2007.

A la tribune du forum de l’OCDE, M. Gao a déclaré mercredi que son fonds n’augmentera ni réduira ses investissements en Europe, en soulignant que l’Europe est un “marché important pour les investissements”.

“Nous suivrons de près la politique de l’UE (Union européenne), les réformes, la régulation et la surveillance du mouvement de l’euro”, a dit M. Gao, aux côtés du président de Cassa Depositi e Prestiti, Franco Bassanini.

La CIC a rencontré des difficultés dans ses investissements à l’extérieur de la Chine, et ces difficultés sont principalement dues à l’ignorance de certaines institutions de régulation, a observé M. Gao.

“Nous avons un investissement très diversifiés, nos investissements dans une telle ou telle entreprises sont limités à une proportion, et nous ne cherchons pas d’intérêts politiques”, a dit M. Gao, qui s’est plaint des préjugés dûs à la différence idéologique.

“Si l’on lit bien nos publications qui étalent nos investissements. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter”, a relevé M. Gao qui a écarté catégoriquement la possibilité d’investir dans les secteurs de la fabrication d’armes à destruction massive, du pari et du tabac.

“Même si ces trois secteurs sont très rentables, nous n’y investissons pas à l’encontre de la bonne volonté universelle”, a-t-il martelé.

Gao Xiqing est parmi les représentants et experts de plus de 40 pays participant au Forum 2010 de l’OCDE, ouvert mercredi au siège de l’organisation à Paris, qui est placé sous le thème “Vers la reprise”.

Prenant parole au débat sur le financement et la croissance, il a fait savoir que la croissance dépendrait non seulement du financement. Elle “dépend de la créativité, de l’innovation, mais aussi du travail dur”, a-t-il souligné.