Quand les acheteurs chinois prennent d’assaut le marché mondial de l’art

Ajouté au 25/05/2010 par SHI Lei

Les acheteurs d’art milliardaires du continent chinois, qui ont pris d’assaut le marché mondial de l’art cette année, pourraient encore frapper un grand coup cette semaine à Hong Kong.

Le monde de l’art a connu une poussée de fièvre après qu’un enchérisseur anonyme au téléphone, dont on pense maintenant qu’il est Chinois, a payé une somme record de 106,4 millions de Dollars pour une oeuvre de Pablo Picasso lors d’une vente chez Christie’s à New York un peu plus tôt ce mois.

L’achat de ce portrait de la maîtresse blonde de l’artiste, de 1932, « Nu au plateau de sculpteur », a été l’un des plus beaux trophées d’une série complète d’achats faits par les acheteurs chinois du Continent cette année.

Ces collectionneurs, pour beaucoup d’entre eux entrepreneurs récemment enrichis, sont en train de transformer le destin du marché de l’art, qui l’année dernière avait vu les prix des enchères baisser globalement de 30%, d’après le Mei Moses Fine Art Index, suivant en cela l’arrivée de la crise économique.

Cette semaine, le monde aura les yeux tournés vers la Hong Kong International Art Fair, où un certain nombre d’oeuvres de haut niveau, dont un Andy Warhol de 12 millions de Dollars et un autre Picasso, qui pourrait aisément dépasser ce montant, seront mis en vente.

Dans le même temps, Christie’s espèrera encore attirer un acheteur chinois majeur quand il exposera une nouvelle toile de Picasso cette semaine à Hong Kong.

« Le Buveur d’Absinthe », une oeuvre du grand peintre espagnol datée de 1903, est estimée entre 300 et 400 millions de Yuans, et sera exposée avant d’être mise en vente à Londres le mois prochain.

Ken Yeh, président de Christie’s Asie à Hong Kong, dit que les Chinois milliardaires acheteurs d’art sont en train de créer une sorte d’atmosphère électrique dans le monde de l’art.

« Je pense que le potentiel de l’art occodental en Chine est énorme, tout simplement massif. Depuis 2004 et 2005, il y a eu très peu de Chinois qui ont acheté des toiles impressionnistes modernes, mais tout à coup, depuis l’année dernière, il y a quasiment eu une vague », dit-il.

Le directeur de la maison d’enchères pense que cette poussée est due à une vingtaine d’acheteurs chinois qui se sont soudainement donné pour mission d’acheter de l’art occidental.

« Les acheteurs du continent chinois ont juste commencé à acheter des oeuvres impressionnistes, aussi y a-t-il un fort potentiel pour que ce mouvement aille beaucoup plus loin qu’il n’est allé jusqu’ici », a-t-il dit.

Mei Jianping, professeur de finances à la Cheung Kong Graduate School of Business à Beijing, et co-créateur du Mei Moses Fine Art Price Index, pense que ce mouvement récent pourrait faire fortement augmenter le prix de l’art occidental, et en particulier les impressionnistes.

Il pense que ce qui est en train d’arriver est similaire à ce qui s’est passé à la fin des années 1980, quand on a vu une vague d’achats faits par des Japonais. Les Japonais achetaient alors pour 10 milliards de Dollars en oeuvres d’art chaque année aux enchères.

« A cette époque, la blague qui circulait chez Sotheby’s ou Christie’s était ‘chaque fois que vous voyez un visage asiatique, les prix augmentent de 10%’ », dit-il.

« Mais avec la Chine, qui est un pays beaucoup plus grand et comptant un nombre potentiel de gens riches beaucoup plus important, l’échelle pourrait aussi cette fois être encore plus grande ».

« Les collectionneurs chinois sont les derniers arrivés, et ils veulent montrer que eux aussi sont sophistiqués, et qu’ils jouent dans la même catégorie que celle que quelques-uns des plus grands collectionneurs du monde. Nous sommes peut-être à la veille d’un nouveau boom spectaculaire de l’impressionnisme ».